Salving Thy Amiss – Our Sons; Heart-Rending Stories From Babblers

salvingthyamiss-oursons

Autocitation : « Espérons par la même occasion que le prochain album verra le jour dans moins de cinq ans ! » C’est par cette phrase de conclusion que la chronique d’Amid All This Mess, A Weak Splendour! , précédent méfait de Salving Thy Amiss se terminait. Et… ils m’ont écouté !! Comme s’il voulait rattraper le temps perdu, le groupe n’a cette fois pas mis cinq ans pour sortir son nouvel album mais à peine un an ! Alors, une suite trop précipitée ou un trop plein d’idées qui ne méritait pas plus d’attente ? Je penche pour la seconde option…

Comme son prédécesseur, ce nouvel album autoproduit prône une ouverture d’esprit en mêlant ses ruades math/grind allant au triple galop (petites références équestres histoire de mettre l’index (ou le sabot) sur leur récurrence thématique de pochettes, fort réussies d’ailleurs) à des passages mélodiques de haute volée, le tout couplé à quelques expérimentations sonores. En bref, les franciliens poursuivent leur voie dans ce style hybride et conceptuel qu’ils ont une nouvelle fois façonné de A à Z. Mais si le fond est sensiblement le même (avec toujours ces romans en guise de titres), la forme a, elle, évolué. Au niveau de la production notamment, plus limpide et aérée, moins compacte, moins bloc. Et puis il y a donc ces mélodies et ce chant clair qui prennent les devants (de l’intro de It’s hard to describe the lack of physical actions…, aux deux derniers morceaux majoritairement apaisés),un choix qui surprend au premier abord (« mais pourquoi autant de chant clair, faut crier, merde !!! ») mais auquel on s’adapte finalement si bien qu’on se met même à reprendre en chœur certains passages (essayez de résister au sautillant Appearing in their wild and disgusting getup…).

Et c’est là tout le talent de Salving Thy Amiss : rebondir constamment là où on n’attend pas, mêler le chaos (même si l’album est globalement moins déstructuré que Amid…) à des séquences particulièrement accrocheuses. Ces passages mélodiques, qu’ils soient doux et hypnotiques, voire carrément pop (allez, le mot est lâché !), fusionnent parfaitement avec l’urgence hystérique qu’on leur connaissait auparavant. En guise de nouveauté sur cet album, on notera aussi une utilisation plus récurrente de sonorités électroniques, tantôt discrètes, tantôt plus prononcées, qui participent à l’affinage de leur identité. Un goût pour l’expérimentation qu’on leur découvre et qui trouve aisément sa place dans leur univers fourre-tout.

Mais tous ces éléments (parfois aux antipodes) dans un même album, n’est-ce pas un peu indigeste ? Certes, il y a en effet de fortes chances que l’extrême richesse de l’ensemble aie un peu de mal à passer, pour un peu que l’on soit réfractaire aux cocktails trop osés, cet album pourrait alors devenir lassant. L’effet peut être aussi totalement opposé, comme pour ma part : j’adhère totalement à ce nouvel album de Salving Thy Amiss principalement pour cette approche originale et unique, toute en rebondissements et toujours sur la brèche. A (re)découvrir et à faire tourner, ce groupe trop discret mérite vraiment qu’on parle de lui !


1. « Nothing will ever abate our crusading zeal! I guess… »
2. Our story begins, ironically, at the unoriginal conclusion…
3. It’s hard to describe the lack of physical actions…
4. Appearing in their wild and disgusting getup…
5. « How much time has elapsed? » asked the tall guy…
6. Most of the time, angry crowds with torches have really good reasons…
7. Correlation between age-old traditions and cold-blooded massacres…
8. « Would you let someone sow love with a broken spear… »
9. Again. Fractious children and their ability to erase footprints.

Album en streaming et téléchargement gratuit sur Bandcamp
Facebook

Pas de commentaires

Soyez le premier à commenter cet article !

Laisser un commentaire




XHTML: Vous pouvez utiliser les balises suivantes : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>

  • kerretta-pirohiabeunz | 31 octobre 2014
    Kerretta – Pirohia
    Héhé mais pas de problème ! Ravi que ça te plaise ! :)
  • kerretta-pirohiaGueff | 31 octobre 2014
    Kerretta – Pirohia
    C'est carrément très très bon tout ça! Je valide, plussoie et tout ce qui s'en suit :) (Désolé de ne pas avoir de critique plus constructive, je suis juste d'accord :p )
  • slipknot-the-gray-chapter-newCaptain Igloo | 27 octobre 2014
    Slipknot – .5: the Gray Chapter
    Je ne comprends pas vraiment ce que l'on peut reprocher à cet album, pour peu que l'on apprécie ou qu'on ait apprécié au moins un des albums précédents du groupe ! Ceux qui ont toujours dénigré, détesté le groupe ou simplement le style (moi j'appelle ça simplement du Metal) n'apprécieront toujours pas ! Après plus...
  • bbng-iiiAER | 25 octobre 2014
    BADBADNOTGOOD – III
    Encore des protégés du dieu Gilles Peterson, BBNG c'est la nouvelle vague jazz ayant digéré la pop/le r&amp;B/ l'electro et le hip hop. On pourrait ajouter les australiens de Hiatus Kayote, Snarky Puppy (dans le style plus big bang) et les petits chouchous de Quincy Jones "Dirty Loops"…tout ça sous l'oeil des grands frè...
  • lonely the brave-the days warAER | 25 octobre 2014
    Lonely the Brave – The Day’s War
    Première partie de Deftones l'an dernier au zénith de Paris et une bonne partie du public s'en foutait alors que ce groupe sonne plutôt bien, il me fait penser à cette vague de groupe des années 2000 un post- hardcore et rock comme Hundred Reasons et Hell is for Heroes, je suis d'accord sur la voix entre Cold et Vedder (san...
  • slipknot-the-gray-chapter-newDrugzath | 21 octobre 2014
    Slipknot – .5: the Gray Chapter
    Enfin une tres bonne chronique sur cet album ,pas comme chez nos compères de VS Webzine ;--) .Je te rejoints en tout point sur ce que tu a mentionné .Pour ma part un bon album qui se lasse pas au fil des écoutes .
  • slipknot-the-gray-chapter-newkrakoukass | 20 octobre 2014
    Slipknot – .5: the Gray Chapter
    Merci pour ton commentaire. ;) Loin de moi l'idée de proclamer que quiconque n'aime pas cet album est un abruti obtus (les personnes visées sont plutôt les couillons qui n'ont jamais aimé Slipknot -pour des raisons souvent basées sur des préjugés ou une haine du so called Nu Metal- et ont toujours craché sur le groupe, ...
  • slipknot-the-gray-chapter-newMths | 20 octobre 2014
    Slipknot – .5: the Gray Chapter
    Merci de bien faire comprendre que quiconque n'aime pas cet album est un "rageux bas du front", ça fait toujours plaisir. Et si ce n'est pas le message que tu voulais faire passer, je t'invite cordialement à retravailler le début de ta chronique... Je trouve que, dans les titres qui ont été balancés sur le Web, il y a q...