Jack and the Bearded Fishermen – Places to Hide

jack-and-the-bearded-fishermen-places-to-hide

Jack et ses potes au système pileux fourni amateurs de poiscaille sont de retour ! Une excellente nouvelle que ce premier véritable album après l’excellente surprise qu’était l’EP Hunting Isn’t Easy… When Dogs Become Wolves ! Pour l’occasion, les bisontins se sont offert un son rendant enfin justice à leurs compos. Et avec aux manettes Serge Morattel (Knut, Impure Wilhelmina et tant d’autres…) la question ne se pose même pas, ce dernier a comme à son habitude concocté une production aux petits oignons ultra massive.

Une évolution au niveau de la qualité sonore mais aussi du son lui-même ! On aurait pu penser que Jack et ses amis poursuivraient leurs aventures dans des mers typiquement stoner aux vagues riffiques certes houleuses mais en pilote automatique mais fort heureusement l’équipage s’est ici porté sur une voie moins tranquille et plus imprévisible. En effet dès l’entame de ce Places to Hide, Scenario nous plonge directement dans cette version 2.0 du groupe qui signe là un étonnant et séduisant cocktail à la fois lourd et aérien rappelant Torche et Baroness. Et on en est alors qu’au début du voyage, le reste des étapes étant du même tonneau ! Plus rock’n roll qu’à l’accoutumée grâce à des grattes lâchant du riff groovy et lourd à souhait, une basse bien présente et un jeu de batterie maîtrisant son sujet, le nouveau visage de Jack impressionne tant la nouveauté apportée sied à merveille au style pratiqué. Les dix morceaux de Places to Hide sont autant de coups de boutoir distillés avec ce qu’il faut de moments de répit, la hargne se mouvant parfois en langueurs lancinantes…

Le clavier (Hammond ?) est aussi de la partie, lui qui avait participé à la réussite de l’EP revient par intermittence donner ce charme psyché « à l’ancienne » au groupe (sur Beginner ou 42 Minutes Later notamment). Les franc-comtois ont donc lâché leur stoner typique afin de s’ouvrir à de nouveaux horizons (sludge voire parfois punk et noise), grand bien leur en a pris car ce Places to Hide se révèle des plus implacables et marque les esprits.

Seul petit reproche: l’artwork aurait mérité d’être un peu plus fourni !

Scenario
Roam until the end
Closed
Beginner
DF code
Between the ghosts
Invisible song
42 minutes later
Hands up, old man
Places to hide

Site
Myspace

Pas de commentaires

Soyez le premier à commenter cet article !

Laisser un commentaire




XHTML: Vous pouvez utiliser les balises suivantes : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>

  • Guilty-Pleasures_Photo-credit-Hannah-Woodcockjoss | 04 décembre 2014
    Guilty Pleasures 2014
    Quoi ? rien sur Metronomy et The Do ???!!!
  • bbng-iiibeunz | 01 décembre 2014
    BADBADNOTGOOD – III
    excellent ! merci pour le partage ! :)
  • bbng-iiiAER | 30 novembre 2014
    BADBADNOTGOOD – III
    Pour les amateurs, une "cover" magistrale de BBNG de Future Islands "Waiting on you" https://www.youtube.com/watch?v=FWyJEhMHFdM#t=79
  • ben-howard - i forget where we werejoss | 25 novembre 2014
    Ben Howard – I Forget Where We Were
    En parfait accord avec la chronique. On sent dès la première écoute qu'il se passe quelque chose de spécial, même si il en faudra plusieurs pour bien s'imprégner de l'album. Pour moi le sommet du disque se situe avec l'enchainement "End of the affair" et le superbe "conrad" qui montre qu'on peut encore, en 2014, faire d'ex...
  • bbKane | 24 novembre 2014
    Bloodbath – Grand Morbid Funeral
    Entièrement d'accord avec la chronique. Une bombasse d'album pour un groupe que je n'attendais pas à ce niveau. L'apport de Nick Holmes est indéniable dans la réussite de ce disque.
  • dark fortress_venereal dawnangrom | 21 novembre 2014
    Dark Fortress – Venereal dawn
    ah oui quand même !!!
  • dark fortress_venereal dawnangrom | 20 novembre 2014
    Dark Fortress – Venereal dawn
    Je m'en fais écouter ça de ce pas !
  • dark fortress_venereal dawnkrakoukass | 18 novembre 2014
    Dark Fortress – Venereal dawn
    Ouaip excellent album pour sûr. Ils ont clairement franchi un pallier avec ce dernier opus. Très belle chronique camarade!