Bilan 2011 Ennoia

Pas de commentaires      1 903
Annee de sortie: 2011

2011 fut une année intéressante, diverse dans ses sorties d’albums et pleine de concerts pour ma part.

Commençons par le sujet qui fâche, le flop musical.  Pour moi le fail d’or de l’année est décerné aux norvégiens d’Ulver avec le très décevant Wars of the Roses (voir chronique). Un album qui ne se foule ni en technique, ni en composition, ni en feeling.

Pour continuer dans les choses plaisantes, on peut également aborder les « live flops« : DHG (29/10/2011 au Luxor à Arnhem, NL), Negura Bunget (29/10/2011 au Luxor à Arnhem, NL et 25/04/2011 au Nouveau Casino, Paris) et Ulver (26/03/2011, Trabendo, Paris).

– DHG pour cause de problèmes techniques (en même temps quand on confie tous ses effets electro à un vieux netbook tout pourri il ne faut pas s’étonner de voir apparaître l’écran bleu windows… Décevant pour eux et pour nous) et d’une mauvaise gestion du temps (trop de temps passé à « décorer » la scène, ce qui fait qu’on n’a pas eu droit aux trois dernières chansons de la setlist). Pourtant dieu sait que j’avais hâte de les voir…. Je pense cependant que ce concert était un accident de parcours, Vicotnik n’étant pas habitué à gérer à la fois guitare, chant et effets il a été un peu débordé.

Negura Bunget, aïe le chant et aïe le jeu de scène. La nouvelle mouture de Negura ne donne pas de concerts très convaincants pour moi du fait de la faiblesse des vocaux et de l’exécution parfois approximative (voir par exemple l’édifiante tentative de vocaux clairs vers 1:45 de la vidéo).

Ulver et le mythique concert du Trabendo… On savait qu’ils ne s’éclataient pas en live, mais là on franchit toutes les bornes. Ils sont montés sur scène complètement bourrés d’où d’importantes difficultés à jouer (mention spéciale pour O’Sullivan qui a failli s’écrouler sur son clavier après sa 2ème bouteille de rouge bue au goulot en direct pendant le très pénible « Stone Angels ») et à chanter (merci les effets et le Ipad, Garm). Rajoutez par dessus une attitude complètement désinvolte et une volonté sans précédent de montrer que « oui, on se fait bien chier ce soir » (le batteur qui headbange avec un casque sur les oreilles pendant les parties piano était-il en train d’écouter autre chose?) et vous aurez l’impression amère d’arnaque laissée au public ce soir-là. Moralité de l’histoire: « j’aurais mieux fait d’aller voir Slayer qui jouait le même soir juste à côté ».

Inversement, 2011 a aussi porté son lot d’excellents concerts:

Virus (29/10/2011 au Luxor à Arnhem, NL):  performance technique brillante, beaucoup de présence sur scène et une grande honnêteté musicale.

The Kovenant (29/10/2011 au Luxor à Arnhem, NL): live commémoratif durant lequel ils ont joué In Times Before the Light en entier avec une classe et une patate extraordinaire. L’ensemble était bluffant de dynamisme et de qualité.

PJ Harvey (24/02/2011, Olympia, Paris): performance hors du commun, une voix inchangée par rapport aux albums et de très bonnes réadaptations de titres d’anciens albums. A voir absolument.

Rome (13/11/2011 , Mannheim, D): concert privé en l’honneur des nouveaux albums. Une voix et une présence scénique exceptionnelles.

S.U.P. (26/11/2011, L’autre Canal, Nancy): très bonne prestation, ils ont joué beaucoup de titres des vieux albums (Anomaly, The Cube…). Ils valent le déplacement.

Iron Maiden (28/06/2011 Paris Bercy): on ne présente plus la légende…

http://www.youtube.com/watch?v=IxRBAMvtKDI

Spiritual Front + Varsovie (09/04/2011, Café de la Danse, Paris): une salle vraiment sympa et deux performances aussi groovy que classe.

Katatonia (08/05/2011, Théâtre de L’Alhambra, Paris): n’étant pas une invétérée de Katatonia je craignais un peu ce concert dédié à Last Fair Deal Gone Down. Bien mal m’en a pris, ce fut un concert de 2h en deux parties: d’abord ils ont joué Last Fair Deal Gone Down en entier, puis entracte, puis setlist de concert classique très bien construite. Une grosse claque, beaucoup de présence et une très bonne maîtrise technique, même dans les vocaux.

Toujours dans les prix d’excellence, le DVD musical de l’année 2011: Fantômas The Director’s Cut live: A New Year’s Revolution. Certes l’album n’est pas de 2011 mais il n’en est pas moins très jouissif. Le concept? Un réveillon avec Mike Patton. Vous en rêviez? Il l’a fait. Fantômas vous souhaite bonne année à sa manière avec un concert endiablé où ils jouent The Director’s Cut en entier.

Et enfin, la substantifique moelle, les meilleurs albums de 2011:

1- PJ Harvey – Let England Shake (voir chronique)

2- Septic Flesh – The Great Mass (voir chronique)


3- Virus – The Agent that Shapes the Desert (voir chronique)


4- Hateful Abandon – Move (voir chronique)


5- Caïnan Dawn – Nibiru (voir chronique)


6- Peste Noire – L’Ordure à l’État Pur

7- NKVD – Vlast

8- Arckanum – Helvistismyrkr

9- Burzum – Fallen

10- Belong – Common Era (voir chronique)

 

Chroniqueur

Ennoia

Amatrice de chats, de zombies, de littérature, de black metal en particulier et surtout de musique en général.

Ennoia a écrit 34 articles sur Eklektik.

Up Next

Du meme groupe

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *