Chimp Spanner – All Roads Lead Here

Chimp-Spanner-All-Roads-Lead-Here

Parmi les nouveaux petits génies du djent, je demande à Paul Ortiz de bien vouloir s’avancer.

Musicien de studio, créateur de jingles pour la télé, ce dernier développe en parallèle depuis plusieurs années sous le nom Chimp Spanner son projet instrumental metal prog/ambient, mélangeant de grosses guitares « djent » et des textures électroniques. Le résultat en 2010 fut la sortie de l’album At The Dream’s Edge sur Basick Records, petit label anglais qui monte.

Le succès de l’album, en Angleterre du moins, amena Ortiz a monter un groupe autour de lui pour jouer ses morceaux sur scène. On a donc vu tourner Chimp Spanner, y compris l’année dernière à Paris en première partie de Cynic.

Musicalement, ce projet se situe dans une veine à cheval entre les projets de guitar hero 90s (Satriani, Vai, etc) avec leurs solos à ralonges et leurs sons de claviers pseudo-futuristes, et un metal progressif plus tendu et actuel, formé de gros riffs groovy, à la croisée des influences Meshuggah et Sikth, des rythmiques dans les graves complexes et des lancées véloces en taping dans les aigus.

Même si on reste dans le même type de morceaux, les 6 titres de All Roads Lead Here ont le mérite d’aller direct au but et de corriger l’effet un peu kitsh de l’album précédent, on est toujours en pleine science-fiction mais il y est allé un peu plus mollo au niveau sons venus de l’espace. Ça donne un album à la fois « metal », puissant, épique, parfois démonstratif, mais dont l’écoute en est pourtant presque relaxante, que ce soit grâce à aux nappes de claviers spatiales ou aux notes cristallines de solos jazzy (voir l’excellent « guitar play-through » de Mӧbius Pt I si-dessous).

On pense immédiatement aux 2 autres groupes « djent » instrumentaux majeurs, Animals As Leaders et Cloudkicker, dans l’approche. Chimp Spanner n’a ni les influences jazz/fusion et le côté expérimental d’Animals As Leaders, ni le son organique et les crescendos post-rock de Cloudkicker, et tant mieux, Chimp Spanner est une entité à part entière plus proche du rock/metal progressif des 90s avec une atmosphère futuriste apportée par des sonorités électroniques travaillées.
A la manière de ces 2 autres groupes proches, il s’élève clairement au dessus du lot en proposant autre chose que des solos virtuoses et une production perso impeccable, une véritable personnalité et un talent de composition indéniable.

1. Dark Age of Technology
2. Engrams
3. Möbius, Pt. I
4. Möbius, Pt. II
5. Möbius, Pt. III
6. Cloud City

A PROPOS DE jonben

jonben Krakoukass et moi avons décidé de créer Eklektik en 2004 suite à mon installation à Paris, alors que disparaissait le webzine sur le forum duquel nous échangions régulièrement, ayant tous deux un parcours musical proche entre rock et metal, et un goût pour l'ouverture musicale et la découverte perpétuelle de nouveautés. Mes goûts se sont affinés au fil du temps, je suis surtout intéressé par les groupes et styles musicaux les plus actuels, des années 90s à aujourd'hui, avec une pointe de 70s. J'ai profité pendant des années des concerts parisiens et des festivals européens. J'ai joué des années de la guitare dans le groupe Abzalon. Mes styles de prédilection sont metal/hardcore, death technique, sludge/postcore, rock/metal prog, avec des incursions dans le jazz fusion et le funk surtout, depuis une île paumée de Thaïlande.                           [http://jonben.jux.com] [http://jonben.bandcamp.com]

jonben a écrit 452 articles sur Eklektik.

Pas de commentaires

Soyez le premier à commenter cet article !

Laisser un commentaire




XHTML: Vous pouvez utiliser les balises suivantes : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>

  • ben-howard - i forget where we werejoss | 25 novembre 2014
    Ben Howard – I Forget Where We Were
    En parfait accord avec la chronique. On sent dès la première écoute qu'il se passe quelque chose de spécial, même si il en faudra plusieurs pour bien s'imprégner de l'album. Pour moi le sommet du disque se situe avec l'enchainement "End of the affair" et le superbe "conrad" qui montre qu'on peut encore, en 2014, faire d'ex...
  • bbKane | 24 novembre 2014
    Bloodbath – Grand Morbid Funeral
    Entièrement d'accord avec la chronique. Une bombasse d'album pour un groupe que je n'attendais pas à ce niveau. L'apport de Nick Holmes est indéniable dans la réussite de ce disque.
  • dark fortress_venereal dawnangrom | 21 novembre 2014
    Dark Fortress – Venereal dawn
    ah oui quand même !!!
  • dark fortress_venereal dawnangrom | 20 novembre 2014
    Dark Fortress – Venereal dawn
    Je m'en fais écouter ça de ce pas !
  • dark fortress_venereal dawnkrakoukass | 18 novembre 2014
    Dark Fortress – Venereal dawn
    Ouaip excellent album pour sûr. Ils ont clairement franchi un pallier avec ce dernier opus. Très belle chronique camarade!
  • anopheli-ahungerMadrumo | 07 novembre 2014
    Anopheli – A Hunger Rarely Sated
    Vachement cool comme fusion !
  • kerretta-pirohiabeunz | 05 novembre 2014
    Kerretta – Pirohia
    Effectivement, ya un côté Russian Circles bien prononcé. Merci pour le retour, ça fait bien plaisir ! Et jette-toi sur leurs albums précédents ! ;)
  • kerretta-pirohiaMarbaf | 02 novembre 2014
    Kerretta – Pirohia
    Ben merde, j'étais passé à côté de ce groupe. Ça me fait penser à Russian Circles. Merci beaucoup pour la découverte (et pour le lien bandcamp).