Mors Principium Est – …and Death Said Live

1 Commentaire      2 217
Style: MelodeathAnnee de sortie: 2012Label: AFM

Ne commettez pas la même erreur que moi, en pensant qu’avec un tel titre, les MPE nous livraient là un album live… C’est en effet derrière ce titre assez mal choisi (sauf peut-être pour faire un pied de nez  à ceux qui les ont enterrés un peu vite après le départ de deux membres dont Jori Haukio, compositeur en chef jusqu’en 2006) que le groupe finlandais marque son retour en 2012, 5 ans après la sortie de Liberation = Termination. Avec le recul et en relisant ma chronique, je trouve que j’ai été un peu dur avec ce dernier, qui était certes un peu décevant mais restait tout à fait sympathique. C’est un contenu un peu chiche ainsi qu’un retour à quelque chose de plus basique, direct et moins ambitieux qui m’avait déçu à l’époque, après les nouveautés introduites dans The Unborn, comme le chant féminin qui permettait d’afficher des variations bienvenues dans un genre avare en nouveautés.

Toujours est-il que ce nouvel album ne va certes pas rebattre les cartes ni révolutionner le monde du death/thrash mélodique à la scandinave, mais qu’il incarne assez bien l’idée qu’on peut encore avoir du plaisir à écouter ce genre de musique en 2012. J’avoue que je ne le pensais plus, ayant eu l’impression que le genre avait dit tout ce qu’il avait à dire, et que mes oreilles ne pouvaient plus en supporter davantage après avoir été nourries aux Dark Tranquillity, Soilwork et autres In Flames, pendant plusieurs années. Le dernier et très bon album d’Omnium Gatherum avait pourtant déjà commencé à battre en brèche cette idée, et cette exception se voit désormais complétée par ce nouvel album de MPE, qui devrait ravir les amateurs acharnés du genre et peut-être aussi titiller l’oreille de quelques nostalgiques au passage.

On reste pourtant droit dans la ligne de conduite tracée par MPE sur son dernier album, avec quelque chose d’un poil plus agressif peut-être, mais toujours mélodique, et un recours nettement plus modéré à l’électronique (ce qui n’est d’ailleurs pas forcément une bonne chose, tant ces éléments apportent un peu de fraîcheur, à l’image du break parfait de « Birth of the Starchild »). Les titres sont à nouveau assez directs et peu complexes, il ne faut pas s’attendre à un retour à The Unborn. Pourtant le songwriting de qualité, le côté jouissif des riffs thrash omniprésents et l’absence de concession à 2 balles (pas de trace de voix claire) imposent rapidement …and Death said Live comme un très bon album dans le genre. L’album contient vraiment son lot d’excellents titres comme « I Will Return » ou l’énorme « Ascension » qui pourrait faire office de modèle dans le genre.

Pas grand chose à ajouter, les amateurs du genre se rueront dessus sans réfléchir (d’autant que les sorties de cette qualité ne sont pas nombreuses), les autres pourront tenter une écoute, ils ne sont pas à l’abri d’une bonne surprise comme ce fut le cas pour moi.

Tracklist :
01. The Awakening
02. Departure
03. I Will Return
04. Birth Of The Starchild
05. Bringer Of Light
06. Ascension
07. …And Death Said Live
08. Destroyer Of All
09. What The Future Holds?
10. The Meadows Of Asphodel
11. Dead Winds Of Hope

krakoukass

Chroniqueur

krakoukass

Co-fondateur du webzine en 2004 avec Jonben.

krakoukass a écrit 890 articles sur Eklektik.

Up Next

Du meme groupe

Groupes cités dans la chronique

Vous pourriez aussi apprécier

Commentaire

  1. darkantisthene says:

    Une écoute en diagonale n’a pas réussi à me faire replonger dans le genre.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *