Prong – Carved Into Stone

1 Commentaire      1 510
Style: Thrash/CrossoverAnnee de sortie: 2012Label: Long Branch RecordsProducteur: Steve Evetts

Ces dernières années, Tommy Victor a été relativement actif musicalement parlant. Entre des participations aux deux derniers albums de Danzig, ainsi qu’à ceux de Ministry, plus ses propres albums avec Prong, le bonhomme ne chôme pas. Cette fois-ci, c’est avec son Prong rien qu’à lui qu’il nous revient. Tommy Victor démontre encore une fois qu’il est le seul maître à bord, il a en effet de nouveau changé intégralement son line-up. Exit Monte Pittman et Aaron Rossi, ce coup-ci ce sont Alexei Rodriguez, (3 Inches of Blood, Walls of Jericho) à la batterie  et Tony Campos, (Static-X, Ministry, Asesino, Possessed) à la basse, qui oeuvrent sur ce disque.

On va le voir, la direction musicale de ce nouvel album est clairement orientée fin 80’s début 90’s quand Prong évoluait dans la sphère metal « crossover » telle qu’on l’appelait à l’époque. Evidemment, ne vous attendez pas à un retour au son froid et brut des disques de l’époque, qui était signé par Mark Dodson. C’est Steve Evetts qui est aux manettes et il faut admettre qu’il a fait du très bon boulot en donnant un son moderne, puissant, et clair à Carved Into Stone.

« Eternal Heat », titre thrash bien emmené, annonce la couleur dès le départ. Ultra bourrin pour du Prong, c’est une belle claque qui laisse des traces sur la joue dès le départ. « Keep on living in pain » et « Ammunition » avec leurs relents hardcore crossover, fleurent bon le Prong époque Beg to differ. Le furieux et dansant « Revenge Best served cold », dans la droite ligne d’un « Whose fist is this anyway », est le premier titre réellement accrocheur de cet album, avec une grosse rythmique, et un refrain qui tue. « State of Rebellion » est à peu près dans la même veine mais en plus lourd, plus martial, et plus sombre . « Put myself to sleep » donne envie de courir sur les murs avec son refrain imparable et sa dynamique ultra entrainante. Enorme kif ce titre, plutôt heavy, qui ne peut pas s’écouter autrement qu’à fond dans le casque. Le temps de se prendre une bonne gifle de 2’55 avec « List of grievances », qui renvoie à l’époque Force Fed avec son tempo hardcore/punk, on enchaine avec le presque Sabbathien « Carved into stone ». Je pense que le regretté Peter Steele n’aurait pas renié le riff principal et la structure du morceau. Là encore, sur ce titre le père Victor nous gratifie d’un refrain aérien qui tranche admirablement avec la lourdeur de l’ensemble. Le méchant « Subtract » fait son petit effet, bien qu’assez classique. Il assure l’essentiel de par une structure épurée et une rythmique lourde. Là encore, une sensibilité hardcore/crossover se dégage de ce titre qui n’aurait pas dépareillé sur Cleansing, voire Prove You Wrong. S’en suit « Path of last resistance » qui est probablement le plus beau morceau de l’album. Ce titre a des faux-airs de « Third from the sun » (Beg to Differ), ou « Contradictions » (Prove You Wrong) tout en puissance et en atmosphères. Quand Prong s’essaye à des exercices plus aériens et planants, ça donne ce genre de petite merveille. L’album se termine avec « Reinvestigate ». Titre assez enlevé, plutôt bondissant avec un petite trame au clavier sur le refrain assez sympa. Ce n’est pas forcément le titre le plus passionnant de l’album, et je n’ai finalement pas grand chose à dire dessus.

Carved Into Stone est un album qui déroutera, voire décevra, ceux qui attendent Prong dans le registre indus/metal pratiqué sur Rude Awakening et Scorpio Rising. Tommy Victor a décidé d’aller puiser dans ses racines thrash/crossover, ça ne va pas plaire à tout le monde, mais ceux qui feront l’effort seront récompensés par un album qui dévoile ses grandes qualités au fur et à mesure des écoutes.

01. Eternal Heat
02. Keep On Living In Pain
03. Ammunition
04. Revenge_Served Stone
05. State Of Rebellion
06. Put Myself To Sleep
07. List Of Grievances
08. Carved Into Stone
09. Substract
10. Path Of Least Resistance
11. Reinvistigate

Chroniqueur

Kane

Amateur de metal depuis plus de 20 ans, sans style de prédilection particulier (quoique grand amateur de doom, death & black). Mes plaisirs extra-metalliques vont vers l'indus, l'électro, le trip hop, et le rock en général.

Kane a écrit 28 articles sur Eklektik.

Du meme groupe

Groupes cités dans la chronique

Vous pourriez aussi apprécier

Commentaire

  1. krakoukass krakoukass dit :

    Un gros bof pour moi. En fait comme toutes les sorties de Prong après Rude Awakening qui reste (avec Prove You Wrong) largement mon album préféré du groupe…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *