Bastard Priest – Under The Hammer Of Destruction

bastardpriest-underthehammerofdeath

Décidément, le death metal suédois a encore de beaux jours devant lui. Si les vieux de la vieille, ceux par qui tout ça est arrivé, sont pour la plupart encore présents (ou revenus), il faut désormais compter sur une ribambelle de jeunes loups aux dents longues qui pointent le bout de leurs museaux. Ces derniers, fortement inspirés par leurs ainées, sont donc bien décidés à prendre leur part du gâteau. Parmi ces nouveaux venus, on peut désormais compter sur Bastard Priest, duo originaire de Stockholm fondé en… 2001. Et oui, neuf ans déjà qu’Inventor (guitare, basse et chant) et Matt Mendoza (batterie et chant) s’exercent à la chansonnette made in Sweden. Ça n’a pas empêché ces derniers de prendre tout leur temps avant de sortir ce premier album. Avant Under The Hammer Of Destruction, on recense une démo trois titres parue en 2007 que le groupe semble vouloir oublier ainsi qu’une autre parue quant à elle en 2008 et qui cette fois-ci donnait le ton de ce qu’allait être la suite. Dès lors il n’a pas fallut longtemps pour que le groupe soit rapidement remarqué par Blood Harvest et Pulverised Records.

Disponible en LP sur Blood Harvest ou en CD sur Pulverised, Under The Hammer Of Destruction est un hommage à la scène suédoise de la fin des années 80. Bastard Priest assume donc pleinement ses influences et ne s’en cache surtout pas. Autopsy, Repulsion, Entombed… La liste est longue mais les amateurs sauront reconnaitre en celle-ci un certain gage de qualité. L’album n’est donc pas exempt de clichés et les ficelles utilisées ont déjà été bien usées par les groupes sus nommés. Mais finalement peu importe, cela ne lui enlève pas ce charme délicieusement old school qui l’habite de la première à la dernière minute.

A l’image de Death Breath, Bastard Priest perpétue donc une certaine tradition du death metal, cultivant par certains aspects un esprit punk/rock’n’roll cradingue et bancal. L’exercice est si bien exécuté qu’on a presque l’impression d’écouter la démo d’un groupe de la fin des années 80. Bastard Priest joue dans l’urgence, balançant à qui veut l’entendre son death metal nauséabond et brut. Pas d’esbroufe mais une musique directe avec un certain sens du riff qui fait courber l’échine. Des titres tels que « Vision Of Doom », « Total Mutilation », « Power Of Death » ou « Merciless Insane Death » devraient suffirent à convaincre les plus réfractaires d’entre vous, ceux qui se méfient encore suite à la résurgence de ce style ces dernières années.

Le groupe aura donc su être patient, attendant ainsi son heure pour sortir son premier album. Bien leur en à pris car Under The Hammer Of Destruction est un disque réussi sur toute la ligne. Les ambiances et la musique nous ramènent presque 25 ans en arrière, avec ce qu’il faut de nostalgie pour ne pas sombrer dans le pathétique. Certes le groupe cultive son univers mais comme beaucoup de choses, il suffit que cela soit bien fait pour qu’on se laisse prendre au jeux. C’est le cas ici donc pas de scrupules à prendre son pied en écoutant ces trentes minutes de death metal.

http://www.myspace.com/bastardpriestsweden

Tracklist :

1. Blasphemy From Hell
2. Visions Of Doom
3. Evil Pain
4. Total Mutilation
5. Power Of Death
6. Chock
7. Under The Hammer Of Destruction
8. From Beyond
9. Merciless Insane Death
10. Graveyard Sacrifice
11. En Hälsning Från Helvetet (Bombanfall Cover)

TAGS :
GROUPES:
STYLE:

Pas de commentaires

Soyez le premier à commenter cet article !

Laisser un commentaire




XHTML: Vous pouvez utiliser les balises suivantes : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>

  • ben-howard - i forget where we werejoss | 25 novembre 2014
    Ben Howard – I Forget Where We Were
    En parfait accord avec la chronique. On sent dès la première écoute qu'il se passe quelque chose de spécial, même si il en faudra plusieurs pour bien s'imprégner de l'album. Pour moi le sommet du disque se situe avec l'enchainement "End of the affair" et le superbe "conrad" qui montre qu'on peut encore, en 2014, faire d'ex...
  • bbKane | 24 novembre 2014
    Bloodbath – Grand Morbid Funeral
    Entièrement d'accord avec la chronique. Une bombasse d'album pour un groupe que je n'attendais pas à ce niveau. L'apport de Nick Holmes est indéniable dans la réussite de ce disque.
  • dark fortress_venereal dawnangrom | 21 novembre 2014
    Dark Fortress – Venereal dawn
    ah oui quand même !!!
  • dark fortress_venereal dawnangrom | 20 novembre 2014
    Dark Fortress – Venereal dawn
    Je m'en fais écouter ça de ce pas !
  • dark fortress_venereal dawnkrakoukass | 18 novembre 2014
    Dark Fortress – Venereal dawn
    Ouaip excellent album pour sûr. Ils ont clairement franchi un pallier avec ce dernier opus. Très belle chronique camarade!
  • anopheli-ahungerMadrumo | 07 novembre 2014
    Anopheli – A Hunger Rarely Sated
    Vachement cool comme fusion !
  • kerretta-pirohiabeunz | 05 novembre 2014
    Kerretta – Pirohia
    Effectivement, ya un côté Russian Circles bien prononcé. Merci pour le retour, ça fait bien plaisir ! Et jette-toi sur leurs albums précédents ! ;)
  • kerretta-pirohiaMarbaf | 02 novembre 2014
    Kerretta – Pirohia
    Ben merde, j'étais passé à côté de ce groupe. Ça me fait penser à Russian Circles. Merci beaucoup pour la découverte (et pour le lien bandcamp).