Carnage – Let the carnage begin

Carnage Let The Carnage Begin

Derrière ce patronyme et ce titre ô combien originaux et cette pochette tout droit sortie des 90’s se cache une petite pépite sortie en 2011.

Enfin quand je dis sortie… disons qu’elle ne risque pas d’attraper froid car elle montre à peine le bout de son nez infâme tellement la promo est inexistante. Alors, certes, le groupe n’a pas de label (ce qui est proprement scandaleux, je pèse mes mots) ; mais, en 2012, il existe quand même quelques moyens de communication permettant de faire circuler son nom un minimum !

Oh les gars (labels et groupe), sortez-vous les doigts et donnez à cet album tout l’appui qu’il mérite ! Je ne vais pas faire ça tout seul même si je compte bien apporter ma pierre à l’édifice !

Histoire de ne pas me faciliter la tâche, le groupe a eu la bonne idée d’avoir une origine qui ne fait pas vraiment rêver les foules en matière de death metal : la Russie.

Cette vaste et froide contrée risque de devenir également le tombeau de ce jeune groupe si nous ne sommes pas quelques-uns à affirmer haut et fort que, à travers Let the carnage begin, le pays qu’aucun conquérant ne peut envahir a toutes les cartes en main pour conquérir, lui, les vieilles nations fers de lance du death old school.

Car la Russie ne vient pas mettre juste un petit bout de gland dans la rondelle, autant vous le dire tout de suite. Elle débarque pour nous pénétrer à sec à coups de mastards maléfiques en acier trempé.

Pas besoin de tout faire débouler à 800 à l’heure dans une débauche de puissance surproduite ; ici le son est sec, incisif, presque « maigre » ; ça peut en rebuter certains en mal de claque dans la gueule mais personnellement j’accroche carrément et trouve que ça sied très bien au teint globalement mid tempo.

Je sais que je ne vais pas sortir des noms qui font rêver tout un chacun mais l’honnêteté est la meilleure alliée du chroniqueur lorsque les sirènes de la notoriété mondiale viennent frapper à sa porte. A l’écoute de ce premier album de Carnage, je n’ai pas pu m’empêcher de penser à 3 albums permettant de donner une idée de ce à quoi nous avons affaire : Shadows of the past de Sentenced, Death shall rise de Cancer et The dead shall inherit de Baphomet.

Ah je vous avais prévenu, c’est du old school et loin des têtes d’affiches faisant la une des journaux.

Vous avez du mal à imaginer ce que pourrait donner l’alliance entre un riffing groovy (parfois Illdisposedien), incisif, au tranchant inaltérable, qui a ses racines bien implantées dans le terroir de l’Enfer, et des soli noirs et mélodiques ? Tant mieux, ça vous incitera à ne pas perdre une seconde pour aller vérifier par vous-même le bien fondé de mon enthousiasme ; car même si on pourrait à la rigueur regretter une certaine monotonie dans les vocaux ultra gutturaux, je ne suis pas sûr que la Scandinavie ou les USA aient été capables ces derniers temps de bander aussi dur dans une orgie dépravée.

http://www.youtube.com/watch?v=TRWS4I5FAWg

1. Welcome to Apocalypse

2. Living Dead

3. Your Enemy

4. Beneath Your Mask

5. My Painkiller

6. Hate

7. Faith of Our Ancestors

8. Instrumental

9. Poison

TAGS : ,
GROUPES:
STYLE:

A PROPOS DE darkantisthene

darkantisthene Il est né, il a chroniqué, il est mort, aurait pu dire Heidegger si... j'étais mort, si Heidegger était vivant et s'il s'était intéressé à ma prose autant qu'à celle d'Aristote. Et il n'aurait pas été à une connerie près le père Martin parce qu'avant de chroniquer, et après être né, figurez-vous que j'ai vécu ; et écouté de la musique.

darkantisthene a écrit 255 articles sur Eklektik.

Pas de commentaires

Soyez le premier à commenter cet article !

Laisser un commentaire




XHTML: Vous pouvez utiliser les balises suivantes : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>

  • bbng-iiiAER | 25 octobre 2014
    BADBADNOTGOOD – III
    Encore des protégés du dieu Gilles Peterson, BBNG c'est la nouvelle vague jazz ayant digéré la pop/le r&amp;B/ l'electro et le hip hop. On pourrait ajouter les australiens de Hiatus Kayote, Snarky Puppy (dans le style plus big bang) et les petits chouchous de Quincy Jones "Dirty Loops"…tout ça sous l'oeil des grands frè...
  • lonely the brave-the days warAER | 25 octobre 2014
    Lonely the Brave – The Day’s War
    Première partie de Deftones l'an dernier au zénith de Paris et une bonne partie du public s'en foutait alors que ce groupe sonne plutôt bien, il me fait penser à cette vague de groupe des années 2000 un post- hardcore et rock comme Hundred Reasons et Hell is for Heroes, je suis d'accord sur la voix entre Cold et Vedder (san...
  • slipknot-the-gray-chapter-newDrugzath | 21 octobre 2014
    Slipknot – .5: the Gray Chapter
    Enfin une tres bonne chronique sur cet album ,pas comme chez nos compères de VS Webzine ;--) .Je te rejoints en tout point sur ce que tu a mentionné .Pour ma part un bon album qui se lasse pas au fil des écoutes .
  • slipknot-the-gray-chapter-newkrakoukass | 20 octobre 2014
    Slipknot – .5: the Gray Chapter
    Merci pour ton commentaire. ;) Loin de moi l'idée de proclamer que quiconque n'aime pas cet album est un abruti obtus (les personnes visées sont plutôt les couillons qui n'ont jamais aimé Slipknot -pour des raisons souvent basées sur des préjugés ou une haine du so called Nu Metal- et ont toujours craché sur le groupe, ...
  • slipknot-the-gray-chapter-newMths | 20 octobre 2014
    Slipknot – .5: the Gray Chapter
    Merci de bien faire comprendre que quiconque n'aime pas cet album est un "rageux bas du front", ça fait toujours plaisir. Et si ce n'est pas le message que tu voulais faire passer, je t'invite cordialement à retravailler le début de ta chronique... Je trouve que, dans les titres qui ont été balancés sur le Web, il y a q...
  • fartbarf-dirtypowerRémi | 19 octobre 2014
    Fartbarf – Dirty Power
    masques, vocoder et Lap dance? merci au revoir.
  • occultation - silence in the ancestral houseIkea | 15 octobre 2014
    Occultation – Silence in the Ancestral House
    Sans aller jusqu'au coup de cœur, un très bon album. Tout à fait d'accord sur l'ambiance, très réussie, renvoyant aux films d'Argento, Fulci et consorts. Quant au côté Ghost... Il est présent mais Occultation est tellement plus raffiné, insidieux, que j'ai tendance à le mettre à-part. Clairement, un groupe qui montre ...
  • krieg-transientdarkantisthene | 13 octobre 2014
    Krieg – Transient
    très belle sortie, je suis moins fan de la "2ème" partie de l'album mais ça reste très intéressant dans le style.