Nachtmystium – Addicts Black Meddle Pt. II

NACHTMYSTIUM - [2010] Addicts Black Meddle Pt.II

Après un hommage volontairement peu discret à Pink Floyd (Black Meddle Pt I – Assassins), Nachtmystium, les plus touche-à-tout du black metal américain, reviennent pour la deuxième partie de leur Black Meddle, subtilement intitulée Addicts.

Du titre à la pochette, tout nous laisse supposer qu’on rentre en territoire connu pour un second volet de black psychédélique insidieusement addictif. En réalité, il n’y a que l’insidieusement addictif qui tienne. Après une introduction dépouillée sur laquelle Blake susurre des lettres épelées individuellement, « High on Hate » nous transporte dans les sonorités directes et haineuses auxquelles le groupe nous avait, par le passé, habitués. Les guitares incisives couplées au jeu aussi monolithique que fin de Wrest et aux vocaux fort caractéristiques de Blake font de ce titre un hymne instantané.

Puis c’est la surprise. Changement complet de son (mais pas de production) et nos américains favoris enchaînent sur un riff mélodique accompagné d’une rythmique oscillant entre pop et post punk, le tout servi sur lit de vocaux inchangés. Une fois passé le léger choc dû à la facture de la tracklist, on peut apprécier le côté extrêmement catchy de « Nightfall ». La suite se déroule avec la plus grande cohérence. « No Funeral » à la rythmique toujours poppy, presque new wave maintient l’auditeur dans cette ambiance à la fois légère et glauque et vient affirmer la mise en valeur intentionnelle des paroles car malgré l’effet sur la voix, Blake articule toujours de manière à être compris.

Une fois l’auditeur installé dans l’album, le groupe nous assène l’enchaînement « Then Fires »- « Addicts » qui prend un ton plus mélancolique mais toujours en gardant ces sonorités d’un autre genre qui ne manquent pas de nous faire penser que certains albums de Joy Division ont tourné chez eux pendant la composition d’Addicts. Il faut se rendre à l’évidence, Nachtmystium nous dépeint la chute dans l’addiction en nous offrant un marasme séduisant de légèreté mais qui a tendance à vous trotter dans la tête, même bien après la fin de l’écoute. On restera donc plus du côté « meddle » que du côté « black », mais l’arrière goût de l’album, quand la fraîcheur immédiate s’est estompée, compense l’absence de violence dans l’instrumentation. « Make me see, like before, all I want is more » clame le refrain de la chanson titre, et effectivement, on en redemande.

Le tempo ralentit ensuite avec « The end is eternal » qui nous offre paradoxalement de petites accélérations au niveau des fûts. D’accord ce n’est pas du black metal, d’accord Jef Whitehead est sous-exploité, mais plus l’album avance, plus l’on sent que ces messieurs se sont fait plaisir en exécutant la deuxième moitié du diptyque Black Meddle. Les sonorités psychédéliques font leur retour sur « Blood Trance Fusion » (notez le jeu de mots) et s’allient avec des passages plus rapides pour dépeindre le côté à la fois violent et planant de la montée. « Oh doctor, give me the dose » hurle Blake, et la redescente n’en est que plus froide avec « Ruined Life Continuum » qui pose le constat sur un fond d’accords rythmiques contrastés avec une lead plus aigüe et légère. L’album s’éteint ensuite sur un « Every Last Drop » très lent et très empreint de sonorités électroniques. Final trop long et dispensable pour certains, conclusion légitime à un album sur les narcotiques pour d’autres. A conseiller aux adeptes de voyages sonores groovy, cet album vous agacera par sa facilité mais il vous hantera et vous y reviendrez parfois même malgré vous.

1- Cry For Help (1:33)
2- High On Hate (3:36)
3- Nightfall (3:21)
4- No Funeral (5:39)
5- Then Fires (5:44)
6- Addicts (4:24)
7- The End Is Eternal (7:03)
8- Blood Trance Fusion (3:30)
9- Ruined Life Continuum (4:41)
10- Every Last Drop (8:30)

http://www.youtube.com/watch?v=EKqBQq-jCrs

A PROPOS DE Ennoia

Ennoia Amatrice de chats, de zombies, de littérature, de black metal en particulier et surtout de musique en général.

Ennoia a écrit 29 articles sur Eklektik.

Pas de commentaires

Soyez le premier à commenter cet article !

Laisser un commentaire




XHTML: Vous pouvez utiliser les balises suivantes : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>

  • marmozets-theweirdandwonderfulkrakoukass | 20 décembre 2014
    Marmozets – The Weird And Wonderful Marmozets
    Vraiment bon cet album, avec des moments bien rageurs et d'autres plus "pop". Avec leur moyenne d'âge de 18-19 ans, ils ont de l'avenir.
  • LP_cover.inddshaq | 18 décembre 2014
    Vanhelgd – Relics of Sulphur Salvation
    Bien d'accord avec le début de cette chro, 2014 a été une bonne année pour le Death-Metal (même si je ne reste pas convaincu par la prestation de Mr Holmes), et voilà une offrande qui va clore mon Necronomicon 2014 avec majesté. Moins la claque que pour Horrendous ou Morbus Chron, mais je ne doute pas qu'avec le temps il ...
  • Guilty-Pleasures_Photo-credit-Hannah-Woodcockjoss | 04 décembre 2014
    Guilty Pleasures 2014
    Quoi ? rien sur Metronomy et The Do ???!!!
  • bbng-iiibeunz | 01 décembre 2014
    BADBADNOTGOOD – III
    excellent ! merci pour le partage ! :)
  • bbng-iiiAER | 30 novembre 2014
    BADBADNOTGOOD – III
    Pour les amateurs, une "cover" magistrale de BBNG de Future Islands "Waiting on you" https://www.youtube.com/watch?v=FWyJEhMHFdM#t=79
  • ben-howard - i forget where we werejoss | 25 novembre 2014
    Ben Howard – I Forget Where We Were
    En parfait accord avec la chronique. On sent dès la première écoute qu'il se passe quelque chose de spécial, même si il en faudra plusieurs pour bien s'imprégner de l'album. Pour moi le sommet du disque se situe avec l'enchainement "End of the affair" et le superbe "conrad" qui montre qu'on peut encore, en 2014, faire d'ex...
  • bbKane | 24 novembre 2014
    Bloodbath – Grand Morbid Funeral
    Entièrement d'accord avec la chronique. Une bombasse d'album pour un groupe que je n'attendais pas à ce niveau. L'apport de Nick Holmes est indéniable dans la réussite de ce disque.
  • dark fortress_venereal dawnangrom | 21 novembre 2014
    Dark Fortress – Venereal dawn
    ah oui quand même !!!