The Prisoner – The Silence, and Nothing…

3 Commentaires      2 621
Style: Metal ExtrêmeAnnee de sortie: 2012Label: Melancholia Records

Impressionnant… Débarquant de nulle part (au moins en apparence), des français sous le patronyme de The Prisoner, annihilent tout sur leur passage en proposant un album de métal extrême carrément surchargé en haine et en énergie. Difficile de trouver des renseignements sur ce groupe, leur présence sur Internet étant réduite à quelques news, et guère plus. The Silence and Nothing… paru chez Melancholia Records quasiment sans publicité et dont la pochette rappelle méchamment le Fas Ite de DSO (sauf qu’ici le personnage semble plutôt « monter »), n’est pourtant clairement pas l’oeuvre de parfaits débutants puisqu’après des difficultés de line-up, ce dernier serait désormais stabilisé autour d’un ex Kickback, de 2 ex Might is Right(??), et du bassiste de Hangman’s Chair et de l’Esprit du Clan… au chant. Et quelle putain de révélation au crachoir! Dans un registre extrême et désespéré, Clément livre en effet une prestation stupéfiante, totalement en phase avec son impressionnant physique de bûcheron. Une débauche de haine couplée à l’énergie du désespoir, avec quelques réminiscences du timbre de Stéphane Bessac (d’où la petite accointance core qu’on peut percevoir), en plus extrême encore. Il faut l’entendre pour le croire.

The Prisoner, c’est un peu (mais pas vraiment finalement) la rencontre du Kickback de No Surrender (surtout vocalement) et d’un Deathspell Omega moins torturé, mais le tout clairement situé dans l’univers metal. Autant dire que moi qui ai été bien déçu par le nouvel album des parisiens de Kickback sorti en début d’année, j’ai trouvé là un remplaçant de choix.
D’une grande violence, The Silence, and Nothing reste néanmoins toujours structuré et l’on prend un vrai plaisir à l’assimiler peu à peu au fil des écoutes. Et ce d’autant que les passages de bravoure sont légion, permettant de rendre des compositions pour certaines assez longues (dans les 8-9 minutes) néanmoins digestes, à grand renfort (très ponctuel) de cuivres ou de choeurs discrets mais épiques (voir le fabuleux « As I Descend… » par exemple ou le morceau titre, dont certains passages de guitare évoquent aussi fugacement Gojira) voire même de passages quasi symphoniques (très courts et pas du tout pouet-pouet, on est loin de Dimmu Borgir). L’ambiance est vraiment pesante, étouffante, et même si les morceaux suivent majoritairement plutôt un tempo rapide (les blasts sont nombreux), certains passages plus lents et bien écrasants sont aussi là pour contribuer à l’ambiance évoquée (comme sur la fin de « As I Descend… »).

J’ai parlé du chant, mais les autres membres ne sont pas en reste, servis par une production parfaite qui met même en valeur la basse, instrument trop souvent oublié. La maturité de ce groupe et la qualité des huit compositions virevoltantes donnent le tournis, et autant dire que vu le niveau de ce premier album, on attendra vraiment de pied ferme la suite qui s’annonce énorme. En l’état The Silence, and Nothing est déjà une vraie pièce de choix et sans aucun doute un des meilleurs albums de metal français sortis cette année. Les gaziers seront en tournée à partir de début 2013, on est assez impatient de voir leur prisonnier sur scène!

Les 4 premiers titres sont écoutables ici : http://theprisonerband.com/

Tracklist :
1) They Are Only Me
2) Welcome Home
3) Ashes of Pity
4) As I Descend…
5) … Into Storms of Cries…
6) …. Like a Thousand Thin Black Tears
7) The Silence, and Nothing
8) An Ode to Passion

krakoukass

Chroniqueur

krakoukass

Co-fondateur du webzine en 2004 avec Jonben.

krakoukass a écrit 860 articles sur Eklektik.

Groupes cités dans la chronique

Vous pourriez aussi apprécier

3 Commentaires

  1. sydz says:

    Completement a coté de la plaque ce groupe (enfin entre deux plaques celle du hxc et celle du black metal). Je trouve ca horrible

  2. Dark One says:

    Il n’y a rien de Hardcore musicalement dans ce groupe, seule la voix peut faire vaguement penser à du Hxc, et encore il faudrait être d’une totale mauvaise fois pour comparer ça à du Madball ou du Kickback.
    C’est simplement du bon métal extrême, je pense que c’est toi Sydz qui est complètement à côté de la plaque.

  3. krakoukass krakoukass says:

    En tout cas je ne me lasse pas de cet album qui me bluffe toujours autant après quelques semaines d’abstinence… Superbe!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *