Hexvessel – No Holier Temple

3 Commentaires      2 284
Style: Folk Psychédélique VintageAnnee de sortie: 2012

Deuxième album du groupe anglo-finlandais Hexvessel qui présente la particularité d’avoir dans ses rangs l’illustre Khvost (de son vrai nom Mathew Joseph McNerney, anglais de naissance, qui réside en Finlande après avoir occupé la Norvège), chanteur de Code, mais aussi et surtout de Dodheimsgard.
Ce projet est l’occasion pour lui d’explorer des contrées nouvelles, qui vont puiser dans la folk des années 70s, et lui laissent l’occasion de se livrer à une performance vocale très différente de son registre dans les groupes précités.

Point de hurlements donc, au menu une belle voix claire avec un fort accent anglais, des passages chantés et des passages en spoken words, le tout sur une musique riche en instrumentations diverses (violons, tambourins, piano, mellotrons, accordéon…) qui ne rechigne pas à partir dans des trips psychés ou tribaux comme sur le par ailleurs très doomy « His Portal Tomb » ou « Unseen Sun ». On verse même très temporairement dans un registre assez barré et théâtral à grands renforts d’accordéon, sur « Are You Coniferous? ».
A d’autres moments on pensera au Heritage de Opeth, en particulier lorsqu’on croirait entendre Akerfeldt chanter, comme sur « A Letter in Birch Bark ».

Un peu plus loin, c’est l’ombre de Pink Floyd qui planera sur « Sacred Marriage » notamment dans cet échange piano/guitares électriques un peu avant la moitié du morceau.

L’album est à la fois dépaysant et apaisant, on ressent vraiment la dévotion du groupe et l’ode à la nature dépeinte à travers les incantations de Khvost,  ainsi que la sobriété organique de l’ensemble. Dawnbearer, le précédent album de Hexvessel, était clairement un ton en-dessous, plus classique dans le déroulé, et nettement moins abouti, là où No Holier Temple montre à la fois un groupe ambitieux (plusieurs morceaux s’étalant sur de longues minutes), mais qui n’en fait jamais trop, et sait quand s’arrêter avant de lasser. Une bien belle réussite en somme.

Tracklist :
1. Heaven and Earth Magic
2. Woods to Conjure
3. Wilderness Is
4. A Letter in Birch Park
5. Elegy to Goyahkla
6. His Portal Tomb
7. Are You Coniferous?
8. Sacred Marriage
9. Dues to the Dolmen
10. Unseen Sun
11. Your Head Is Reeling

krakoukass

Chroniqueur

krakoukass

Co-fondateur du webzine en 2004 avec Jonben.

krakoukass a écrit 893 articles sur Eklektik.

Up Next

Du meme groupe

Groupes cités dans la chronique

Vous pourriez aussi apprécier

3 Commentaires

  1. jonben jonben says:

    La chronique m’a donné envie déjà mais l’extrait m’a définitivement conquis.

  2. joss says:

    Bonne découverte cet album. Le titre « Sacred Marriage », dont on trouve le clip sur Youtube, est vraiment superbe.

  3. joss says:

    J’en remet une couche, mon commentaire précédent était bref, et je n’étais pas encore complétement tombé sous le charme de ce disque. Cet album est donc une très grosse réussite. Il y a un vrai travail de compositions et d’arrangements, les ambiances sont variées sans que ça donne l’impression de s’éparpiller, il y a une cohérence tout le long de l’album. J’ai pensé un peu au dernier Midlake pour le côté « folk forestier » mais en bien plus varié bien sûr vu qu’on lorgne par moment dans le rock psyché 70′. Un disque qui aurait mérité de figurer dans mon top 10 de 2012.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *