Au même moment, sur le forum… (5 mars)

Pas de commentaires      3 177
Annee de sortie: 2011

Qu’est ce que nous écoutons?

Qu’est ce que nous écoutons?

Qu’est ce que nous écoutons?

Qu’est ce que nous écoutons?

Et vous?

Qu’est ce que nous écoutons?

Qu’est ce que nous écoutons?

Qu’est-ce que vous écoutez?

Qu’est ce que nous écoutons?


Ape ! – The Dirger
– Stoner métal qui me rappelle les Melvins ou Kyuss et dans ses moments plus r’n’r Jesus Lizard voire les Stooges. Bonne came ! (kollapse)
– Rock à tendance grunge, stoner, noise, frais et énergique. Ce me met de bonne humeur tiens. Du son ?  http://www.myspace.com/weareape (Sisyphus)
– Vraiment un tout bon album  . Frais et énergique comme tu dis, à la croisée de quelques genres malaxés et bien digérés. Bonne pioche !

Protest The Hero – Scurrilous
Comblé par ce nouvel album, c’est super bon. Ça reste peut-être un peu trop dans la lignée des précédents, et on peut également reprocher au groupe de ne jamais laisser retomber l’excitation ou presque, ça mitraille et ça saccade à fond de balle à fond de balle pendant 45 minutes, mais c’est on ne peut mieux fait. Cela dit je conçois que le style à cheval entre techno-thrash, prog et emo, toujours sur du tempo rapide, avec voix claire arrachée surprenne.

Swans – Cop
– Ca relativise la qualité de pas mal d’albums qui ont vu le jour après… (Big Lebowski)
– Bonne humeur au taf… (Electrique chou farci)
– c’était dans le métro ce matin ! De bonnes conditions donc ! (Big Lebowski)
– Et j’ai essayé d’écouter Swans – Cop, par curiosité… Et bien… j’ai trouvé ça vraiment très très chiant. Le dernier album est sympa, mais quand même je ne comprends pas ce qui peut être aussi marquant chez ce groupe. (krakoukass)
– +12000. Tout comme n autres groupes encensés sans que je comprenne jamais pourquoi (drommk)
– Ecoutez The Great Annihilator. Je crois meme que j’ai commencé a ecouter Swans parce que qu’il avait eu la note maximale sur le RYM de kollapse, y’a quelques années (Faya)
– Je pourrais dire la même chose pour tant de groupes…Les Swans n’est pas le genre de groupe auquel on « accroche » par le détour d’une mélodie ou un riff ou un passage accrocheur pour le commun des mortels…C’est avant tout une question d’ambiance. Leur musique demande de la patience, chose qu’il est peut-être obsolète de souhaiter en ces temps où le tout-tout-de-suite règne en maître, mais tel est le chemin qui mène au graal pour qui fait l’effort… (Kollapse)
– je ne voulais pas critiquer le groupe. Il y a simplement tant de groupes qui font presque l’unanimité autour de moi et dont je n’arrive pas à comprendre l’intérêt… c’est assez frustrant. (drommk)
– Et quand bien même c’était le cas . Swans n’est pas à mon sens le groupe que l’on pourrait écouter d’une oreille distraite, leur musique demandant de l’investissement, de l’attention. The Great AnnnihilatorSoudtracks for the blindChildren of god (dans une veine plus goth), ou encore le superbe White Light From the Mouth of Infinity sont pour moi de très belles portes d’entrée à leur monde. Cop, Filth ou Greed étant plus dans une veine industrielle malsaine, brutale et là aussi en avance sur leur temps.  (Kollapse)

BlakullaDarkened by an occult wisdom
– Aie aie aie ! Black metal qui te retourne comme jamais ! Ca vient de sortir chez Cold Void Emanations et c’est énorme !  Ellestin ecoute ! (K7 only par contre ! ) (Julien)
– ok ! No problem je suis équipé. (Ellestin)
– Je trouve ça bien extra! Transcendantal ! http://coldvoidemanations.net/ (Julien)


Karl Sanders – Saurian Exorcisms
Quand le monsieur de Nile décide de calmer le jeu, ça donne une musique envoutante et planante. A conseiller à tous ceux qui aiment les interludes rituels dans les albums de Nile, et qui aimeraient que ça dure un peu plus longtemps. (Kane)


Wires under TensionLight Science
Welcome to boboland ! c’est super bon ! Sûrement un des tous meilleurs trucs mêlant post-rock et musique électro, en tout cas le meilleur que je connaisse. Je ne vois pas comment les fans des trucs post-rock-dub-sympho-nerd à la Ez3kiel pourront garder un seul calecon de propre à l’écoute de ce truc. Grosse force d’innovation au niveau des arangements, patate de fou et bons trips mélancolique par-dessus le marché, album de l’année confortable pour le moment ! (Ellestin)


Headcleaner – Au fou
Album et groupe géniaux, ces types faisaient un genre de punk/noise (étiquette particulièrement réductrice les concernant) unique frappé du bulbe, déjanté, imparable, constamment surprenant. Tuerie. Un groupe de l’ombre et pourtant essentiel (comme beaucoup d’autres, certes). (Kollapse)


Albert Collins/Robert Cray/Johnny Copeland – Showdown
Du bon gros blues electrique pour finir ce vendredi. 3 monstres de la guitare pour des jams bien blues avec des super solis! Je surkiffe le son d Albert Collins, la grande classe ce mec. (CeluiDuDehors)


Furbowl – Those shredded dreams
– Groupe avec J.Liiva (Arch Enemy). Le chainon manquant entre Clandestine et Wolverine blues d’Entombed avec un son bien gras ! jkiffe! (BigLebowski)
– Le message de Lebo sur Furbowl m’a donné envie de découvrir Entombed… (1310)


Coroner – Punishment for decadence
– On se fait plaisir avec des gros classiques aujourdhui. Je prend vraiment une claque là, avec cet album. Je le trouvais très bon jusqu’à maintenant (une dizaine d’écoutes) mais ces riffs, ce sens de la compo, ces refrains catchy, ces solos ont eu raison de moi, cet album est proche du fabuleux. Et si le suivant est encore plus énorme, celui là me comble comme rarement.  Concernant l’artwork, c’est bien dommage que la pochette d’origine est été remplacée par cet artwork banal, la faute a leur maison de disques de l’époque… (Kane)


Voivod – War & Pain
– Ca fait en gros un an et demi que j’ai décidé de découvrir Voivod. En un an et demi je n’ai pas encore assimilé la moitié de l’oeuvre du groupe. Ce groupe est absolument génial, et sa musique est tellement inventive et riche qu’il est difficile d’en faire le tour comme ça. Est ce seulement possible d’en faire le tour ? Je ne pense franchement pas… Les débuts sur ce War and Pain fleurent bon le vieux thrash avec une énorme dose de rage punk. La musique est un peu bordélique, le son est très cru, mais bordel ça le fait. Le background SF/post apocalyptique contribue à cette ambiance si particulière que dégage le groupe. Je ne me remets toujours pas de titres comme « Black city », « Iron gang », « Warriors of ice », « Live for violence » ou « Nuclear War ». (Kane)


MegadethSo far, so good, so what!
– Peut etre mon Megadeth préféré. En tout cas, j’aime beaucoup le chant de megadave ici. Et in my darkest hour est mon titre préféré du groupe. (je connais pas bien ce qu’ils ont fait aprèscryptic writings mais ca m’étonnerais vraiment qu’ils aient un titre de cette trempe par après). « Time has a way of taking time, loneliness is not only felt by fools » (heavydevy)
– Tu peux écouter The system has failed qui est excellent, le reste est plutôt inégal et hélas pas très bon… Mais bon, Megadave reste Megadave ! (Alchemist)


Coven – Worship New Gods
– Ne pas confondre avec son illustre ancêtre, ce Coven là a sorti son unique disque en 1987 et c’est un disque qui cache en son sein de petites ogives doomy à l’artéfact gothique et à la saveur heavy. Wicked Day, Kiss Me With Blood ou Loki sont des exemples des courants qui animent ou animaient ce que Coven cherchait à faire cohabiter dans ses morceaux ces mélodies bercées par la nonchalance de la fatuité, cette rocailleuse attention rock’n roll gorgée d’eau d’heavy et cette richesse de ton pour faire fusionner ce vocabulaire, super disque d’un groupe au nom connu, reconnu et pourtant anonyme. (guim)
– Parfois à chier, parfois jouissif, selon les morceaux. (Bou)
– C’est ta première écoute ? Ce classique, tiens je me le relance. (guim)
– Oui, sur ta recommandation. Un morceau comme « Kiss me with Blood » par exemple, je trouve ça super faible…
– C’est le côté quart d’heure américain gloom sous prozac qui fait cet effet, ça peut avoir un effet répulsif. héhé
Disons que c’est celui qui reflète le plus le côté gothique du disque, après une plâtrée d’écoutes il donne un peu de relief à cet unique album, le genre de morceau un poil faiblard qui donne plus de cachet à ceux qui l’entourent mais qui reste sympathique quand on connait bien le disque et qu’on a fait le tour des autres titres. C’est clairement pas le morceau ultime juste que dans la tonalité il va chercher autre chose que ce qu’on retrouve dans les autres songs, à ce niveau c’est plutôt intéressant pour l’ambiance générale du disque , après comparativement aux autres titres il est loin de leur intensité c’est vrai. Cool si pour une première écoute il y a déjà de l’accroche, ça va se bonifier au fil de la décantation.


Coroner – Grin
– LE chef d’oeuvre de Coroner. L’aboutissement de toute une discographie proche de la perfection. Tout le savoir faire du groupe en matière de riffs et d’ambiances est dans Grin. La voix de Ron Royce atteint des sommets de malaise (cette voix qui flirte avec le death sur « Host »), la frappe lourde de Mark Edelmann, le riffing spatial de Tommy Baron, waouh j’en ai des frissons à chaque écoute. Quel dommage que le groupe se soit séparé à ce moment là. Les inédits (excellents) présents sur la compilation posthume sortie en 1995 montrent que Coroner avait encore des choses à dire (écoutez absolument « The favorite game », « Shifter », et le fabuleux et atmosphérique « Golden cashmere ») (Kane)
– Carrément LE chef d’oeuvre du groupe ?! Parce que punishment for decadence, ca éclate déja la majorité des albums metal de l’époque et no more color est un chef d’oeuvre à mon gout, tu en penses quoi de ceux là ? En tout cas, j’ai hate de me farcir les deux derniers.  (heavydevy)
– oui on te l’a déjà dit plusieurs fois ! j’ajouterai juste qu’il est ptet moins immédiat que les autres. (BigLebowski)
– écoute aussi Mental Vortex si ce n’est pas déjà fait (Joss)
– Déja écouté, ca poutre, « plus qu’a » régulariser. (heavydevy)
– La discographie de Coroner est indispensable en totalité. Voilà mon avis. Grin est complètement différent des deux premiers albums. Rien à voir avec les excellents RIP et Punishment for decadence. Le rythme s’est ralenti au profit d’une plus grande lourdeur, d’un groove imparable et d’un plus gros son. Surtout, surtout, Coroner a développé des ambiances, plus glaciales et plus sombres. Le chemin qui mène à Grin avait été défriché par Mental Vortex auparavant. C’est un album à écouter dans le noir le plus total pour profiter de l’atmosphère très particulière de ce disque. (Kane)
– Kane est dans le vrai, rien à ajouter. Et comme le dit Lebow, c’est pas faute de l’avoir répété! (bou)


Hour of Penance – Paradogma
– Du bel ouvrage ! Behemoth meets Nile. Ultra convaincant  !
– Encule facilement les derniers Nile et les derniers Behemoth…!  Grosse surprise. (BigLebowski)
– Ca fonctionne bien, ouais… Pour amateurs du style. Je préfère tout de même le dernier Nile, par contre ça encule Behemoth, bien entendu (même si a tendance à s’en rapprocher de trop près parfois) (Bou)


Brotherhood of Sleep – Dark as Light
Earthless sous opium meets OM à dos de YOB.
Earthless pour le côté instrumental only avec ses plages progressives malheureusement sans le côté défouraillant d’earthless, OM pour la rondeur, les cercles concentriques,les motifs et YOB pour la sature et le côté écrasant.
Je trouve qu’il manque un poil de textures pour vraiment lâcher une grosse dose de psyché, de folie pour le disque,l’ossature pousse par contre au trip méditatif donc d’un point de vue narratif ça se tient, y a un batteur qui tient bien la baraque derrière aussi. (guim)


Murmuüre – Murmuüre


Kwoon – Tales & Dreams
– Le premier cité m’a rappelé l’existence du second. Logiquement. (1310)
– ah tiens, je pensais que Mürmüüre c’était du bläck… je vais p’tet m’y intéresser alors (Ellestin)
– Non mais oui, Murmuüre a une base black, même si c’est bien réducteur. Mais tout comme Kwoon, je trouve que c’est tellement ambiancé qu’au final la démarche des deux groupes peut se rapprocher : c’est aérien, onirique…
– Ca a l’air très chouette ce groupe ! (et l’artwork est top) (Julien)


Mr. BungleDisco Volante
– Comment ca a mal vieilli! (CeluiDuDehors)
– +1. D’ailleurs à part quelques exceptions (Angel dust et King for… de FNM, et quelques trucs de Tomahawk – et encore c’est rare quand je les ressors), les Pattoneries je peux plus (Kollapse)

IntronautValley of Smoke
– Ils se sont méchamment baronessisés… du mal à trouver un réel intérêt et à accrocher, je retenterai quelques écoutes. (Electric Passmountain)
– le constat sera le meme (bien foutu mais mou de la bite) et ca t’énervera et tu le laissera de coté ! (BigLebowski)
– Pareil, pourtant la première écoute m’avait laissé espérer un retour vers quelquechose de plus couillu mais en fait non. En fait c’est la tendance globale des groupes on dirait, ça devient de plus en plus mou (ça vaut pour le dernier Yakuza aussi) (Sisyphus)
– c’est vrai mais je le préfère à Intronaut qd meme ! (BigLebowski)

RomeFlowers From Exile
– J’ai lu ici que les autres ne sont pas tous du meme gabarit. Vous me conseillez lesquelle vu que je l’ai un peu trop usé celui-ci… (SagresMetal)
– Le dernier est plus dépouillé mais très joli. Les précédents sont un peu plus « industriels » ou martiaux (dans la tradition des albums de neo-folk) mais très bons aussi. Personnellement j’ai un faible pour Masse Mensch Material. (Krakoukass)
– Pareil. Nera est très bon aussi. (Kollapse)

Maserati – Pyramid of the sun
– Très chouette album. Sisyphus, Laisse tomber Long Distance Calling et tourne toi plutôt vers Maserati, groupe à la personnalité plus affirmée qui propose un post-rock-pas-chiant riche en influs (rock prog, krautrock, electro – surtout sur le dernier) et bien moins académique. Teeth Of The Sea est aussi à conseiller dans un créneau similaire. Ils me font bien planer ces 2 groupes. (Kollapse)
– Ouais, faut dire que j’avais testé sans plus de conviction, le visuel était cool donc je me suis dit, alleï. Et puis non, je dis pas que tout es dégueu mais c’est jamais qu’un plan ou l’autre, sur tout un album c’est léger. Et ça fait trop élève studieux, y a aucune personnalité qui s’en dégage (et en plus de mémoire sur le sticker promotionnel du cd que j’avais vu en magasin il y a de l’autoquote de Dan Swano. (Sisyphus)
– Dan Swano quoté sur un album de Maserati ? Ça me paraît plus que bizarre. (Krakoukass)
– Euh non, j’aurais du préciser, c’est dans Long Distance Calling qu’il est (et comme il le dit sur le sticker « c’est comme si la musique c’était emparée de moi » un truc du genre ). Bon, apparemment me suis planté, il n’est nullement associé à la chose à ce qu’il paraît, il donnait juste son avis sur le cd…bon, je ferme mon gueule promis. (Sisyphus)


Demdike Stare – Tryptych
Après quelques semaines passées à triper sur l’EP Forest of Evil me suis chopé Tryptych qui regroupe les EP parus l’année dernière (Forest of evil en fait donc partie), indus, dub, minimal, dark ambiant jazzy, tournures presque RIO de l’électronique , les relans de muslimgauze, ça pose un décor. Va falloir que je me choppe Symbiosis maintenant. (guim)


RX Bandits – Mandala
Jouissif et guilleret rock progressif aux petits côté psychés, ska et soul bien intégrés. (jonben)

Ultraphallus – Sowberry hagan
– Il s’annonce très fort ce nouvel album. Je sens qu’il me faudra un p’tit temps d’adaptation (plus encore que pour les précédents) car ils ont poussé l’expérimentation un peu plus loin cette fois-ci, avec son lot de passages drones et ambiants glauques. Ca m’a parfois fait penser à une rencontre entre leMelvins feat. Lustmord de Pigs of the roman empire et SunnO))) (il y a assez de paranthèses fermées?) mais en plus marécageux (pas envie de dire ‘sludge’  ). La prod est de J. Plotkin et on sent qu’il y a mis sa patte. Le titre avec Eugène Robinson a l’air malade. (Kollapse)
– Ca commence à se dévoiler petit à petit, toujours ces montées en tension maîtrisées, la malaise contenu qui menace de te péter à la gueule à chaque instant. Moins direct que le précédent mais s’annonce tout aussi bon. (Sisyphus)

The Human Abstract – Digital Veil
Je tiens ce qui sera sûrement un de mes albums de l’année.  Je ne comprend toujours pas le choix de mettre le morceau éponyme en clip, tant le reste de l’album est différent, moins deathcore, plus néoclassique (arpèges en guitare classiques intégrés à de gros riffs), plus grandiloquent, tout en évitant le kitsh du power metal symphonique, sans un putain de synthé à la con.
Morceaux se développant en mouvements, leads mélodiques à la Paganini en sweep, voix en choeurs enjôleurs alternant avec des growls d’outre-tombe, rythmiques cabossées dans tous les sens, putain de solos.
Un peu dommage que 4 des 8 morceaux de l’album étaient déjà en écoute, ça fait trop peu de nouveauté, j’en redemande. Putain ça fait du bien de voir des groupes qui apportent quelque chose et par petites touches font évoluer le metal en général. (jonben)

Year Of No Light – Ausserwelt
– Mélancolique, sombre, plombé, atmosphérique tout en évident le piège de la facilité contemplative, ce disque est une belle réussite (en plus d’être une confirmation) (Kollapse)
– Faut encore que je me le remette celui-là, une seule écoute pour le moment mais très bonne impression. (Sisyphus)

Equipe Eklektik

Chroniqueur

Equipe Eklektik

Eklektik est un webzine francophone sur les musiques à guitares saturées et autres musiques actuelles créé en mars 2004.

Equipe Eklektik a écrit 38 articles sur Eklektik.

Up Next

Du meme groupe

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *