Whourkr – 4247 Snare Drums

Whourkr - 4247 Snare Drums (Cover)

Il y a tellement de choses à dire sur le dernier Whourkr (sorti le 14 mai 2012). En tout cas, dès le premier contact, il m’a vendu du rêve.

D’une part, commençons par le commencement : Whourkr est un projet au sein duquel Gautier Serre, alias Igorrr, est le seul contributeur permanent. « 4247 Snare Drums » est le troisième album de ce projet, en collaboration avec ce taré de Mulk, tandis que le premier album, « Naät« , a été créé avec Öxxö Xööx et le second, « Concrete« , avec -i snor. Öxxö Xööx a cependant participé à « Ostina » et « Arithmetic Punishment« , deux des tracks de ce dernier album.

Ensuite, c’est un album Ad Noiseam, mon petit label chouchou, qui confirme ainsi à la fois sa fidélité à Igorrr et son amour des mélanges (puisque, dans un style proche, l’album « Grist » de Drumcorps est sorti chez Ad Noiseam lui aussi). D’ailleurs, comme l’écurie de Nicolas Chevreux est une grande famille, c’est le talentueux breakcoreux français Ruby My Dear, qui a signé chez eux très récemment pour un album à sortir en courant d’année, qui conclut « 4247 Snare Drums » par un remix d’une des tracks de l’opus.

Enfin, entre le nom de l’album (qui est un décompte exact et pas un nombre au hasard, soit une moyenne de 137 snares par minute, vu que les quatre minutes du remix de Ruby ne sont pas prises en compte) et certains des titres de pistes (« Manger du Beurre« , « Coiffer un Ours« , « Petits Poneaux« , « Gastro-Equestre« …), on sent qu’il y aura là-dedans un esprit bourrinator post-dadaïste à la fois drôle et sale.


La lampe à huile fait aussi bong.

Pourtant, cet esprit aura mis du temps à venir. Le premier album « Naät » (2007) semble à première vue ne pas être grand-chose de plus qu’un gigantesque défouloir. Certaines ambiances, particulièrement belles et clairement surprenantes, le font sortir du lot (notamment sur « Nrrit« , qui passe sans prévenir de quelques jolies nappes très Öxxiennes à un grind teinté de bleeps et glitchs en tout genre, ou « Nhosg » qui sent le black sympho à plein nez… et s’en moque un peu ? ce qui n’empêche pas la fin de ce titre d’être incroyablement glauque) ; cependant, l’opus reste majoritairement un album de grindcore parfumé à l’électro. Du bon grindcore avec des glitchs sympathiques, ceci dit, mais le mélange des genres est relativement peu poussé, si on veut bien le comparer par exemple à ce que faisait Maruosa la même année avec le petit bijou de noisy-cybergrind « Exercise and Hell » — dont seule la bonus-track bruitiste « Hackta » se rapproche réellement, le reste de Whourkr restant globalement bien plus audible que du Maruosa, Dieu merci.

http://www.youtube.com/watch?v=mnI39RtmL3w
Bon, ça a quand même de la gueule, même pour du « simple » grindcore électro (« Nrrit »).

L’année suivante, « Concrete » redresse la barre, en apportant pas mal d’éléments Igorrriens… ce qui pourrait finalement être le principal (seul ?) reproche que l’on pourrait adresser à ce deuxième opus. Le collaborateur de Gautier Serre sur cet album, Yann Coppier alias -i snor, est un artiste incroyable, créateur d’une sorte de « spéléo-électro » envoûtante dont peu de traces apparaissent au final sur « Concrete« , album plus décousu (délicieusement décousu) que son prédécesseur, osant le cybergrind mid-tempo (« Skovsnails« ) et les expérimentations post-zappaesques (la délirante « Cera Pollutea« ) autant que le rococo-glauque (« Santo« ). C’est sûr, les fans d’Igorrr y reconnaitront directement sa touche, et se demanderont s’il ne s’est pas contenté de pousser à l’extrême certains des aspects de sa musique — le côté metal-breakcore de sa musique, qui ressort avec grâce sur  des titres comme « Slaagt » — en occultant ou en limitant les autres — les instruments sortis de nulle part et les chants baroques. Étonnamment, la réponse est clairement non : bien que des façons de faire se retrouvent bien évidemment, la créativité des deux artistes se focalise clairement sur un autre aspect, finalement bien plus bruitiste (les glitchs et les larsens de « Freugz« ) et organique (l’aspect post-black de « Squirk » avec ses accélérations-décélérations tidales), osant aussi beaucoup plus le décalage rythmique et prenant le risque d’un flirt avec l’incohérence savamment maîtrisé (« Gorowatz« ).

http://www.youtube.com/watch?v=-e8jMJU4pjY
Bim. (« Freugz »)

L’esprit post-dadaïste du projet s’affirme véritablement sur le petit dernier « 4247 Snare Drums« . Certes,  rien de ce qu’a fait Igorrr jusqu’ici n’y a échappé, mais Mulk et lui vont se promener sur ce nouvel album dans un terrain cybergrind à la fois plus affirmé et plus foutraque encore que sur le précédent opus. Pardon, ai-je dit « foutraque » ? Ce n’est qu’en apparence, car derrière l’impression de gros bordel qui règne de toute façon lors de la découverte du style, il y a des constructions efficaces et redoutables. « Ostina« , le titre le plus long de l’album avec ses 4’25″, en est une parfaite illustration : la furie y débarque par vagues, entrecoupées des parties de chant de Laurent (Öxxö Xööx) mais sans jamais y perdre sa dynamique ou sa gnaque.

http://www.youtube.com/watch?v=8lhBx2TYBVo
« Gastro-Equestre », une track au moins aussi poétique que son titre.

Et puis, de l’autre côté du spectre de l’album, rien que pour me pousser à la faute, il y a la piste suivante, « Maximum Speed Limit Monotone Snare Audition« , avec son intro au saxophone qui enchaîne sur une minute et des poussières d’un déferlement grindcore/électro à la limite du tolérable. (Bon, perso, j’adore, mais pour des oreilles normales, ce serait probablement plus douloureux.)

http://www.youtube.com/watch?v=00_ZdiMPFDw
Attention, violence : « Maximum Speed Limit Monotone Snare Audition » n’est pas là pour enfiler des perles.

C’est justement là que « 4247 Snare Drums » montre toute sa puissance : il est cohérent (dans sa folie), équilibré (dans son déséquilibre) et tape juste, mais en n’en ayant définitivement rien à foutre. Le monstre Whourkr dégueule les sons qu’il a envie de dégueuler, à base de grosses guitares et de glitchs breakcore, mais sans s’y limiter — vous allez aussi vous bouffer des envolées de saxophone (« Gastro-Equestre« , « Manger du Beurre« , « Maximum Speed Limit…« , « Polygroin« ), des intros fumées (« Pachyderm Catapult« , « Ostina« ), des extraits de musique symphonique (« Coiffer un Ours« ), de la guitare acoustique (« Polygroin« ), du jazz glitchy (« Manger du Beurre » encore) et autres folies savamment construites. Pour ceux qui ne l’avaient pas compris avec « Concrete« , Whourkr n’est pas un simple sous-projet d’Igorrr mais un concept à part entière, décalé et brutalement jouissif. Et, moi qui pourtant ai tendance à haïr les bonus tracks et les remix (sauf ceux de Morbid Angel, qui sont globalement cent fois meilleurs que les originaux), je dois avouer que le remix de « Gastro-Equestre » par Ruby My Dear est délicieux.

http://www.youtube.com/watch?v=Hcnlod7OR80
Et il est juste après « Arithmetic Punishment », un petit bijou. Parmi tous les autres de « 4247 Snare Drums ».

Amateurs de bruit, ruez-vous sur cet… ce… cette chose. Sérieusement. Cet album est un assaut sonore riche, fouillé et audacieux. Varié et dévastateur. Un truc monstrueux.

Une des sorties de l’année.

POINT FINAL.

>>> Cette chronique a également été publiée sur http://modernzeuhl.blogspot.com/ dans le cadre de nos collaborations.

TAGS : , , ,
GROUPES:
STYLE:

A PROPOS DE ModernZeuhl

ModernZeuhl Chroniqueur des heures perdues, amant déraisonné de la zeuhl et de toutes ses expressions musicales, auditeur assidu de metal, d'industriel, de mathrock, et j'en oublie.

ModernZeuhl a écrit 7 articles sur Eklektik.

1 commentaire

  1. Nouveau morceau en ligne « Tranche ces petits doigts »
    extrait du nouvel album de MULK « Testo(y)sterie »
    (WHOURKR bass, vocal sax and live FX).
    http://youtu.be/77CxTW2zDqg

Laisser un commentaire




XHTML: Vous pouvez utiliser les balises suivantes : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>

  • ben-howard - i forget where we werejoss | 25 novembre 2014
    Ben Howard – I Forget Where We Were
    En parfait accord avec la chronique. On sent dès la première écoute qu'il se passe quelque chose de spécial, même si il en faudra plusieurs pour bien s'imprégner de l'album. Pour moi le sommet du disque se situe avec l'enchainement "End of the affair" et le superbe "conrad" qui montre qu'on peut encore, en 2014, faire d'ex...
  • bbKane | 24 novembre 2014
    Bloodbath – Grand Morbid Funeral
    Entièrement d'accord avec la chronique. Une bombasse d'album pour un groupe que je n'attendais pas à ce niveau. L'apport de Nick Holmes est indéniable dans la réussite de ce disque.
  • dark fortress_venereal dawnangrom | 21 novembre 2014
    Dark Fortress – Venereal dawn
    ah oui quand même !!!
  • dark fortress_venereal dawnangrom | 20 novembre 2014
    Dark Fortress – Venereal dawn
    Je m'en fais écouter ça de ce pas !
  • dark fortress_venereal dawnkrakoukass | 18 novembre 2014
    Dark Fortress – Venereal dawn
    Ouaip excellent album pour sûr. Ils ont clairement franchi un pallier avec ce dernier opus. Très belle chronique camarade!
  • anopheli-ahungerMadrumo | 07 novembre 2014
    Anopheli – A Hunger Rarely Sated
    Vachement cool comme fusion !
  • kerretta-pirohiabeunz | 05 novembre 2014
    Kerretta – Pirohia
    Effectivement, ya un côté Russian Circles bien prononcé. Merci pour le retour, ça fait bien plaisir ! Et jette-toi sur leurs albums précédents ! ;)
  • kerretta-pirohiaMarbaf | 02 novembre 2014
    Kerretta – Pirohia
    Ben merde, j'étais passé à côté de ce groupe. Ça me fait penser à Russian Circles. Merci beaucoup pour la découverte (et pour le lien bandcamp).