Bilan 2011 Kollapse

bilan2011

PJ HarveyLet England shake : La vraie Queen en Angleterre, c’est elle. Avec ce nouveau cru, elle prouve qu’elle a des choses à dire et encore un paquet d’inspiration à faire partager. Un album fort.

Dirge – Elysian magnetic fields : un album qui confirme que les français font mieux que beaucoup d’autres dans ce genre (post-métal pour l’Europe, sludge atmosphérique pour les USA), et la raison est simple : ils ne se contentent pas de reprendre les fondements du genre, que du contraire. Dirge avance, seul,  fier comme un coq, et livre un album puissamment…Magnétique.

ElderDead roots stirring : nouveaux venus dans la scène stoner métal, ces jeunots prouvent que l’expression « le talent n’a pas d’age » n’est peut-être pas dénuée de sens. Cet album est frais, inspiré, addictif, beau. Et il donne un bon coup de pied dans la fourmilière. Elle en avait besoin.

EnablersBlown realms and stalled explosions : disque élégant, varié et plus « musical » que les précédents, les Américains démontrent que le spoken-word ne doit pas nécessairement rimer avec « chiant ».

KourganeCorps de chasse : La noise française a encore de beaux jours devant elle. Surtout si elle compte parmi elle des rejetons aussi particuliers que ces Palois, qui rendent le bruit à la fois entêtant, excitant et imposant.

HawksRub : Ces dernières années ont été fructueuses pour le noise-rock outre-atlantique. En 2011, la version la plus carnassière et perverse connut son vainqueur : Rub est un coup de boutoir jouissif et sans concessions.

PordValparaiso : Pour un premier album, les Pord font fort. Quelque part entre Keelhaul et Dazzling Killmen, les Français tirent leur épingle du jeu au travers d’une noise certes tortueuse, mais surtout organique et pas clinique, le chant apportant une certaine humanité rafraichissante.

Tom WaitsBad as me : Ce monsieur est grand. Ce monsieur a presque 40 ans de musique derrière lui. Il synthétise ces années là par l’entremise d’un disque comportant les ingrédients chers à Waits : la blues, le jazz, le cabaret, les balades heart-broken, le swing endiablé, le rock sauvage, la verve frétillante. Ce nouvel album a tout du « Tom Waits illustré ».

RevokGrief is my new moniker : Des Français encore. Leur cas est particulier. Après un premier album prometteur, les Revok décident de taper un grand coup. Ce nouvel album est une belle claque, malsain à souhait, à l’image de la cover ambigue. Cet album échappe à toute classification autant qu’il échappe à toute compréhension. On en fait jamais le tour.

RamessesPossessed by the rise of magic : les sluge doomeux décident de rajouter un peu de corbeau à leur tambouille. Cela leur va très bien, ce disque est leur plus émotionnel et peut-être leur plus marquant à ce jour.

Je me dois de rajouter quelques mentions honorables, ces albums qui auraient pu, ou du, figurer dans ce top mais qui n’y sont finalement pas, pour cause de la mémoire, sélective  ou défaillante, et aussi à cause de la restriction logique qu’impose ce type de bilans.

Young Widows – In and out of youth and lightness

UltraphallusSawberry hagan

PicoreAssyrian vertigo

Uncle Acid And The Dead BeatsBlood lust

KickbackEt le diable rit avec nous

Mais aussi : Terra TenebrosaThe Tunnels, Will HavenVoire dire, Earth – Angels of darkness, demons of light I,  MondkopfRising doom, ASVAPresences of absences, Big’nDying breed & Spare the horses EP, Dead ElephantThanatology, FeistMetals, KEN ModeVenerable, K-BrandingAlliance.

2011 fut une belle année. Vivement 2012.

Pas de commentaires

Soyez le premier à commenter cet article !

Laisser un commentaire




XHTML: Vous pouvez utiliser les balises suivantes : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>

  • ben-howard - i forget where we werejoss | 25 novembre 2014
    Ben Howard – I Forget Where We Were
    En parfait accord avec la chronique. On sent dès la première écoute qu'il se passe quelque chose de spécial, même si il en faudra plusieurs pour bien s'imprégner de l'album. Pour moi le sommet du disque se situe avec l'enchainement "End of the affair" et le superbe "conrad" qui montre qu'on peut encore, en 2014, faire d'ex...
  • bbKane | 24 novembre 2014
    Bloodbath – Grand Morbid Funeral
    Entièrement d'accord avec la chronique. Une bombasse d'album pour un groupe que je n'attendais pas à ce niveau. L'apport de Nick Holmes est indéniable dans la réussite de ce disque.
  • dark fortress_venereal dawnangrom | 21 novembre 2014
    Dark Fortress – Venereal dawn
    ah oui quand même !!!
  • dark fortress_venereal dawnangrom | 20 novembre 2014
    Dark Fortress – Venereal dawn
    Je m'en fais écouter ça de ce pas !
  • dark fortress_venereal dawnkrakoukass | 18 novembre 2014
    Dark Fortress – Venereal dawn
    Ouaip excellent album pour sûr. Ils ont clairement franchi un pallier avec ce dernier opus. Très belle chronique camarade!
  • anopheli-ahungerMadrumo | 07 novembre 2014
    Anopheli – A Hunger Rarely Sated
    Vachement cool comme fusion !
  • kerretta-pirohiabeunz | 05 novembre 2014
    Kerretta – Pirohia
    Effectivement, ya un côté Russian Circles bien prononcé. Merci pour le retour, ça fait bien plaisir ! Et jette-toi sur leurs albums précédents ! ;)
  • kerretta-pirohiaMarbaf | 02 novembre 2014
    Kerretta – Pirohia
    Ben merde, j'étais passé à côté de ce groupe. Ça me fait penser à Russian Circles. Merci beaucoup pour la découverte (et pour le lien bandcamp).