Obsidian Kingdom – Mantiis

3 Commentaires      2 092
Style: rock/metal mélancolique ouvertAnnee de sortie: 2012Label: autoproductionProducteur: Jens Bogren

Les espagnols, s’ils sont souvent balaises en sport, il est difficile d’en dire autant niveau musique métallisée ! Obsidian Kingdom risque pourtant de nous faire ravaler nos a prioris avec ce Mantiis !

Cinq ans après un premier EP resté très confidentiel, le groupe barcelonais reste dans l’autoprod pour sortir son premier album. Difficile à croire que le groupe soit sans label vu la qualité de cet album ! A la croisée de multiples genres, Mantiis déroule dans une atmosphère plutôt mélancolique 14 titres bourrés d’idées et multipliant les belles surprises. Après l’introductif Not Yet Five, Oncoming Dark annonce sa couleur dans son titre. Guitares acoustiques, clavier et voix à la Jonas Renkse/Steven Wilson. Mais même si le résultat est probant, Obsidian Kingdom ne va pas rester cantonné à ce registre rock/metal dépressif car les espagnols savent aussi montrer un visage « evil » (A l’image de Cinnamon Balls, entre vocaux black metal et guitares acérées en avant).

Une telle variation de styles aurait pu être dérangeante sans maîtrise de ces deux facettes. Et c’est là que le groupe fait très fort, la doublette Answers Revealing/Last of the Light en est la preuve auditive. Du visage le plus doux du groupe, au top de l’émotion, on passe soudain sans transition à son côté le plus furieux. Et que dire de cet inattendu pont bluesy avec retour des guitares sèches et l’apparition d’une trompette ! C’est de cette aisance pour surprendre qu’Obsidian Kingdom tire sa force car ce Mantiis est ainsi constamment ponctué de trouvailles (l’intro façon marche militaire de Ball-Room ou encore le lumineux piano/guitare sèche Genteel To Mention préparant de la plus douce des manières au retour de la rage avec Awake Until Dawn). Une ouverture d’esprit risquée mais qui coule finalement de source…

Doté en plus d’une impeccable production signée Jens Bogren (Opeth, Katatonia…), Mantiis a donc, en plus de ses qualités de composition, assez d’atouts sonores afin de captiver un large panel de fans (ceux d’Opeth, Porcupine Tree, Enslaved…) voire un label… c’est là tout le mal qu’on leur souhaite !

  1.  Not Yet Five
  2. Oncoming Dark
  3. Through The Glass
  4. Cinnamon Balls
  5. The Nurse
  6. Answers Revealing
  7. Last Of The Light
  8. Genteel To Mention
  9. Awake Until Dawn
  10. Haunts Of The Underworld
  11. Endless Wall
  12. Fingers In Anguish
  13. Ball-Room
  14. And Then It Was

Bandcamp (album en téléchargement libre)
Facebook

beunz

Groupes cités dans la chronique

Vous pourriez aussi apprécier

3 Commentaires

  1. SagresMetal says:

    Je viens d’écouter ça sur bandcamp suite à la critique et c’est vraiment pas mal…
    merci pour la découverte

  2. drommk says:

    super album

  3. guim says:

    Assez tripant en effet, bien vu cette chronique

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *