DOWN – Down IV Part I : The Purple EP

1 Commentaire      5 282
Style: stoner / heavy metal / southern rock / all-star bandAnnee de sortie: 2012Label: RoadrunnerProducteur: DOWN

DOWN. Quatre lettres qui résonnent pour moi comme « Down Obeys Whisky and Nola».

Le whisky d’abord, pour l’aspect à la fois léché et décapant de leur musique, ajouté à une certaine propension à la fête et à la consommation non dissimulée de substances psychotropes. Et N.O.L.A. ensuite, en référence à « New-Orléans, Louisiana », la ville où s’est formé le combo il y a maintenant une vingtaine d’années. Au départ groupe de potes au talent certain, mais non encore reconnu, et qui deviendra le all-star band que l’on connait dorénavant. Est-il vraiment nécessaire de présenter encore ses membres ?

Et bien, je crois que nos vieux briscards auraient pourtant bien besoin d’avoir une petite piqûre de rappel pour se souvenir qui ils sont et d’où ils viennent !

Parce que si DOWN s’est fait connaitre avec N.O.L.A., son premier album aux relents du bayou, il se pourrait qu’aujourd’hui nos quadras se la jouent plutôt « big easy » (« la grosse facile »), l’autre surnom de la ville ! Comprenez par-là : assis un peu trop au fond de leur canap’ en surfant sur un succès certes mérité, mais qui ne doit toutefois jamais totalement paraitre acquis.

DOWN devient-il trop vieux, plus dans le coup ? Has-been !?!?!? On peut légitimement avoir quelques doutes suite à l’écoute de ce Purple EP ! Je considère pourtant les albums N.O.L.A. et Down II comme 2 des meilleurs albums de metal qui existent à ce jour. C’est dire que j’attends chaque nouvelle sortie du groupe !

Le précédent opus Over The Under ne m’avait déjà pas vraiment conquis, mais alors là ! Alors là !! Titres répétitifs, riffs ultra-basiques, production mollassonne… Je trouve même qu’Anselmo en fait trop, à se prendre pour un crooner. Très, très, grosse déception !!

Pas grand-chose à ressortir de ces 6 titres. Allez, pour les points « positifs » :
– les 2 premières minutes du 1er titre « Levitation » (jusqu’à l’arrivée pataude de Phil qui nous la joue PANTERA époque « Domination » le temps d’une première annonce ; le reste sera bien indigeste !) ;
– le titre « Open coffins », qui survole les autres avec sa fin quelque peu Black Sabbath-ienne ;
– les solos, vraisemblablement signés d’un Keenan relativement inspiré sur ces coups-là.
Pour le reste, c’est d’une pauvreté et d’un manque d’inspiration étonnant pour mes sudistes préférés!

« Witchtripper » qui sonne comme un titre FM un peu burné (ce qui n’est pas vraiment un compliment néanmoins) ; « The curse is a lie » qui piétine sans jamais s’envoler ; et « This work is timeless » qui n’est épargné que grâce à son solo nous rappelant un peu le super DOWN des 90’s…

Et enfin, ma préférée : mention « spéciale pourave » pour le titre « Misfortune teller » au riff principal affligeant, mais pourtant omniprésent ! Un titre qui est tout bonnement indigne du groupe selon moi…

Le tout s’ajoutant donc à une performance des plus mitigées d’Anselmo. On connait l’estime du sieur pour LED ZEPPELIN et on se souvient de ses apparitions sur scène avec ALICE IN CHAINS. Mais n’est pas Robert Plant ou Layne Staley qui veut ! Et forcé de constater qu’Anselmo a du mal à égaler ses maitres en la matière. Le problème n’est pas qu’il soit mauvais, mais plutôt que ce type de chant ne lui correspond, à mon sens, pas. Anselmo est un braillard avec du coffre, plus qu’un crooner mélodique. Et son refus de pousser quelques gueulantes rend sa performance générale plus monotone qu’autre chose.

Je ne comprends pas comment ces zicos peuvent prendre du plaisir à jouer des titres pareils après tout ce qu’ils ont pu pondre jusque-là ? Les CV et références des 5 protagonistes sont longs comme des bras. Et c’est peut-être bien là que se situe le souci au final. DOWN parcourt le monde, DOWN joue dans les plus grosses salles de concert, des stades, des festivals, etc. Et peut-être que DOWN perd de son inspiration à force de gloire et d’applaudissements. Trop encensé. Pas assez recadré.

Qu’il est loin le temps des « Lifer », « Bury me in smoke » ou « Lysergik Funeral Procession »… Il ne faudrait pas que DOWN commence à se parodier lui-même.  Allez les gars, n’allez pas tout gâcher en voulant coûte que coûte aller chercher le pognon facile ! Restez des Légendes…

Tracklist :

  1. Levitation
  2. Witchtripper
  3. Open Coffins
  4. The Curse Is A Lie
  5. This Work Is Timeless
  6. Misfortune Teller

Chroniqueur

Bastien

Tombé dans la marmite "métal" avec la découverte de PANTERA. Aujourd’hui toujours à la découverte de nouvelles claques musicales en général, et rock/métal en particulier...

Neitsab a écrit 2 articles sur Eklektik.

Up Next

Du meme groupe

Groupes cités dans la chronique

Vous pourriez aussi apprécier

Commentaire

  1. krakoukass krakoukass says:

    D’accord avec toi. On est loin de Nola… Et Anselmo chante comme une patate bourrée.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *