Sofy Major – Permission To Engage

1 Commentaire      1 557
Style: noise/hardcore/metalAnnee de sortie: 2011Label: Basement Apes Industries

Après divers EPs et splits, les clermontois de Sofy Major franchissent le cap du premier long-format en sortant ce Permission To Engage sur Basement Apes Industries conjointement avec quatre autres labels (Prototype, Bigoût, Atropine et Odio Sonoro). Et à changement de durée, changement de son ! En effet, le son contraste totalement d’avec tout ce qu’on avait pu entendre du groupe auparavant. A la fois puissant et d’une impressionnante lourdeur (merci à la paire Andrew Schneider (mixage) /Nick Zampiello (mastering), pointures ayant à leur tableau de chasse des groupes comme Made Out Of Babies ou Converge), les Sofy Major possèdent enfin sur disque un son à la hauteur de leur talent !

En effet, dès l’introductif instrumental Sky Silent Broken la couleur est annoncée: froide et sombre. Les clermontois ont durci leur propos en mettant en avant leur facette metal qui, couplée à celle déjà présente auparavant mêlant noise et hardcore, rend leur propos encore plus percutant. Même si dans cet album les atmosphères varient beaucoup, l’intensité, elle, ne faiblit jamais. La lourdeur et l’agressivité ainsi distillées ramonent nos pauvres conduits auditifs qui n’en avaient pas demandé tant ! Cette nouvelle recette marque quelques réminiscences de Mastodon (dûes notamment à l’imposant son de basse qui groove) alliées avec les influences de toujours: Knut, Unsane ou encore Tantrum (groupe qu’ils ont d’ailleurs repris précédemment) dont Sofy Major a digéré et remis à sa sauce l’aspect compact / sur le fil du rasoir de l’ensemble.

Cependant, pour en revenir à la variété de ce Permission To Engage, certains morceaux sortent du lot en diminuant quelque peu l’agressivité ambiante grâce à quelques incartades en chant clair collant clairement au reste et pas du tout hors propos (Outil ou le stonerisant Stoom Stoom Stoom). On a enfin droit en guise de conclusion à Eugène, longue plage mystérieuse ponctuée de bruitages inquiétants. Atteignant presque 10 minutes, celle-ci accueille en plus une voix féminine faisant penser à celle de Julie Christmas venant suppléer celle de Mathieu Moulin et renforçant l’impression de malaise délivrée par le morceau.

Sofy Major signe donc là un premier véritable album très varié mais cohérent. Une belle confirmation pour un excellent groupe live que j’ai eu la chance de voir deux fois et m’ayant laissé une très bonne impression à chaque fois. DouxJesus666, que c’est bon !

1. Sky Silence Broken
2. Cobra Blanc
3. Reproached & Scattered
4. Dearth of All
5. Outil
6. DouxJesus666
7. Stoom Stoom Stoom
8. Non rien…
9. …Vraiment pas
10. Eugène

Site
Myspace

beunz
Up Next

Du meme groupe

Groupes cités dans la chronique

Vous pourriez aussi apprécier

Commentaire

  1. kollapse says:

    Un album hybride, froid, sombre, bien équilibré entre efficacité brute et intentions plus « cérébrales ». Excellente prod, les accents rock presque stoner amènent une certaine chaleur que n’ont pas les groupes ayant influencé Sofy Major, ce qui les distingue en cela aussi. Avec quelques petites corrections concernant certains petits bémols imo (rien de bien gênant cela dit) et ces gaillards seront capables de sortir le tout grand jeu à l’avenir. En attendant c’est une bien bonne rondelle à s’envoyer que voilà !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *