Andrew W.K. – I Get Wet

Pas de commentaires      1 163
Style: Party Hard FMAnnee de sortie: 2001Label: IslandProducteur: Scott Humphrey et Andrew W.K.

D’abord il y a cette pochette mythique qui intrigue et amène à se demander quel est cet énergumène au visage explosé, et ce qui nous attend à l’écoute de cet album?

On est très vite fixé puisqu’on est mis immédiatement dans le bain avec « It’s Time To Party ». Faite d’hymnes rock tapant entre pop et Hard FM, la musique de l’américain est directe, déboule à 100 à l’heure la plupart du temps et donne une furieuse envie de sauter partout.

Typiquement la musique bête et basique, mais en même temps tellement jouissive qu’il est difficile, voire impossible, de rester insensible devant un tel déferlement d’énergie et de folie. On frôle le ridicule et le kitsch à de nombreuses reprises (mais on ne s’y vautre jamais), mais on cède finalement très vite en abandonnant nos soi-disant défenses du bon goût et de la valeur artistique. Oui Andrew a une dégaine de gros beauf avec son T-shirt troué et ses baskets, oui les paroles d’Andrew W.K. sont débiles (« She is Beautiful », « I Love NYC », « Party till you Puke » quoi!), oui la musique est à l’avenant, mais tout cela est beaucoup trop addictif pour bouder son plaisir d’autant qu’à part peut-être un « Fun Night » un peu moins réussi, il n’y a rien à jeter sur les 35 minutes et quelques que dure l’album.

Finalement, AWK c’est un peu un retour à l’enfance, quand tout était si simple, quand on se sentait transporté par la moindre petite joie. AWK c’est la musique que tu entends dans ta tête quand t’es môme et que tu deviens le héros du moment : quand tu réussis enfin à emballer ta petite voisine dont tu es amoureux depuis des années, quand tu gagnes enfin ton match de tennis contre ce petit salopard de Thibaut qui t’a toujours battu sur les 10 parties précédentes…

AWK c’est aussi la bande-son parfaite d’une régression à la Michael Youn, du genre qui te donne envie de transformer la maison familiale en piscine géante, et d’y organiser une monstrueuse fête avec tes potes et des bimbos au QI inversement proportionnel à la taille de leurs poumons!

Et on a beau dire, c’est vraiment pas désagréable en ces temps de sinistrose et déprimose, d’avoir une rondelle de plastique qui permette de se remettre dans cet état de joie simple, basique, parfaite quoi.

Bref AWK c’est la vie faite de joies simples, de plaisirs immédiats, la vie parfaite quoi! Et I Get Wet est indéniablement un album parfait dans sa catégorie, qui a rencontré un succès colossal dans son pays. Son successeur The Wolf est encore plus kitsch (on n’est vraiment plus très loin de la BO de Rocky), un peu moins speed et énergique, mais fortement recommandable également.

A noter que Donald Tardy (Obituary) tient les baguettes sur l’album.

 

Tracklist :

  1. It’s Time to Party – 1:30
  2. Party Hard – 3:04
  3. Girls Own Love – 3:13
  4. Ready to Die – 2:54
  5. Take It Off – 3:10
  6. I Love New York – 3:11
  7. She Is Beautiful – 3:33
  8. Party Til’ You Puke – 2:34
  9. Fun Night – 3:23
  10. Got to Do It – 3:55
  11. I Get Wet – 3:23
  12. Don’t Stop Living In The Red – 1: 42
krakoukass

Chroniqueur

krakoukass

Co-fondateur du webzine en 2004 avec Jonben.

krakoukass a écrit 714 articles sur Eklektik.

Groupes cités dans la chronique

Vous pourriez aussi apprécier

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>