Ghost Brigade – Until fear no longer defines us

1 Commentaire      2 381
Style: Melancolic dark metalAnnee de sortie: 2011Label: Season Of MistProducteur: Antti Malinen & Ghost Brigade

Ghost Brigade et moi, c’est l’histoire d’un rendez vous raté. Leur premier album, Guided by fire, ne m’avait pas plus emballé que ça, ancré dans des influences trop évidentes et grossières. Du coup, je dois avouer que je suis complètement passé à coté de ce premier effort. J’ai également zappé leur deuxième album (à tel point que je ne savais même pas qu’ils en avaient sorti un).

Il se pourrait bien que Until fear no longer defines us me réconcilie avec le groupe. C’est en fouillant dans les bacs de mon disquaire préféré, attiré par l’artwork magnifique, que suis je tombé sur ce nouvel album. Après mûre réflexion, je me suis décidé à l’acheter, malgré mes souvenirs mitigés.(Ouais je fais partie de cette race devenue rare qui achète les disques qu’il chronique) Un achat presque à l’aveugle, que je ne regrette au final absolument pas.

Accueilli au coin d’un feu de bois par « In the woods », magnifique ballade acoustique (fallait oser mettre un titre aussi calme d’entrée de disque), j’ai été littéralement happé par la sensation de cocon, presque rassurante que crée ce morceau. La suite de l’album est bien plus nerveuse, avec un substrat post-hardcore en toile de fond, Cult of Luna et Neurosis n’étant jamais bien loin (« Clawmaster », « Breakwater ») Mais le groupe arrive toujours à apporter sa patte mélancolique et grise comme un ciel de neige. Certes, les réminiscences de Katatonia sont encore bien présentes, notamment sur les titres les plus mélodiques (« Chamber », « Grain »), mais beaucoup mieux digérées. Comme souvent dans ce style la musique ne respire pas la joie de vivre, mais les envolées en voix claire magnifient les compositions, pour inviter l’auditeur à s’évader, à vider sa tête. A ce propos, si je ne devais retenir qu’une seule chose de Until fear no longer defines us, c’est qu’il m’a transporté ailleurs, et m’a fait oublier ou j’étais pendant presque 1 heure. Je me suis perdu dans l’artwork en écoutant le disque, et le monde extérieur n’existait plus. Rien que pour ça, chapeau bas. Emotionnellement superbe, puissamment mélodieux, à la fois éruptif et caressant, ce disque est une totale réussite de A à Z.

Oubliés, les reproches premiers que j’ai pu faire au groupe. Until fear no longer defines us est un album qui me paraît bien plus personnel, bien plus mûr. Ghost Brigade confirment qu’ils ont du talent, et que l’on peut se démarquer des ses influences sans les renier.

Tracklist

01. « In The Woods »
02. « Clawmaster »
03. « Chamber »
04. « Traces Of Liberty »
05. « Divine Act Of Lunacy »
06. « Grain »
07. « Breakwater »
08. « Cult Of Decay »
09. « Torn »
10. « Soulcarvers »

Chroniqueur

Kane

Amateur de metal depuis plus de 20 ans, sans style de prédilection particulier (quoique grand amateur de doom, death & black). Mes plaisirs extra-metalliques vont vers l'indus, l'électro, le trip hop, et le rock en général.

Kane a écrit 28 articles sur Eklektik.

Du meme groupe

Groupes cités dans la chronique

Vous pourriez aussi apprécier

Commentaire

  1. krakoukass krakoukass says:

    Ouais, le précédent m’avait saoulé alors que j’avais bien aimé le premier, mais ce retour 2011 se fait avec une très belle tenue pour Ghost Brigade.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *