Dionaea – Still

Dionaea – Still

Après la démo deux titres, place à l’EP trois titres pour Dionaea. Les américains n’ont pas tellement évolué musicalement entre les deux, ils transcendent juste leur genre autoproclamé « post grind ». Encore une étiquette farfelue me direz-vous, pourtant le groupe colle parfaitement à ce style-là (même si le côté « grind » n’est là que par intermittence).

Prenez Same Story, premier morceau pavé de quasiment un quart d’heure. Une introduction post-rock toute douce puis tout s’emballe dans un enchevêtrement de notes déstructurées que ne renierait pas Behold…The Arctopus, Tera Melos ou encore Journal. Une voix énervée (pas si grind que ça mais bon, on ne va pas chipoter) s’ajoute au magma et s’en va aussitôt pour laisser place à une autre atmosphère instrumentale qui se verra elle-même suivie par d’autres plans à vitesse grand V. Et il en sera ainsi pendant ce premier quart d’heure pendant lequel l’auditeur est balancé entre riffs en tapping extrêmement rapides et arpèges plus doux. Cela pourrait s’apparenter à du collage pur et simple (les mauvaises langues diront qu’il aurait été plus judicieux de découper les différents plans en autant de morceaux), mais non, c’est complètement justifié et forme un tout indissociable.

Les deux autres morceaux reprennent à peu près les mêmes schémas de jeu mais avec une durée quasiment divisée par deux (7 et 8 minutes). Le trio s’offre même le luxe d’avoir un violoncelle comme invité pendant Carrier, ajoutant une touche épique (qui était déjà là sans ça). Globalement plus calme que le morceau d’introduction, celui-ci est un excellent titre de post rock boosté aux amphets. Enfin Meraquo conclut cet EP avec ce tricotage de cordes typique et un peu de chant hargneux, c’est donc reparti pour huit minutes de montagnes russes à base de riffs tantôt étourdissants, tantôt plus émotionnels.

Une juxtaposition de styles dont l’aspect presque diamétralement opposé peut rebuter mais qui fait vraiment mouche si l’on persévère dans l’écoute de ce Still, petit bijou épique et unique. Dionaea s’affranchit donc des styles musicaux : post-rock, math-rock, grind, etc. et laisse pantois par sa richesse et son énergie. Un album exigeant et imprévisible qui devrait s’attirer les faveurs des fans de musiques alambiquées.

Tracklist:

1. Same Story
2. Carrier
3. Meraquo

Facebook
Bandcamp

http://www.youtube.com/watch?v=7a6IR0kX0n8

TAGS : , ,
GROUPES:
STYLE:

4 commentaires

  1. Ouch, très bon ça, merci pour la découverte Beunzy. Ça se choppe en cd quelque part ?

  2. héhé content que ça te plaise ! les deux albums se chopent ensemble là: https://www.paypal.com/us/cgi-bin/webscr?cmd=_flow&SESSION=_zHaI92_QCimjLZsJDGcHFqJOA2jyEPZiCnExTcYC5aggxY2PkDm6-uiwCi&dispatch=50a222a57771920b6a3d7b606239e4d529b525e0b7e69bf0224adecfb0124e9b61f737ba21b08198d7a214dbf6ac4f3cd23680b71ef37df3
    après si tu veux les acheter séparément, tu peux contacter le groupe via facebook je pense

  3. Excellente decouverte, merci! Les passages post/math-rock sont proche des excellents Irepress.
    Du coup j’ai commandé l’ep et la demo.

  4. Je suis tombé sur ce groupe complétement par hasard et je viens de prendre une méchante claque dans la figure … Merci pour l’article qui m’a permis d’en apprendre un peu plus je vais m’empresser d’acheter tout ça <3

Laisser un commentaire




XHTML: Vous pouvez utiliser les balises suivantes : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>

  • ben-howard - i forget where we werejoss | 25 novembre 2014
    Ben Howard – I Forget Where We Were
    En parfait accord avec la chronique. On sent dès la première écoute qu'il se passe quelque chose de spécial, même si il en faudra plusieurs pour bien s'imprégner de l'album. Pour moi le sommet du disque se situe avec l'enchainement "End of the affair" et le superbe "conrad" qui montre qu'on peut encore, en 2014, faire d'ex...
  • bbKane | 24 novembre 2014
    Bloodbath – Grand Morbid Funeral
    Entièrement d'accord avec la chronique. Une bombasse d'album pour un groupe que je n'attendais pas à ce niveau. L'apport de Nick Holmes est indéniable dans la réussite de ce disque.
  • dark fortress_venereal dawnangrom | 21 novembre 2014
    Dark Fortress – Venereal dawn
    ah oui quand même !!!
  • dark fortress_venereal dawnangrom | 20 novembre 2014
    Dark Fortress – Venereal dawn
    Je m'en fais écouter ça de ce pas !
  • dark fortress_venereal dawnkrakoukass | 18 novembre 2014
    Dark Fortress – Venereal dawn
    Ouaip excellent album pour sûr. Ils ont clairement franchi un pallier avec ce dernier opus. Très belle chronique camarade!
  • anopheli-ahungerMadrumo | 07 novembre 2014
    Anopheli – A Hunger Rarely Sated
    Vachement cool comme fusion !
  • kerretta-pirohiabeunz | 05 novembre 2014
    Kerretta – Pirohia
    Effectivement, ya un côté Russian Circles bien prononcé. Merci pour le retour, ça fait bien plaisir ! Et jette-toi sur leurs albums précédents ! ;)
  • kerretta-pirohiaMarbaf | 02 novembre 2014
    Kerretta – Pirohia
    Ben merde, j'étais passé à côté de ce groupe. Ça me fait penser à Russian Circles. Merci beaucoup pour la découverte (et pour le lien bandcamp).