Reka – III

Pas de commentaires      1 594
Style: Post MachinAnnee de sortie: 2011Label: OSK Records

Troisième album pour ces russes quasiment inconnus au bataillon et officiant jusque-là dans un post-machin parsemé d’influences screamo (sur I en particulier) ou post-rock (en particulier sur II). III est comme son nom l’indique, leur troisième réalisation et en ce qui me concerne, ma grosse claque de post-machin de l’année 2011 (avec le très bon Animaltar de Selenites). Pour se démarquer de leurs précédentes réalisations, les russes ont eu l’excellente idée de faire appel à des petits gars de chez nous, expérimentés et éprouvés sur le registre post-machin : Sébastien le nouveau bassiste de Celeste et ancien chanteur de Llorah d’une part, et Johan, hurleur de Celeste, qui a apporté sa patte au mix de l’album.

Franchement je ne connais pas leur niveau d’influence sur la musique de Reka, mais le résultat est juste génial, et pourtant ce n’est à nouveau pas une originalité débordante qui démarque Reka des autres groupes du genre. On entend en effet du Amen Ra, du Time to Burn dans cette musique sombre et puissante, sur laquelle Sébastien pose des hurlements habités, avec des paroles en français.

5 titres seulement, mais pas un seul en dessous des 7 minutes, pour un total de 43 minutes de pur bonheur, voilà ce qui vous attend au programme de ce III, qui fait rimer efficacité et intelligence, avec pour meilleure preuve une capacité à laisser parler la musique sans saturer l’espace de chant. Les développements sont assez magnifiques (avec un paquet de passages qui foutent franchement la chair de poule et ce dès le superbe « Renaissance »), et le chant « core » de Sébastien installe une ambiance entre la mélancolie et la rage ponctuée de quelques (rares) passages parlés qui y contribuent également. Le tempo varie habilement et sait se faire plus lent pour laisser s’installer cette mélancolie magnifique que j’évoquais, avant de monter dans une explosion orgasmique. De ce point de vue Reka peuvent être d’ores et déjà considérés comme des maîtres absolus dans l’art de faire monter la sauce et d’amener vers des climax saisissants.

On pourra leur reprocher d’user un peu trop de ce schéma explosif sur tous les morceaux, et de faire ainsi preuve d’une application peut-être trop académique, mais quand le résultat est aussi beau, il faut aussi savoir se taire et laisser la musique parler d’elle-même.
L’album ne se déniche qu’auprès du label russe directement (le mieux étant en fait de leur envoyer directement un mail sauf si vous parlez/lisez le russe) et si vous êtes amateurs du genre, je ne pense pas que vous regrettiez l’investissement (10€ port compris).

 

http://www.youtube.com/watch?v=nffJ65bcdO0

 

Tracklist :

01 – Renaissance
02 – Dépendance
03 – Expectative
04 – Déconvenue
05 – Châtiment
krakoukass

Chroniqueur

krakoukass

Co-fondateur du webzine en 2004 avec Jonben.

krakoukass a écrit 708 articles sur Eklektik.

Groupes cités dans la chronique

Vous pourriez aussi apprécier

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>