I, Apparatus – Ebola and the Botanist

Pas de commentaires      1 714
Style: melodic mathcoreAnnee de sortie: 2011Label: Hotfoot Records

Après trois EP’s et un vinyle 7″ en à peine trois ans d’existence , I, Apparatus passe à la vitesse supérieure avec un premier long-format. Une pochette (trop) colorée et un titre biscornu, Ebola and the Botanist, quelque chose nous dit qu’on ne va pas avoir à faire à une musique très sérieuse, mais plutôt farfelue.

Et c’est là qu’on a faux sur toute la ligne. Pas de branlette utra technique à la Psyopus ou de démarrage dans des délires façon The Number 12 Looks Like You, mais un véritable amour pour les pionniers du mathcore que sont Botch, Converge ou The Dillinger Escape Plan. Ce sont d’ailleurs des plus récentes productions de ces derniers que l’esprit d’I, Apparatus s’inspire le plus significativement. En effet, les quatre minots (car ils sont jeunes mais aussi de Minot, Dakota du Nord) ont certainement été biberonnés aux plans déstructurés de leurs modèles, ils parviennent cependant à donner un coup de frais au style grâce à une approche davantage tournée vers la mélodie que vers une débauche de technique oppressante.

Ces mélodies rendent alors beaucoup plus digestes ces compos qui, même si elles n’en donnent pas l’impression, sont souvent particulièrement alambiquées question riffs. Enfin, au niveau vocal, Cody Hamm, chanteur/bassiste de son état, donne dans des éructations juvéniles mais plutôt accrocheuses. Pourront tout de même être considérées comme faute de goût les mélodies chantées, fort heureusement rares (le final de Mices et la ballade Deatheater), qui sont sûrement des stigmates du passé du groupe, un peu plus porté sur l’emo-refrain putassier à leurs débuts. Ici ces incartades, bien que déstabilisantes, ne portent pas préjudice à l’ensemble, ouf !

Ebola and the Botanist est au final un album particulièrement abrasif, surprenant par sa fraicheur et sa facilité d’accès malgré la complexité de certains riffs. Espérons qu’I, Apparatus n’en restera pas là et poursuivra sa progression pour ne pas seulement faire illusion le temps d’une apparition.

1. Avarice
2. Ebola
3. Botany
4. Learner
5. Alexey Shipinov
6. Meeces
7. Mices
8. Aluminati
9. Tagus
10. Deatheater
11. Mesopotamia

Facebook
Myspace

beunz
Up Next

Groupes cités dans la chronique

Vous pourriez aussi apprécier

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *