Andrew W.K. – I Get Wet

Andrew-WK-I-Get-Wet

D’abord il y a cette pochette mythique qui intrigue et amène à se demander quel est cet énergumène au visage explosé, et ce qui nous attend à l’écoute de cet album?

On est très vite fixé puisqu’on est mis immédiatement dans le bain avec « It’s Time To Party ». Faite d’hymnes rock tapant entre pop et Hard FM, la musique de l’américain est directe, déboule à 100 à l’heure la plupart du temps et donne une furieuse envie de sauter partout.

Typiquement la musique bête et basique, mais en même temps tellement jouissive qu’il est difficile, voire impossible, de rester insensible devant un tel déferlement d’énergie et de folie. On frôle le ridicule et le kitsch à de nombreuses reprises (mais on ne s’y vautre jamais), mais on cède finalement très vite en abandonnant nos soi-disant défenses du bon goût et de la valeur artistique. Oui Andrew a une dégaine de gros beauf avec son T-shirt troué et ses baskets, oui les paroles d’Andrew W.K. sont débiles (« She is Beautiful », « I Love NYC », « Party till you Puke » quoi!), oui la musique est à l’avenant, mais tout cela est beaucoup trop addictif pour bouder son plaisir d’autant qu’à part peut-être un « Fun Night » un peu moins réussi, il n’y a rien à jeter sur les 35 minutes et quelques que dure l’album.

Finalement, AWK c’est un peu un retour à l’enfance, quand tout était si simple, quand on se sentait transporté par la moindre petite joie. AWK c’est la musique que tu entends dans ta tête quand t’es môme et que tu deviens le héros du moment : quand tu réussis enfin à emballer ta petite voisine dont tu es amoureux depuis des années, quand tu gagnes enfin ton match de tennis contre ce petit salopard de Thibaut qui t’a toujours battu sur les 10 parties précédentes…

AWK c’est aussi la bande-son parfaite d’une régression à la Michael Youn, du genre qui te donne envie de transformer la maison familiale en piscine géante, et d’y organiser une monstrueuse fête avec tes potes et des bimbos au QI inversement proportionnel à la taille de leurs poumons!

Et on a beau dire, c’est vraiment pas désagréable en ces temps de sinistrose et déprimose, d’avoir une rondelle de plastique qui permette de se remettre dans cet état de joie simple, basique, parfaite quoi.

Bref AWK c’est la vie faite de joies simples, de plaisirs immédiats, la vie parfaite quoi! Et I Get Wet est indéniablement un album parfait dans sa catégorie, qui a rencontré un succès colossal dans son pays. Son successeur The Wolf est encore plus kitsch (on n’est vraiment plus très loin de la BO de Rocky), un peu moins speed et énergique, mais fortement recommandable également.

A noter que Donald Tardy (Obituary) tient les baguettes sur l’album.

 

Tracklist :

  1. It’s Time to Party – 1:30
  2. Party Hard – 3:04
  3. Girls Own Love – 3:13
  4. Ready to Die – 2:54
  5. Take It Off – 3:10
  6. I Love New York – 3:11
  7. She Is Beautiful – 3:33
  8. Party Til’ You Puke – 2:34
  9. Fun Night – 3:23
  10. Got to Do It – 3:55
  11. I Get Wet – 3:23
  12. Don’t Stop Living In The Red – 1: 42
GROUPES:
STYLE: ,

A PROPOS DE krakoukass

krakoukass Co-fondateur du webzine en 2004 avec Jonben. Adresse de contact : krakoukass@eklektik-rock.com

krakoukass a écrit 671 articles sur Eklektik.

Pas de commentaires

Soyez le premier à commenter cet article !

Laisser un commentaire




XHTML: Vous pouvez utiliser les balises suivantes : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>

  • kerretta-pirohiabeunz | 31 octobre 2014
    Kerretta – Pirohia
    Héhé mais pas de problème ! Ravi que ça te plaise ! :)
  • kerretta-pirohiaGueff | 31 octobre 2014
    Kerretta – Pirohia
    C'est carrément très très bon tout ça! Je valide, plussoie et tout ce qui s'en suit :) (Désolé de ne pas avoir de critique plus constructive, je suis juste d'accord :p )
  • slipknot-the-gray-chapter-newCaptain Igloo | 27 octobre 2014
    Slipknot – .5: the Gray Chapter
    Je ne comprends pas vraiment ce que l'on peut reprocher à cet album, pour peu que l'on apprécie ou qu'on ait apprécié au moins un des albums précédents du groupe ! Ceux qui ont toujours dénigré, détesté le groupe ou simplement le style (moi j'appelle ça simplement du Metal) n'apprécieront toujours pas ! Après plus...
  • bbng-iiiAER | 25 octobre 2014
    BADBADNOTGOOD – III
    Encore des protégés du dieu Gilles Peterson, BBNG c'est la nouvelle vague jazz ayant digéré la pop/le r&amp;B/ l'electro et le hip hop. On pourrait ajouter les australiens de Hiatus Kayote, Snarky Puppy (dans le style plus big bang) et les petits chouchous de Quincy Jones "Dirty Loops"…tout ça sous l'oeil des grands frè...
  • lonely the brave-the days warAER | 25 octobre 2014
    Lonely the Brave – The Day’s War
    Première partie de Deftones l'an dernier au zénith de Paris et une bonne partie du public s'en foutait alors que ce groupe sonne plutôt bien, il me fait penser à cette vague de groupe des années 2000 un post- hardcore et rock comme Hundred Reasons et Hell is for Heroes, je suis d'accord sur la voix entre Cold et Vedder (san...
  • slipknot-the-gray-chapter-newDrugzath | 21 octobre 2014
    Slipknot – .5: the Gray Chapter
    Enfin une tres bonne chronique sur cet album ,pas comme chez nos compères de VS Webzine ;--) .Je te rejoints en tout point sur ce que tu a mentionné .Pour ma part un bon album qui se lasse pas au fil des écoutes .
  • slipknot-the-gray-chapter-newkrakoukass | 20 octobre 2014
    Slipknot – .5: the Gray Chapter
    Merci pour ton commentaire. ;) Loin de moi l'idée de proclamer que quiconque n'aime pas cet album est un abruti obtus (les personnes visées sont plutôt les couillons qui n'ont jamais aimé Slipknot -pour des raisons souvent basées sur des préjugés ou une haine du so called Nu Metal- et ont toujours craché sur le groupe, ...
  • slipknot-the-gray-chapter-newMths | 20 octobre 2014
    Slipknot – .5: the Gray Chapter
    Merci de bien faire comprendre que quiconque n'aime pas cet album est un "rageux bas du front", ça fait toujours plaisir. Et si ce n'est pas le message que tu voulais faire passer, je t'invite cordialement à retravailler le début de ta chronique... Je trouve que, dans les titres qui ont été balancés sur le Web, il y a q...