T.S.O.L – Dance With Me

t.s.o.l. dance with me

On garde de la côte californienne cette image de carte postale dorée, ses pépées aux seins siliconés qui se fondent dans le décor entre les dégustations de rouleaux de makis et les fruits de mer émergeant d’écumes fraîches traversées par les ailerons des surfers. On parle aussi parfois de ses guerres des gangs et leurs soldats enturbannés, du cigare de schwarzy ou du déclin d’Hollywood. Aujourd’hui on s’appesantira plus sur le Long Beach des années 80, de ses crêtes rouges et de la jeunesse locale tapée à la colle, et roulant à dos de skateboards.

TSOL (True Sound of Liberty) fait partie de ces groupes locaux qui ont vu émerger la scène aux alentours de 78′. Entre deux coups de soleil la bande, emmenée par Grisham au chant, transpirait sa bière à coups de refrains made in UK et se faisait découvrir localement par les têtes blondes du voisinage grâce à des titres comme « Superficial Love » ou « Abolish Government » qu’on retrouverait quelques années plus tard, une vingtaine d’années bien tassées, sur l’Undisputed Attitude de Slayer . Plier les débats ils savaient déjà faire, on reconnaîtra d’ailleurs très vite à TSOL une personnalité et une gouaille assez singulière.

Premier album, première sentence et certainement la plus typique de ce que le groupe savait produire : Dance With Me débarquait dans la ronde en 81′. Sorti sur Frontier, le label sur lequel étaient aussi signés Circle Jerks et Suicidal Tendencies. Dance With Me nous plonge directement dans l’univers des 4 zigs sur des titres n’excédant jamais les 3 minutes. Le nucléaire, les californiens y touchent de temps à autre quand Barnes à la batterie et Roche à la basse font tourner en régime la boîte à rythmes, pas de quoi froisser un Taliban, on n’atteint pas des sommets de vitesse, la démonstration n’est pas à l’ordre du jour.

Ça a tout de même assez de caractère et ronronne malicieusement, de quoi en filigrane se replonger dans la scène hardcore du début des années 80. Mais ce qui rend cet album si savoureux, c’est sa transition inconsciente, son cheminement intérieur vers quelque chose de plus déchiré, avec ses ambiances Deathrock qui le tiraillent à coup de noirceur joviale, ses envies nécrophiles drolatiques ou le timbre caractéristique de la gratte d’Emory qui hachure les phrases de ce disque plein d’allant où les crépuscules se mêlent à des fêtes anarchiques orchéestrées sur le pouce. Entre Post Punk et drive by shooting éclairé, Dance with me déploie ses titres comme l’araignée tisse sa toile. Son réseau a beau être constitué de lignes directrices identifiables, l’architecture de l’ensemble tend à l’exotisme caractérisé. L’urgence reste dans le viseur, mais on a l’impression d’être ailleurs.

Vrai son de la liberté ? À cette époque là en tout cas ils y croyaient dur comme fer. Album crossover par excellence, Dance with Me fait parti de l’acide désoxyribonucléique de la scène. Le schéma de la bombe est encore dans la mémoire du temps, on prend la vague et depuis les hauteurs on domine l’océan.

http://www.youtube.com/watch?v=vI29sgzwtMM&feature=related

Pas de commentaires

Soyez le premier à commenter cet article !

Laisser un commentaire




XHTML: Vous pouvez utiliser les balises suivantes : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>

  • bbng-iiiAER | 25 octobre 2014
    BADBADNOTGOOD – III
    Encore des protégés du dieu Gilles Peterson, BBNG c'est la nouvelle vague jazz ayant digéré la pop/le r&amp;B/ l'electro et le hip hop. On pourrait ajouter les australiens de Hiatus Kayote, Snarky Puppy (dans le style plus big bang) et les petits chouchous de Quincy Jones "Dirty Loops"…tout ça sous l'oeil des grands frè...
  • lonely the brave-the days warAER | 25 octobre 2014
    Lonely the Brave – The Day’s War
    Première partie de Deftones l'an dernier au zénith de Paris et une bonne partie du public s'en foutait alors que ce groupe sonne plutôt bien, il me fait penser à cette vague de groupe des années 2000 un post- hardcore et rock comme Hundred Reasons et Hell is for Heroes, je suis d'accord sur la voix entre Cold et Vedder (san...
  • slipknot-the-gray-chapter-newDrugzath | 21 octobre 2014
    Slipknot – .5: the Gray Chapter
    Enfin une tres bonne chronique sur cet album ,pas comme chez nos compères de VS Webzine ;--) .Je te rejoints en tout point sur ce que tu a mentionné .Pour ma part un bon album qui se lasse pas au fil des écoutes .
  • slipknot-the-gray-chapter-newkrakoukass | 20 octobre 2014
    Slipknot – .5: the Gray Chapter
    Merci pour ton commentaire. ;) Loin de moi l'idée de proclamer que quiconque n'aime pas cet album est un abruti obtus (les personnes visées sont plutôt les couillons qui n'ont jamais aimé Slipknot -pour des raisons souvent basées sur des préjugés ou une haine du so called Nu Metal- et ont toujours craché sur le groupe, ...
  • slipknot-the-gray-chapter-newMths | 20 octobre 2014
    Slipknot – .5: the Gray Chapter
    Merci de bien faire comprendre que quiconque n'aime pas cet album est un "rageux bas du front", ça fait toujours plaisir. Et si ce n'est pas le message que tu voulais faire passer, je t'invite cordialement à retravailler le début de ta chronique... Je trouve que, dans les titres qui ont été balancés sur le Web, il y a q...
  • fartbarf-dirtypowerRémi | 19 octobre 2014
    Fartbarf – Dirty Power
    masques, vocoder et Lap dance? merci au revoir.
  • occultation - silence in the ancestral houseIkea | 15 octobre 2014
    Occultation – Silence in the Ancestral House
    Sans aller jusqu'au coup de cœur, un très bon album. Tout à fait d'accord sur l'ambiance, très réussie, renvoyant aux films d'Argento, Fulci et consorts. Quant au côté Ghost... Il est présent mais Occultation est tellement plus raffiné, insidieux, que j'ai tendance à le mettre à-part. Clairement, un groupe qui montre ...
  • krieg-transientdarkantisthene | 13 octobre 2014
    Krieg – Transient
    très belle sortie, je suis moins fan de la "2ème" partie de l'album mais ça reste très intéressant dans le style.