Witxes – Sorcery/Geography

witxes

En cette soirée pluvieuse, il sera parfait.
Witxes. Par où commencer ? Tout d’abord, prononcez « Witches ». Ensuite, c’est un groupe mené par Maxime Vavasseur, dont j’avais déjà parlé ici avec le Scrawls #01, sorte de Best-of qui m’avait très agréablement surpris. On était donc habitués à une finesse musicale qui poussait l’ambient aux croisements de l’electro et du drone le tout dans une atmosphère étrangement éthérée.
Alléchant ? Vous n’avez pas tout vu (ni entendu).

Sorcery/Geography est le nouveau-né de ce projet, et on peut le dire sans craintes, il contient son lot de bonnes choses.

– sorcery location –

48° 51′ 44″ N, 02° 22′ 40″ E

« Unlocation » est la porte d’entrée de l’album. Il nous donne le ton. On pose le pied dans le brouillard pour s’y enfoncer, encore et encore. « Unlocation », c’est exactement ça. On est arrivé dans un non-lieu – un endroit qui n’existe que caché dans un coin de notre tête. C’est feutré, et ça a la consistance du cachemire. En même temps sucré, en même temps amer. Des guitares noyées et méconnaissables tant elles sont usées comme un outil d’ambiance – ces cordes effleurées sont un peu la marque de fabrique de Witxes – mais aussi une foule d’instruments, allant du piano au saxo tenor en passant par une magnifique double-basse un peu dans le style de celle-ci.

Witxes s’amuse à l’alchimie. Mélanger un type de musique « populaire » avec des passages folk, jazz ou encore classiques pour les incorporer à son univers décalé et rêveur. Très jolie matérialisation audio de ce que nos amis anglo-saxons appellent le « daydream ».
A la fois linéaire, il y a à chaque chanson quelque chose de nouveau. Comme, par ce mélange de sons, de nouveaux sentiments. Des réminiscences, des couches du passé et de l’avenir qui se mélangent dans une peinture de grésillements qui rendront rugueux vos coussins tant ils sont lissés et cotonneux.
Les vagues sonores se croisent, et s’interpénètrent jusqu’à totalement déconnecter chacun de nos neurones. C’est lorsque vous aurez le regard au loin, fixé sur une goutte qui glisse sur la vitre, que Sorcery s’amusera à transporter vos idées dans son monde. Chapardeur. Ensorcelant.
Witxes, l’inventeur du philtre musical ?

Mais cet album ne se résume pas à un simple rêve, ni à un genre de « sauce salade » versée sur les différents types de musiques pour les faire se coller. Witxes est tout bêtement comme une paire de lunettes. Soyeuses. Lorsqu’on les enfile, tout change, tout s’illumine. Tout se floute. Et c’est là, c’est à ce moment précis du premier quart d’heure du disque, que cet imbécile se met à chanter. On arrive au point de non-retour. Oh n’allez pas croire que c’est une mauvaise chose, non, non… mais c’est là, exactement là (48° 51′ 46″ N, 02° 17′ 19″ E) que l’on sait que cet album, on va en finir l’écoute. Et qu’on le repassera.
L’air de rien, la tête dans les étoiles, S/G est très fin, très… recherché. Un million de petits sons tout discrets, mais qui donnent toute sa richesse et son expressivité au son. Une multiplicité de layers assemblés avec brio pour un rendu que j’aurais du mal à comparer avec quoi que ce soit d’autre. Son identité, Witxes l’a. Son album de la maturité, aussi. Son originalité, aussi. Sa capacité à vous faire partir loin d’ici ?
Oh, mais c’est bien plus que tout cela, chers amis.
Bien plus…

Tracklist:

1. Unlocation (5:34)
2. After the Horsefight (5:13)
3. Thirteen Emeralds (3:11)
4. Canyon Improbable (4:02)
5. The Reason (4:58)
6. Dead Reckoning (3:25)
7. Misscience (2:50)
8. Dunes of Steel (6:00)
9. Somewhere (5:37)
10. No Sorcerer of Mine (2:29)

 

http://www.witxes.com/indexx.html

http://www.humanistrecords.com/hrv008.php

>>> Cette chronique a également été publiée sur http://mankindinnocence.blogspot.fr/ dans le cadre de nos collaborations.

A PROPOS DE Devs Omega

Devs Omega Svper nobiles ascendere ad gloriam diaboli. Follow me on Abet Cuces http://mankindinnocence.blogspot.fr/ Contact at : murmureorageux[at]hotmail[dot]fr

Devs Omega a écrit 1 articles sur Eklektik.

4 commentaires

  1. Merci pour cette chronique et bienvenue parmi nous!

  2. Merci à toi !
    A très vite pour de nouvelles aventures haha !

  3. Très bon ce truc, hop blind buy pour la forme. Ca me fait penser à une version kraut de ce que peuvent faire des groupes comme The Joy of Nature, Thuja…

  4. ah merde pas de CD, qu’ils aillent se faire voir, haha

Laisser un commentaire




XHTML: Vous pouvez utiliser les balises suivantes : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>

  • Bilan 2014Ikea | 26 janvier 2015
    Bilan 2014 Krakoukass
    Bonne année au site ! J'espère que vous trouverez des gens pour continuer à parler musique. Mais même en l'état, Eklektik est un webzine de qualité, que j'aime suivre quotidiennement :)
  • yoitw-whenlifecomestodeathkrakoukass | 02 janvier 2015
    Young And In The Way – When Life Comes to Death
    Une boucherie, comme l'illustre bien la pochette. Sans doute l'album le plus vicieux de l'année 2014.
  • audreyfall-mitaubeunz | 29 décembre 2014
    Audrey Fall – Mitau
    Effectivement, j'avais zappé le Sleepmakeswaves (alors que je l'ai encensé ici-même, Alzheimer quand tu nous tiens), par contre les deux autres je ne connais pas du tout mais je vais remédier à ça, merci pour les recommandations ! ;)
  • audreyfall-mitauAdrien64 | 28 décembre 2014
    Audrey Fall – Mitau
    Si si, cette année il y a eu de très bons albums de postrock. Hormis celui là, il y a ceux des australiens Sleepmakeswaves, des américains Set And Setting des Québécois Appalaches entre autre.
  • tellusian-collisionmors ultima | 25 décembre 2014
    Tellusian – Collision
    très très bon j'adore
  • horrendous - ecdysisBuck | 23 décembre 2014
    Horrendous – Ecdysis
    Ouais, je crois que dans New Noise, ils comparaient ce morceau à du Van halen, ou du hard fm 80, et c'est vrai qu'il y a de ça !
  • horrendous - ecdysiskrakoukass | 22 décembre 2014
    Horrendous – Ecdysis
    Ah ouais glam c'est plutôt bien vu!! ;)
  • horrendous - ecdysisshaq | 22 décembre 2014
    Horrendous – Ecdysis
    Excellent album. Les faiblesses techniques (je trouve le batteur limite) sont compensées par la créativité et l'énergie, et cette volonté permanente de rester dans l'hommage tout en forgeant une musique personnelle. Quant à When the walls fell, je le trouve carrément Glam ^^