Flourishing – The Sum of All Fossils

flourishing_the_sum_of_all_fossils-604x604

Il y a quelque chose d’opaque dans l’air, de ces microparticules qui envahissent les poumons comme à haute altitude. Dans les déambulations des archéologues il y a toujours ce mouvement qui participe à la remontée d’un temps fantasmé, une remontée masquée par les mètres de l’Histoire qui nous sépare de l’origine de théories en devenir. Les outils sont là, posés en vrac, une pelle, des échantillons du smog New-Yorkais, quelques dispositifs expérimentaux pour les ravitaillements en air frais, la machine s’emballe.

À peine nées qu’elles nous échappent déjà, à peine esquissées qu’on imagine la prochaine découverte. Le fil conducteur est là, dans le fond de la pièce un mec gueule : « Vas-y essaie de penser à un truc auquel personne n’a jamais encore pensé » en se marrant, la poussière plein les draps les gens se réveillent alors que des types sont en train de faire des travaux dans leur salon. La machine qui s’emploie à fractionner la matière brute du sol utilise des couronnes aux tiges en fibre de titane renforcé, un truc allemand peut être. Les tricônes actionnent leurs picots dans des mouvement rotatifs symétriques, la terre divulgue ses premiers secrets. Le formiate de Césium saturé dans l’eau permet d’aller chercher la première cavité sans difficulté. Alors oui ça sent la mine de charbon, mais bordel c’est aussi la fête aux métaux dans la cheminée qui nous mène vers l’intérieur.

 

Après les contorsions, les torsades et les écritures prosaïques à peine déchiffrées sur les murs, les squelettes découverts à même le sol nous donnent l’impression d’une relecture de notre patrimoine. Ils existaient déjà et nous avec eux finalement. Sur ces hautes montagnes qui habitent la planète c’est encore la préhistoire de toutes façons. Dans le reflet des gels de polymère qui baignent les parois de la grotte se dessinent déjà les expériences qui entameront de nouveaux processus savants. Dater, étiqueter, rassembler, la procédure se met en place. Machinale comme la logique, la démystification est spéculative et source de connaissance, de formules pour articuler de nouveaux mots dans ce langage commun. Les instruments de mesure retrouvés il ne resterait plus qu’à établir le protocole pour valider les résultats significatifs, s’il y en avait. Il y a cette intuition qui parcourt l’expérience, presque rassurante, cette réflexion sur l’anticipation qui nous place sur les traces paradigmes connus ou espérés : le boson de Godflesh, le mur de Gorguts ? On peut chronologiquement remonter les perspectives jusqu’à établir une évaluation concrète de la découverte, on ne finira jamais de parler de l’ère d’après, jusqu’à le respirer par homonymie.

Les pistes s’enchevêtrent, les doubles intentions se multiplient, il y a quelque chose de généreux dans l’action de soulever la matière pour jouer avec le côté moléculaire et mortuaire de la temporalité. Le mouvement d’après, fut un temps, c’est finalement quand il a été que Flourishing nous le raconte. C’était plutôt bien, et en plus ils y ont mis le cœur. Racé.

http://www.youtube.com/watch?v=jZDv57l5gyg

2 commentaires

  1. Belle prose ;)

  2. Superbe chronique pour un album qui m’a bien coupé la chique… Comme une force tellurique parfaitement maîtrisée qui servirait d’outil à l’édification d’une cathédrale faite de voûtes métalliques et de flèches d’acier… On fait pas le malin à l’écoute de ce disque, oh que non.

Laisser un commentaire




XHTML: Vous pouvez utiliser les balises suivantes : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>

  • slipknot-the-gray-chapter-newDrugzath | 21 octobre 2014
    Slipknot – .5: the Gray Chapter
    Enfin une tres bonne chronique sur cet album ,pas comme chez nos compères de VS Webzine ;--) .Je te rejoints en tout point sur ce que tu a mentionné .Pour ma part un bon album qui se lasse pas au fil des écoutes .
  • slipknot-the-gray-chapter-newkrakoukass | 20 octobre 2014
    Slipknot – .5: the Gray Chapter
    Merci pour ton commentaire. ;) Loin de moi l'idée de proclamer que quiconque n'aime pas cet album est un abruti obtus (les personnes visées sont plutôt les couillons qui n'ont jamais aimé Slipknot -pour des raisons souvent basées sur des préjugés ou une haine du so called Nu Metal- et ont toujours craché sur le groupe, ...
  • slipknot-the-gray-chapter-newMths | 20 octobre 2014
    Slipknot – .5: the Gray Chapter
    Merci de bien faire comprendre que quiconque n'aime pas cet album est un "rageux bas du front", ça fait toujours plaisir. Et si ce n'est pas le message que tu voulais faire passer, je t'invite cordialement à retravailler le début de ta chronique... Je trouve que, dans les titres qui ont été balancés sur le Web, il y a q...
  • fartbarf-dirtypowerRémi | 19 octobre 2014
    Fartbarf – Dirty Power
    masques, vocoder et Lap dance? merci au revoir.
  • occultation - silence in the ancestral houseIkea | 15 octobre 2014
    Occultation – Silence in the Ancestral House
    Sans aller jusqu'au coup de cœur, un très bon album. Tout à fait d'accord sur l'ambiance, très réussie, renvoyant aux films d'Argento, Fulci et consorts. Quant au côté Ghost... Il est présent mais Occultation est tellement plus raffiné, insidieux, que j'ai tendance à le mettre à-part. Clairement, un groupe qui montre ...
  • krieg-transientdarkantisthene | 13 octobre 2014
    Krieg – Transient
    très belle sortie, je suis moins fan de la "2ème" partie de l'album mais ça reste très intéressant dans le style.
  • White Lung - Deep FantasyRIRIMARTIGUES | 09 octobre 2014
    White Lung – Deep Fantasy
    Je découvre et suis déjà sous l'emprise. Ca t'attrape et tu ne lâches plus...
  • vampiresquid-nautilusworldshaq | 07 octobre 2014
    Vampire Squid – Nautilus World
    Merci pour la découverte, très bon album de Death technique-mais-pas-trop, bien produit, et en name your price sur bandcamp : aucune excuse de ne pas lâcher quelques ronds pour une galettes vraiment bien fichue.