Ash Borer – Cold Of Ages

2 Commentaires      2 965
Style: black metal atmosphériqueAnnee de sortie: 2012Label: Profound Lore

La scène black metal américaine connait un sérieux regain de forme ces dernières années. Outre la forte activité de Leviathan ou Wolves in the Throne Room, on peut se pencher sur le cas Ash Borer qui, en l’espace de deux ans, a multiplié les sorties jusqu’à cette année 2012, date de livraison de leur premier véritable album Cold Of Ages.

Fort heureusement, multiplicité des sorties ne veut pas dire perte de qualité, au contraire même ! Le black metal atmosphérique des californiens, déjà particulièrement captivant au demeurant, prend ici une nouvelle ampleur. En seulement quatre longs morceaux, Ash Borer se réapproprie le « cascadian black metal » (terme illustrant le son de Wolves in the Throne Room) à sa sauce, mariant ses furieux assauts black metal à des atmosphères lugubres qu’on pourrait aussi qualifier de romantiques, façon forêt embrumée ou nuit glaciale.

D’emblée, Descended Lamentations donne le la en quasiment 17 minutes. D’une montée éthérée et hypnotique en guise d’introduction jusqu’à la mise en orbite d’un black metal de haute volée, quelque chose nous dit qu’on va avoir droit à un grand album. Renforcée par de discrets claviers, l’atmosphère dégagée ici rappelle un peu Emperor période In The Nightside Eclipse, un côté progressif en plus (on y trouve du riff façon Krallice). En effet, les mélodies captivantes tout comme les hurlements arrachés et lointains du vocaliste contribuent à ce bon souvenir.

Phantoms, bien qu’étant le morceau le plus court de l’album (11 minutes quand même), joue à peu près sur le même schéma avec son intro ultra sombre en arpège jusqu’à une explosion de rage. On notera aussi ici le final ambiant, quasi silencieux, permettant une petite respiration avant les 18 minutes de Convict All Flesh. Démarrant comme du funeral doom, ce morceau surprend par la présence d’une angélique ou fantomatique (on ne sait plus trop) voix féminine (celle de Jessica Way, chanteuse de Worm Ouroboros) puis par son retour du côté des blast beats, toujours surmontés par ces claviers flippants.

Enfin, Removed Forms conclut cet album avec un retour de ces chœurs féminins hantés sur fond de quelques notes éthérées. Moment céleste à nouveau interrompu par le groupe qui tient à reprendre les rênes dans un morceau à tiroirs, plus postcore dans sa construction mais tout aussi fascinant que les trois autres, notamment grâce à son incroyable final.

Profound Lore ne s’y est pas trompé en signant Ash Borer. Le groupe s’est ici transcendé pour livrer un album tout simplement fabuleux. Les amateurs d’Altar Of Plagues et autres Bosse-De-Nage peuvent foncer les yeux fermés, les autres aussi.

1. Descended Lamentations

2. Phantoms

3. Convict All Flesh

4. Removed Forms

Blogspot

Facebook

Bandcamp

beunz
Up Next

Groupes cités dans la chronique

Vous pourriez aussi apprécier

2 Commentaires

  1. krakoukass krakoukass says:

    Ouaip, excellent. Et pourtant le genre commence à me gonfler sévère, mais Ash Borer sort vraiment du lot.

  2. Julien says:

    Bonne découverte ! Effectivement c’est très très très WITTR mais j’aime ça, alors pourquoi se priver ?

    Par contre j’espère que c’est youtube qui rend le son si horrible ?!?!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *