Novembers Doom – Aphotic

novembers doom aphotic

J’avais tellement été enchanté en 2005 par les mélodies par The pale haunt departure et refroidi par le caractère plus rentre dedans, moins doom et plus heavy death de The novella reservoir (2007) que je n’avais même pas pris la peine de jeter une oreille sur le 7ème album (Into night’s requiem infernal, 2009) de Novembers Doom.

Pourquoi revenir vers le groupe en 2011, à l’occasion de leur nouvelle sortie Aphotic ? Eh bien tout d’abord parce que la musique de ces Américains me manquait. Chant death puissant et ô combien profond (l’un des plus beaux du genre) couplé à des vocaux clairs savamment distillés, arpèges folk mélodieux, riffing immédiatement identifiable, lead guitares envoûtantes – bref la formule gagnante en terme de doom death mélodique.

Et puis la présence en guest d’Anneke Van m’aura laissé penser, à raison, que le groupe renouait avec des structures plus élaborées, raffinées.

Pour autant, il était hors de question – professionnalisme mal payé oblige – de délivrer un satisfecit les oreilles fermées. Plusieurs décennies à écouter du metal ne mettent bien évidemment pas à l’abri de l’exigence de qualité musicale.

Ces mêmes années d’expérience permettent en revanche de gagner du temps ; du temps d’écoute, pour se faire une opinion. En l’occurrence, il ne m’aura pas fallu 6 mois pour me rendre compte que Aphotic méritait d’être porté aux nues des sorties de cette année.

Dès « The dark host », j’ai compris que j’avais bien fait de ne pas rester bloqué sur une pochette qui traduisait un manque d’inspiration. Tout le savoir-faire du groupe dans votre assiette servi par une production aux oignons (merci msieur Swano) : alternativement on tape du pied, on lâche la moumoute et on plane à l’écoute du solo cristallin. La magie opère, les couilles sont attrapées au vol et ne retrouveront leur liberté d’aller et venir qu’à la fin de la dernière note de « Shadow play ».

Ceux qui connaissent déjà le groupe ne seront pas surpris de trouver des titres purement péchus (« Harvest scythe ») ou uniquement acoustiques (« What could have been ») ; ceux qui ne connaissent pas le groupe non plus puisque je viens de vendre la mèche.

La palme d’or revient au sublime « Buried » dont les leads ont eu pour effet, dès la première écoute, de m’inciter à placer l’album parmi les prétendants au top 10 de 2011. Les autre titres n’étant pas en reste, c’est sans peine que je peux conclure que Novembers Doom nous offrent leur plus bel album depuis Pale haunt departure.

Image de prévisualisation YouTube

set list :

1/ The Dark Host

2/ Harvest Scythe

3/ Buried

4/ What Could Have Been

5/ Of Age and Origin – Part 1: A Violent Day

6/ Of Age and Origin – Part 2: A Day of Joy

7/ Six Sides

8/ Shadow Play

A PROPOS DE darkantisthene

darkantisthene Il est né, il a chroniqué, il est mort, aurait pu dire Heidegger si... j'étais mort, si Heidegger était vivant et s'il s'était intéressé à ma prose autant qu'à celle d'Aristote. Et il n'aurait pas été à une connerie près le père Martin parce qu'avant de chroniquer, et après être né, figurez-vous que j'ai vécu ; et écouté de la musique.

darkantisthene a écrit 245 articles sur Eklektik.

Pas de commentaires

Soyez le premier à commenter cet article !

Laisser un commentaire




XHTML: Vous pouvez utiliser les balises suivantes : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>

  • plebeiangrandstand-lowgazersichimatsu | 17 avril 2014
    Plebeian Grandstand – Lowgazers
    Dès les première secondes, on est dans le bain. Ambiance DsO sans la voix parce que pour ne serais-ce qu'en égaler une comme Mikko Aspa, accroche-toi Jeannot (on pourrai en écrire des pages sur sa voix à celui-ci). Une section de batteries comme je les aimes, de la gratte bien malsaine en veux-tu en voilà, ça speed bien l...
  • plebeiangrandstand-lowgazersRémi | 15 avril 2014
    Plebeian Grandstand – Lowgazers
    Ok. Moi je m'en étais arrêté à la moitié de chronique, tout pareil j'ai été super enthousiaste à l'écoute de Thrvst puis déçu à l'écoute de l'album: quand ça blast pas, la batterie fait des plans bateau. Et les riffs de grattes sont minimalistes au possible. Voilà, je me suis arrêté là. Et je vois ce qu'il me r...
  • Animals-As-Leaders-The-Joy-of-MotionSpirilysis | 12 avril 2014
    Animals As Leaders – The Joy of Motion
    Chronique très juste, à laquelle j'adhère totalement. Je confirme, "the joy of motion" est de loin mon préféré des 3. A mes oreilles (et à ce qu'il y a entre) leur musique affirme lourdement sa personnalité, offrant une énergie mieux canalisée, plus vaste et virevoltante, avec un fil bien plus percutant pour chaque mor...
  • morbus-chron-sweven-608x608ichimatsu | 02 avril 2014
    Morbus Chron – Sweven
    A la première écoute je me suis précipité sur leur site pour acheter le vinyle. Il me semblait avoir déjà écouté ce groupe... et oui, leur premier LP sur leur Bandcamp mais sans avoir éprouvé quoi que ce soit... alors qu'ici ! Le mélange de la musique, qui se rapproche parfois avec Ghost surtout dans le tempo (qu'est-...
  • Bak Trak - Voltage coverBak Trak | 24 mars 2014
    Bak Trak – Voltage
    Merci beaucoup !! Pour écouter l'EP en entier: http://bak-trak.com/musique/
  • helms alee - sleepwalking sailorsMarbaf | 21 mars 2014
    Helms Alee – Sleepwalking Sailors
    C'est bon ça, merci pour la n+1ième découverte :-)
  • kampfarKane | 14 mars 2014
    Kampfar – Djevelmakt
    Oui, j'approuve, cet album de Kampfar est réellement excellent. Je le rapprocherais plus des premiers Enslaved, avec évidemment un meilleur et plus gros son, mais c'est un détail sans importance. Epique, puissant, froid, mélodique juste ce qu'il faut, avec des titres atmosphériques à souhait, d'autres plus rentre dedans, u...
  • kampfarangrom | 12 mars 2014
    Kampfar – Djevelmakt
    Ca donne bien envie d'essayer, ta chronique