Smohalla – Résilience

3 Commentaires      2 069
Style: Black Metal Avant-GardisteAnnee de sortie: 2011Label: Arx Productions

On a beau avoir un radar assez performant pour éviter de laisser passer des sorties importantes sur une année donnée, il faut se rendre à l’évidence : on est maintenant complètement submergé par l’offre musicale, le nombre de groupes et d’albums candidats à une écoute semblant se démultiplier toujours davantage chaque année. On s’en félicitera sur le plan de la richesse des possibilités, et de l’accessibilité des albums sur Internet, mais quand on s’arrête pour observer l’évolution de notre consommation de musique, on pourra regretter de zapper sans doute aujourd’hui un peu trop vite d’un album à un autre sans s’appesantir suffisamment sur chacun (n’en laisse-t-on d’ailleurs pas passer un peu trop vite après une écoute trop distraite/rapide?).

Toujours est-il que les français de Smohalla qu’on a pourtant dans le radar chez Eklektik depuis 6 ans (voir la chronique de leur démo Smolensk Combustion) ont sorti en 2011, dans une relative confidentialité, une petite pépite avec leur premier véritable album, Résilience.

Il faudrait réécouter Smolensk Combustion pour se rendre compte du chemin parcouru (sans oublier qu’un EP a été tout de même publié par le groupe dans l’intervalle), mais il suffit en fait de jeter une oreille à cette nouvelle offrande y compris avec des oreilles vierges, pour en mesurer rapidement toute la richesse et la qualité. Au point même que Smohalla me semble aujourd’hui (nonobstant une discographie à ce jour évidemment bien moins conséquente) pouvoir faire pratiquement jeu égal avec l’entité Blut Aus Nord de Vindsval. Voilà en effet un album qui partage de véritables accointances avec la dernière sortie de BAN, 777 – The Desanctification, une ambiance proche dans les sonorités y compris quand elles flirtent avec la froideur de l’indus, une tendance à privilégier les tempos plutôt lents, en installant parallèlement des atmosphères puissantes et riches, qui peuvent aussi rappeler Ulver.

A noter que la particularité de cet album (et ce qui provoquera à mon avis soit l’adhésion soit le rejet de l’auditeur) est certainement ce mix particulier qui semble pour le coup mettre tous les instruments et tous les sons au même niveau, sans établir de hiérarchie apparente entre les instruments, les machines et les voix. S’il en ressort que les paroles pourtant en français deviennent du coup difficilement intelligibles, noyées dans un magma sonore impressionnant, on se laisse en revanche complètement happer et charmer par l’atmosphère à la fois sombre et intrigante de Résilience et on apprécie sincèrement ce vrai caractère qui distingue finalement Smohalla des autres formations officiant dans ce genre (parfois pompeusement appelé Post Black, on lui préférera de notre côté l’affiliation avant-gardiste qui renvoie plus naturellement et à raison à Ulver ou Arcturus). D’autant plus que le magma sonore en question a le bon goût de ne jamais se transformer en chaos incompréhensible et pénible.

La France serait-elle devenue la terre sacrée du black metal nouveau ?

En tout cas Résilience est une bombe, que l’on peut facilement ajouter au palmarès des meilleures sorties de l’année 2011.

Tracklist :

01. Quasar
02. Au Sol Les Toges Vides
03. Le Repos Du Lezard
04. Oracle Rouge
05. Marche Silencieuse
06. L’ homme Et La Brume
07. Aux Mille Dieux
08. Nos Sages Divisent

krakoukass

Chroniqueur

krakoukass

Co-fondateur du webzine en 2004 avec Jonben.

krakoukass a écrit 893 articles sur Eklektik.

Up Next

Du meme groupe

Groupes cités dans la chronique

Vous pourriez aussi apprécier

3 Commentaires

  1. darkantisthene says:

    Le morceau en écoute m’ennuie profondément, trop décousu à mon goût, l’ambiance est à peine effleurée, je trouve qu’elle n’arrive pas à être profondément mise en place ; si tout est du même acabit, je passe mon tour

  2. guim says:

    Pas assez écouté pour me prononcer mais j’aime le côté Zone X, à tiroirs et ambiances. Je vais dégommer la matière à la pioche, après digestion, je serai fixé. En attendant, y a un paquet d’idées à démêler sur les pistes du disque. C’est aussi ce qui me plaît.

  3. 87 says:

    J’en avais fait la chronique y a quelques semaines par chez moi, d’ailleurs je l’avais découvert car je crois que tu en avais parlé sur le forum, et à la lecture de ta kro, c’est très intéressant de voir qu’on tombe vraiment d’accord sur toute la ligne, j’adore franchement, une bien belle découverte.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *