Limp Bizkit – Gold Cobra

2 Commentaires      2 185
Style: Néo Rap MetalAnnee de sortie: 2011Label: Interscope

On n’y croyait plus tellement et pourtant le nouvel album de Limp Bizkit qui ressemblait de plus en plus à une blague de potache, est bel et bien sorti cette année. Bonne ou mauvaise nouvelle, il faudra tout simplement se projeter à la fin des années 90 pour le savoir, tant ce nouvel opus renvoie aux « oeuvres » emblématiques du néo rap métal de la bande à Durst, à savoir Significant Other et Chocolate Starfish and the Hot Dog Flavoured Water.

En clair on retrouve sur cet album tout ce que vous adoriez ou detestiez (voire adoriez detesterou encore détestiez adorer) à l’époque. La voix nasillarde et pénible de Durst, complétée par les parties de guitare efficaces de Borland revenu dans le giron familial après moult péripéties.

L’incartade (pourtant réussie) The Truth part 1 (y aura-t-il jamais un part 2?) semble définitivement enterrée et LB revient à ses bases : des textes d’une débilité consternante signés Fred « Polar Bear » Durst (sic), sur une musique entraînante qui reste dans la caboche et donne envie de jumper dans l’appartement.

L’album se partage donc comme à l’accoutumée, entre titres hyper directs et explosifs (« Gold Cobra », « Shark Attack », « Shotgun » -« everybody jump to the sound of the shotgun, in my neighbourhood, everybody’s got one »), passages faussement agressifs et qui ne feraient pas peur à une mouche (la grosse colère de Dursty sur « Get a Life » -« get a life get a motherfucking life, you don’t want to see what I can do with a knife »- lol), rappels que Limp Bizkit sait aussi frapper ponctuellement comme RATM (« Douche Bag » – « I’monna’ fuck you up »), sans oublier les passages émotionnants où Fred Durst montre que quoi qu’on en dise, le bougre n’est pas seulement un rapeur raté mais aussi un chanteur tout à fait valable (si, si, cf « Walking Away » ou le touchant -lol- « Loser »).

Durst n’évite pas l’auto parodie, et même s’il le fait précisément pour le clin d’oeil sur « Autotunage », il est quand même troublant de retrouver parfois des références qui sonnent comme du déjà entendu (les fameux « It’s just one of those days » ou « Another one of those days »), ce qui tout bien réfléchi n’est pas dramatique dans la mesure où Limp Bizkit reste bien Limp Bizkit et qu’on apprécie finalement d’être en terrain balisé quand on écoute un album de Durst.

Bref, il serait facile de seulement mettre en avant l’inanité d’une telle musique, et le côté gamin attardé de Fred Durst qui agace, sans reconnaître en même temps que tout cela donne quand même un peu envie de ressortir ses vieux baggies usés à l’écoute des titres de ce nouvel album aussi bas du front qu’à la « grande » époque. Effet nostalgie garanti pour les vieux de la vieille qui n’étaient pas allergiques au néo métal, reste à voir ce que les jeunes qui n’ont pas connu cette époque penseront de ce « truc » aujourd’hui, mais bon Fred s’en fout et on peut compter sur lui pour continuer à nous pondre ses âneries régulièrement. Après tout c’est rassurant d’avoir un pote benêt qui nous fait nous sentir intelligent et avec lequel on peut redevenir un gamin débile pour 3/4 d’heure…

Ah j’oubliais… Y a quand même un truc qui me chiffonne à chaque fois sur cet album (outre la pochette abominable évidemment) : pourquoi ce titre « Gold Cobra » et pas « Golden Cobra » d’autant que sur le titre éponyme Durst n’arrête pas de répéter « Golden Cobraaaaaa »… Erreur hallucinante ou nouvelle débilité assumée? On ne sait plus avec Durst, et même si cela reste un détail, je suis preneur si quelqu’un a une explication!

 

 

Tracklist :

01. « Introbra »
02. « Bring It Back »
03. « Gold Cobra »
04. « Shark Attack »
05. « Get A Life »
06. « Shotgun »
07. « Douche Bag »
08. « Walking Away »
09. « Loser »
10. « Autotunage »
11. « 90.2.10 »
12. « Why Try »
13. « Killer In You »

krakoukass

Chroniqueur

krakoukass

Co-fondateur du webzine en 2004 avec Jonben.

krakoukass a écrit 861 articles sur Eklektik.

Du meme groupe

Vous pourriez aussi apprécier

2 Commentaires

  1. gemini_com says:

    …en bijouterie, « gold » peut aussi être utilisé comme adjectif :-) …gold watch, gold necklace…Durst considère-t-il son cobra comme un bracelet ?
    …2ème possibilité, « gold » est utilisé comme adjectif pour définir la couleur or (et non la matière)…

  2. krakoukass krakoukass says:

    Ah ouais merci Gemini… Bon tu me diras j’aurais pu chercher peut-être…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *