Fear Factory – The Industrialist

Fear-Factory industrialist

Bâillement… bla bla toujours pareil, bla bla originalité zéro. bla bla Boite à Rythmes bla bla Burton + Dino = Fear Factory. bla bla Ctrl C/Ctrl V.

En clair : vous aimez Fear Factory ? Vous aimerez certainement ce nouvel album, même si le manque d’originalité et l’impression d’entendre des titres qu’on connaît déjà commencent sérieusement à poser problème. D’autant que Dino et Burton désormais accompagnés d’une BAR pour assurer les rythmiques mitraillette habituelles, ne nous pondent pas forcément leurs meilleurs titres sur The Industrialist. Il y a bien quelques titres qui sortent du lot comme « New Messiah » ou « Virus of Faith » et surtout « Difference Engine » qui fracasse bien avec son côté électro bien senti mais pour le reste il y a de quoi s’interroger sur l’utilité de ce nouvel album, sinon pour permettre à nos deux compères de boucler leurs fins de mois. Car certains titres sont à l’inverse d’une faiblesse invraisemblable (le pauvre refrain à 2 balles de « Disassemble » par exemple) et on sent bien que c’est vraiment « service minimum » ce coup-ci, là où Mechanize était à l’inverse d’une efficacité redoutable, rempli de hits et sans faute de parcours.

Certes Burton chante toujours aussi bien (en studio) et Rhys Fulber livre une prestation peut-être légèrement plus prégnante qu’auparavant avec des synthés un poil plus en avant, mais ce sera clairement insuffisant pour parler d’originalité. Et ce n’est pas « Human Augmentation » le pénible final ambiant-indus de près de 10 minutes qui nous empêchera de dresser ce triste constat s’agissant d’un album finalement bien terne et certainement à ranger dans le peloton de queue des albums de l’usine à peur.

On sent vraiment que Fear Factory se repose sur ses acquis (jusque dans cette pochette vraiment très proche des précédentes et qu’on connaît déjà par cœur avant même de l’avoir découverte), et il n’y a plus guère que le fait qu’ils soient les seuls à maîtriser leur formule à la perfection (d’où une certaine efficacité qui illumine très ponctuellement l’album) qui les sauve encore. Une remise en cause serait toutefois salutaire la prochaine fois, car les fonds de tiroirs semblent désormais bien vides…

 

 

Tracklist :

1. The Industrialist
2. Recharger
3. New Messiah
4. God Eater
5. Depraved Mind Murder
6. Virus of Faith
7. Difference Engine
8. Dissemble
9. Religion is Flawed Because Man is Flawed
10. Human Augmentation

A PROPOS DE krakoukass

krakoukass Co-fondateur du webzine en 2004 avec Jonben. Adresse de contact : krakoukass@eklektik-rock.com

krakoukass a écrit 675 articles sur Eklektik.

1 commentaire

  1. Un peu décevant effectivement cet album. Il y a pourtant un véritable potentiel dans ce groupe.

Laisser un commentaire




XHTML: Vous pouvez utiliser les balises suivantes : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>

  • ben-howard - i forget where we werejoss | 25 novembre 2014
    Ben Howard – I Forget Where We Were
    En parfait accord avec la chronique. On sent dès la première écoute qu'il se passe quelque chose de spécial, même si il en faudra plusieurs pour bien s'imprégner de l'album. Pour moi le sommet du disque se situe avec l'enchainement "End of the affair" et le superbe "conrad" qui montre qu'on peut encore, en 2014, faire d'ex...
  • bbKane | 24 novembre 2014
    Bloodbath – Grand Morbid Funeral
    Entièrement d'accord avec la chronique. Une bombasse d'album pour un groupe que je n'attendais pas à ce niveau. L'apport de Nick Holmes est indéniable dans la réussite de ce disque.
  • dark fortress_venereal dawnangrom | 21 novembre 2014
    Dark Fortress – Venereal dawn
    ah oui quand même !!!
  • dark fortress_venereal dawnangrom | 20 novembre 2014
    Dark Fortress – Venereal dawn
    Je m'en fais écouter ça de ce pas !
  • dark fortress_venereal dawnkrakoukass | 18 novembre 2014
    Dark Fortress – Venereal dawn
    Ouaip excellent album pour sûr. Ils ont clairement franchi un pallier avec ce dernier opus. Très belle chronique camarade!
  • anopheli-ahungerMadrumo | 07 novembre 2014
    Anopheli – A Hunger Rarely Sated
    Vachement cool comme fusion !
  • kerretta-pirohiabeunz | 05 novembre 2014
    Kerretta – Pirohia
    Effectivement, ya un côté Russian Circles bien prononcé. Merci pour le retour, ça fait bien plaisir ! Et jette-toi sur leurs albums précédents ! ;)
  • kerretta-pirohiaMarbaf | 02 novembre 2014
    Kerretta – Pirohia
    Ben merde, j'étais passé à côté de ce groupe. Ça me fait penser à Russian Circles. Merci beaucoup pour la découverte (et pour le lien bandcamp).