Coilguns – Stadia Rods

coilguns-stadiarods

« Featuring members of The Ocean« , voilà le genre d’argument qui suscite déjà l’intérêt avant d’aborder ce premier EP de Coilguns. Faisant suite à un split avec les allemands Kunz en 2010, ce Stadia Rods marque une volonté de s’affranchir de l’influence du grand frère du Pacifique.

Le trio suisse (de la Chaux-de-Fonds plus précisément) privilégie en effet la vitesse d’exécution et les assauts mathcore à l’installation d’atmosphères progressives et « sensibles » inhérentes au collectif allemand. Au moins, pas d’ambiguïté, l’approche musicale de Coilguns est plus spontanée et directe.

Les suisses prennent le parti de livrer une musique à cheval entre du chaos/mathcore « in your face » (rendant hommage à Botch ou à la grande époque de The Dillinger Escape plan) et du sludge/doom crade et rampant (l’instrumental In The Limelights ou l’apocalyptique final de The Shuftan Process). Les morceaux chaotiques, eux, sont des modèles d’énergie frénétique alliés à une qualité de composition de haute volée. En six titres, Coilguns parvient à imposer sa patte au sein d’une scène où il est délicat de s’extirper, ce qui est assez encourageant après un premier EP…

Au final on tient donc un Stadia Rods très convainquant de la part d’un groupe qui, comme libéré de leur grosse usine, semble se lâcher… Un premier EP prometteur qui ferait bien de servir d’influence niveau hargne pour le prochain album de The Ocean, allez chiche ?

1. Parkensine
2. Zoetropist
3. In The Limelights
4. Witness The Kern Arc
5. The Shuftan Process Part 1
6. The Shuftan Process Part 2

Album en streaming
Reverbnation
Facebook

GROUPES:
STYLE:

Pas de commentaires

Soyez le premier à commenter cet article !

Laisser un commentaire




XHTML: Vous pouvez utiliser les balises suivantes : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>

  • ben-howard - i forget where we werejoss | 25 novembre 2014
    Ben Howard – I Forget Where We Were
    En parfait accord avec la chronique. On sent dès la première écoute qu'il se passe quelque chose de spécial, même si il en faudra plusieurs pour bien s'imprégner de l'album. Pour moi le sommet du disque se situe avec l'enchainement "End of the affair" et le superbe "conrad" qui montre qu'on peut encore, en 2014, faire d'ex...
  • bbKane | 24 novembre 2014
    Bloodbath – Grand Morbid Funeral
    Entièrement d'accord avec la chronique. Une bombasse d'album pour un groupe que je n'attendais pas à ce niveau. L'apport de Nick Holmes est indéniable dans la réussite de ce disque.
  • dark fortress_venereal dawnangrom | 21 novembre 2014
    Dark Fortress – Venereal dawn
    ah oui quand même !!!
  • dark fortress_venereal dawnangrom | 20 novembre 2014
    Dark Fortress – Venereal dawn
    Je m'en fais écouter ça de ce pas !
  • dark fortress_venereal dawnkrakoukass | 18 novembre 2014
    Dark Fortress – Venereal dawn
    Ouaip excellent album pour sûr. Ils ont clairement franchi un pallier avec ce dernier opus. Très belle chronique camarade!
  • anopheli-ahungerMadrumo | 07 novembre 2014
    Anopheli – A Hunger Rarely Sated
    Vachement cool comme fusion !
  • kerretta-pirohiabeunz | 05 novembre 2014
    Kerretta – Pirohia
    Effectivement, ya un côté Russian Circles bien prononcé. Merci pour le retour, ça fait bien plaisir ! Et jette-toi sur leurs albums précédents ! ;)
  • kerretta-pirohiaMarbaf | 02 novembre 2014
    Kerretta – Pirohia
    Ben merde, j'étais passé à côté de ce groupe. Ça me fait penser à Russian Circles. Merci beaucoup pour la découverte (et pour le lien bandcamp).