David Galas – The Ghosts of California

2 Commentaires      2 359
Style: Rock gothique / Dark folk / Rock progressifAnnee de sortie: 2011Label: Autoproduction

Ex-membre du groupe de darkwave Lycia, David Galas a, depuis 2006, pris l’initiative bien inspirée de créer ses propres compositions. Tout en poursuivant la même veine musicale que sa précédente formation, son premier album solo  The Cataclysm  constitue l’une des meilleures  surprises de ces dix dernières années, hautement recommandable à tous les fans du rock gothique Swansien (chronique de cet album à venir, sans doute…).

Après un intéressant deuxième album,  intitulé avec ironie  The Happiest Days of My Life (2009), plus accessible et lorgnant du côté du rock progressif, Galas insuffle un son résolument plus folk et acoustique sur ce Ghosts of California. Bien que différent, on y retrouve un certain nombre de constantes inhérentes à l’artiste : le désarroi et le pessimisme, au cœur des paroles, sont mis en exergue par les quelques guitares et cordes éplorées accompagnant la grande majorité des pistes ; la voix de Galas et l’ambiance générale rappellent toujours, quant à elles, le respectable son des Swans des années 90. Le titre « Ghosts of The American Dream », d’où émane un spectral orgue hammond, en est un exemple.  Cependant, dégagée de toute influence, il est une âme particulière à la musique de Galas qui la rend si unique ; une sonorité qui ne saurait laisser planer l’ombre d’un doute sur l’origine géographique de Galas : l’Arizona. En effet, l’aridité et l’écho de certains morceaux renvoient à l’étendue des déserts américains,  dans ces contrées où Galas puise son inspiration principale, expliquant mécaniquement le titre de l’album.

Il exhume ainsi, avec force symbolique, le passé californien afin d’entamer sur la plupart des chansons un discours très politisé. Il tient à démontrer combien, en ces temps de crise du système capitaliste, que le modèle culturel californien, le plus mondialisé, en est réduit à son simple fantasme et qu’il ne saurait incarner à nouveau le rêve. Le propos dramatique est éminemment bien mis en valeur dès la superbe introduction instrumentale (« Sect. VIII »), évoquant partiellement  le thème de  Mulholland Drive  de Badalamenti. L’album se partage alors en deux temps : une première partie, véritable transition entre cet album et le précédent, où le rock progressif se marie au folk pour le pire (« Everything & Nothing ») et très souvent le meilleur (« Suffering »), puis,  le dark folk vient avec spontanéité investir les sonorités de la quasi-totalité des titres de la deuxième partie, inaugurée par le mystérieux « My Struggle ».

Si, sur le début de l’album Galas use de quelques bonnes recettes qui lui ont assuré l’écoute attentive des amateurs d’un son rock pêchu, la suite prend le risque d’aller vers plus de contemplation et d’épurement appuyée par des guitares acoustiques, cordes et cuivres. On trouvera, à cet instant de l’album, les meilleurs morceaux, que ce soit  « Last Call » et son somptueux et triste refrain,   « Last Days of War », magnifiquement soutenu par un ensemble de cordes ou « The Final Solution » dont  la production très années 80 sonne presque comme une rencontre entre la poésie des Cocteau Twins et la grâce de  Sol Invictus.

Loin d’atteindre la perfection de The Cataclysm, The Ghosts of California  présente, toutefois, les qualités d’un album où l’artiste, après l’urgence de ses premiers œuvres et l’assimilation de ses influences,  entérine son identité musicale. Il confirme que le trop méconnu David Galas mérite, à l’évidence, sa place dans la discographie des indispensables du rock gothique de cette dernière décennie.

http://soundcloud.com/davidgalas

[soundcloud url= »http://api.soundcloud.com/tracks/31437672″ iframe= »true » /]

Track listing

  1. Intro/Sect VIII
  2. Ghosts Of The American Dream
  3. Everything And Nothing
  4. The Killing Tree
  5. The Ghosts Of California
  6. Sect IX/The Silent Collapse (instrumental)
  7. Suffering
  8. My Struggle
  9. The Final Solutio
  10. Last Call
  11. Into The Fire (instrumental)
  12. Last Days Of The War (Acoustic Version)
  13. Autumn’s Ending
  14. Sect X (instrumental)
  15. The Significance Of Failure (Columbine Remix by Sean Rieger/File Transfer Protocol)
  16. My Struggle ( Regret remix by Sean Rieger/File Transfer Protocol)
Up Next

Groupes cités dans la chronique

Vous pourriez aussi apprécier

2 Commentaires

  1. Ennoia says:

    La chanson en écoute donne vraiment envie, ça fleure bon les States. C’est vrai qu’il y a une petite patte Sol Invictus, à étudier de plus près!

  2. krakoukass krakoukass says:

    Merci pour la découverte, en effet ça a l’air intéressant cette affaire! Par contre je ne trouve pas l’album sur le net, j’aurais bien écouté avant de risquer un achat…

Répondre à krakoukass Annuler la réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *