Periphery – II: This Time It’s Personal

peripheryII

Le 1er album éponyme a fait l’effet d’une petite bombe et a hissé rapidement Periphery parmi les groupes metal qui comptent actuellement, les tournées internationales et placements sur les affiches de grands festivals metal ont rapidement suivi. Ascension fulgurante. Ce second album des fers de lance du « djent » est donc attendu au tournant. Poursuivront-ils dans la lancée du premier, qui a popularisé un genre de metal progressif croisant riffs puissants complexes et mélodies aériennes?

De son intro grandiloquente au dernier titre, la première écoute de ce second album de Periphery met les choses au clair, on est là pour en prendre plein les oreilles en 73 minutes, Periphery s’est appliqué à créer 13 vrais morceaux assez différents, passant tous d’un extrême à l’autre. Se détachant souvent des rythmiques djent assez évidentes héritées de Meshuggah, ils ont élargi le spectre de leur metal. Les ingrédients du 1er album sont tous là, tempo rapide, 3 guitares imbriquées en des riffs imaginatifs à rallonge, puissants et groovy, rythmiques surchargées, voix passant sans arrêt du growl au clair, passage clairs lumineux, mélodies prog/fusion, le tout dans une ambiance lumineuse et futuriste, entrelacé d’interludes électro, trips limite New Age avec arpèges et claviers. Le groupe se permet plus de variations encore que par le passé, le terme de metal progressif ne leur a jamais aussi bien convenu, la plupart des morceaux s’étendent sur plusieurs parties successives, des passages dignes du death technique, blastés, des solos de batterie et de guitare déments cohabitent avec des refrains mélodiques évidents aux voix montant dans les aigus.

Et là-dessus, le chanteur est tout bonnement énorme, il détruit toutes les critiques qu’il a pu recevoir sur le 1er album, au niveau puissance notamment, avec un panel vocal impressionnant et une liberté de ton où des growls infernaux se calent entre des envolées mélodiques aigues. Un chanteur impeccable pour un groupe qui détruit toute barrière musicale entre pop/rock, musiques progressives et metal extrême.

Au premier abord, vu la densité du style pratiqué, l’album est assez imbitable, il faut de nombreuses écoutes pour avoir pris ses marques et encore plus pour en faire le tour, si ce n’est pour assimiler ce qui se passe dans certains riffs. Mais rapidement, on arrive à l’évidence, Periphery passent le cap du second album avec brio en réussissant à corriger les quelques travers du premier album, toujours avec un son absolument énorme. Pompeux, épique, complexe mais pour autant fun à écouter, positif, vivant, rythmé, hyper varié mais cohérent. Un grand album pour qui sait l’apprécier, mais difficile d’être dans la demi-mesure.

 

Image de prévisualisation YouTube

A PROPOS DE jonben

jonben Krakoukass et moi avons décidé de créer Eklektik en 2004 suite à mon installation à Paris, alors que disparaissait le webzine sur le forum duquel nous échangions régulièrement, ayant tous deux un parcours musical proche entre rock et metal, et un goût pour l'ouverture musicale et la découverte perpétuelle de nouveautés. Mes goûts se sont affinés au fil du temps, je suis surtout intéressé par les groupes et styles musicaux les plus actuels, des années 90s à aujourd'hui, avec une pointe de 70s. J'ai profité pendant des années des concerts parisiens et des festivals européens. J'ai joué des années de la guitare dans le groupe Abzalon. Mes styles de prédilection sont metal/hardcore, death technique, sludge/postcore, rock/metal prog, avec des incursions dans le jazz fusion et le funk surtout, depuis une île paumée de Thaïlande.                           [http://jonben.jux.com] [http://jonben.bandcamp.com]

jonben a écrit 449 articles sur Eklektik.

Pas de commentaires

Soyez le premier à commenter cet article !

Laisser un commentaire




XHTML: Vous pouvez utiliser les balises suivantes : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>

  • plebeiangrandstand-lowgazersichimatsu | 17 avril 2014
    Plebeian Grandstand – Lowgazers
    Dès les première secondes, on est dans le bain. Ambiance DsO sans la voix parce que pour ne serais-ce qu'en égaler une comme Mikko Aspa, accroche-toi Jeannot (on pourrai en écrire des pages sur sa voix à celui-ci). Une section de batteries comme je les aimes, de la gratte bien malsaine en veux-tu en voilà, ça speed bien l...
  • plebeiangrandstand-lowgazersRémi | 15 avril 2014
    Plebeian Grandstand – Lowgazers
    Ok. Moi je m'en étais arrêté à la moitié de chronique, tout pareil j'ai été super enthousiaste à l'écoute de Thrvst puis déçu à l'écoute de l'album: quand ça blast pas, la batterie fait des plans bateau. Et les riffs de grattes sont minimalistes au possible. Voilà, je me suis arrêté là. Et je vois ce qu'il me r...
  • Animals-As-Leaders-The-Joy-of-MotionSpirilysis | 12 avril 2014
    Animals As Leaders – The Joy of Motion
    Chronique très juste, à laquelle j'adhère totalement. Je confirme, "the joy of motion" est de loin mon préféré des 3. A mes oreilles (et à ce qu'il y a entre) leur musique affirme lourdement sa personnalité, offrant une énergie mieux canalisée, plus vaste et virevoltante, avec un fil bien plus percutant pour chaque mor...
  • morbus-chron-sweven-608x608ichimatsu | 02 avril 2014
    Morbus Chron – Sweven
    A la première écoute je me suis précipité sur leur site pour acheter le vinyle. Il me semblait avoir déjà écouté ce groupe... et oui, leur premier LP sur leur Bandcamp mais sans avoir éprouvé quoi que ce soit... alors qu'ici ! Le mélange de la musique, qui se rapproche parfois avec Ghost surtout dans le tempo (qu'est-...
  • Bak Trak - Voltage coverBak Trak | 24 mars 2014
    Bak Trak – Voltage
    Merci beaucoup !! Pour écouter l'EP en entier: http://bak-trak.com/musique/
  • helms alee - sleepwalking sailorsMarbaf | 21 mars 2014
    Helms Alee – Sleepwalking Sailors
    C'est bon ça, merci pour la n+1ième découverte :-)
  • kampfarKane | 14 mars 2014
    Kampfar – Djevelmakt
    Oui, j'approuve, cet album de Kampfar est réellement excellent. Je le rapprocherais plus des premiers Enslaved, avec évidemment un meilleur et plus gros son, mais c'est un détail sans importance. Epique, puissant, froid, mélodique juste ce qu'il faut, avec des titres atmosphériques à souhait, d'autres plus rentre dedans, u...
  • kampfarangrom | 12 mars 2014
    Kampfar – Djevelmakt
    Ca donne bien envie d'essayer, ta chronique