Riverside – Shrine of new generation slaves

14 Commentaires      3 185
Style: Metal progressifAnnee de sortie: 2013Label: Inside out

Déjà le 5e album pour les prog-metaleux de Riverside, qui continuent à tracer leur sillon, à un rythme régulier mais non effréné. Un rythme qui permet de ne pas lasser mais sans se faire oublier.
Qu’en est-il aujourd’hui de ce SONGS (malicieux acronyme) ? Faire du metal-prog en 2013, ne reviendrait-il pas à s’engouffrer de soi-même dans une impasse ? les marges de manœuvre semblant minimes surtout lorsque l’on s’est forgé une identité forte dès le premier album. Riverside s’étant fait taxer d’immobilisme dès leur 3e opus, le 4e leur avait donné l’occasion de changer la donne en durcissant le ton, mais cela au détriment d’une perte d’âme (qu’on ne se méprenne pas, Anno Domini High Definition était parfait, mais sans doute trop, justement).

RiversideSans doute le groupe s’en est-il rendu compte car ce que nos polonais proposent aujourd’hui pourrait se situer pile poil entre la trilogie Reality dream et ADHD. Un retour en arrière donc ? Mmm pas sûr… Petit à petit, Riverside continue de façonner son style, un metal-prog très porté sur les ambiances, qui sait se montrer nerveux si besoin (comme sur le single groovy “Celebrity touch“) et à la prod ultra léchée. Une production ronde et profonde qui scotche d’emblée avec le superbe “New Generation Slaves” en introduction, titre qui s’enchaîne subtilement avec “The Depht of self-delusion”. Un doublé qui impose un groupe sûr de lui, maître total de son navire en offrant des compositions haut de gamme.

Mais c’est avec le doublé “Deprived/Escalator Shrine“ (20 minutes au total) que Riverside se montre impérial. Deux compos sublimes, tout en profondeur et en progression avec – entre autres – un très beau travail sur les synthés, rappelant le prog des 70’. Les cuivres que l’on découvrait sur ADHD reviennent sur le final de “Deprived”, dans de belles ornementations oniriques qui rappellent le travail de Theo Travis avec Steven Wilson. L’introduction d’“Escalator Shrine”, qui voit la basse de Mariusz se tinter d’accents bluesy, s’avère particulièrement réussie. Cette rythmique nous accompagnera jusqu’aux deux tiers du titre avant de se muer en hard 70’ pour nous emmener enfin jusqu’à un final dantesque. Peut-être le titre prog parfait, l’égal d’un “Arriving Somewhere” de Porcupine Tree.

En fait, seuls les titres “We got used to us“ et “Feel Like falling” en milieu d’album montrent un Riverside en roue libre. Deux titres qui n’auraient pas fait tache sur les deux premiers albums du groupe. Loin d’être de mauvais titres (surtout pour qui aime se faire bercer par la très belle voix de Mariusz), bien que “Feel like us” semble être un tube taillé pour la scène, avec assise rythmique implacable, refrain à l’avenant et solo de guitare de rigueur.

Encore tôt pour en faire un chef-d’œuvre, Shrine of new generation slaves n’en reste pas moins une franche réussite pour un groupe désormais majeur du paysage prog actuel.

PS : deux petits mots sur l’édition limitée, qui consiste en un très beau double digipack (magnifique travail de Travis Smith, comme souvent) avec un petit CD bonus qui présente deux titres : Night session part I & II, qui semblent être le résultat de jams nocturnes enregistrés lors de la conception du disque. Un agréable complément qu’il faut prendre tel qu’il est : un bonus.

01 – New Generation Slave (4:17)
02 – The Depth of Self-Delusion (7:39)
03 – Celebrity Touch (6:48)
04 – We Got Used To Us (4:12)
05 – Feel Like Falling (5:17)
06 – Deprived [Irretrievably Lost Imagination] (8:26)
07 – Escalator Shrine (12:41)
08 – Coda (1:39)

http://www.riversideband.pl/

Up Next

Du meme groupe

Groupes cités dans la chronique

Vous pourriez aussi apprécier

14 Commentaires

  1. Angrom angrom says:

    Après quelques écoutes, je trouve ça très bien fait, mais comme souvent avec ce groupe il me manque le petit truc qui me ferait avoir le déclic. C’est loin d’être mauvais, c’est indéniable, mais à ranger dans les bons seconds couteaux pour moi …

  2. joss says:

    Mais sinon ce serait quoi alors les premiers couteaux en metal-prog aujourd’hui ?

    • Angrom angrom says:

      Pain of Salvation, Opeth, Porcupine Tree par exemple. Enfin a mon humble avis. Pour moi Riverside est vraiment à la frontière entre rock prog et métal prog

      • joss says:

        oui comme PT et POS :-) Ok pour Opeth en premier couteau. Quant à Porcupine ça n’existe plus pour le moment, et POS est moribond (sans parler du fait qu’ils ont déjà pris leurs distances avec le prog sur leurs derniers albums)

  3. Cassiopée says:

    Le morceau en écoute n’est pas du tout ce dont je me rappelle du groupe pour les avoir vus en première partie d’Opeth il y a longtemps maintenant. Il me semblait justement que ça ressemblait beaucoup plus à Opeth.

  4. wart says:

    Sur cet album au niveau du chant mais aussi musicalement c’est parfois trop proche d’un Opeth. Du coup cela sonne faux et impersonnel malheureusement. Bref oui angrom a raison. Pour l’instant à mes oreilles Opeth sonne comme les leadeurs et qui donc apportent toujours de la bonne fraîcheur dans ce genre musical. Autre coup de gueule la pochette. Encore signé Travis Smith avec ce style déjà vue des millions de fois…

  5. Kane says:

    Je suis assez d’ccord avec Angrom, il manque un truc. Second couteaux du genre oui, en notant que l’absence de « premiers couteaux » ne permet pas non plus de promouvoir ce groupe dans la catégorie au dessus.

  6. heavydevy says:

    Va falloir d’autant plus que j’écoute cet album car connaissant les albums précédents, je n’ai jamais trouvé que ça ressemblait à Opeth, même vocalement et encore moins que c’était un ‘second couteau’ !! Et puis c’est un groupe avec sa propre personnalité, j’aime pas les mettre dans une catégorie précise.

  7. darkantisthene says:

    comme heavydevy, je n’ai jamais fait de lien avec Opeth… pour moi les Polonais reviennent à ce que j’avais apprécié sur les 2 premiers albums et ça n’est pas pour me déplaire ; je ne pense pas en revanche que je me souviendrai de cet album au moment de faire mon bilan 2013 mais sait-on jamais

  8. Dun23 says:

    Faudra m’expliquer la ressemblance avec Opeth! Le mec sait chanter? Riverside m’a toujours plus fait penser à un héritier du Floyd pour pas mal d’interventions guitaristiques (et certains clins d’œil appuyés, soyons honnête), avec de l’énervement de bon aloi et de petites touches métalliques par ci par là. Maintenant, j’ai jamais entendu du Death et du growl chez eux où cette touche de noirceur propre aux suédois. Ah, et ce riff de celebrity touch, dedieu, groovy à souhait, si Opeth a viré vers ces terres là, je m’incline. (je n’ai pas écouté les dernières livraisons du groupe)

    • joss says:

      Effectivement, il n’y a pas de growls sur le dernier Opeth, qui lorgne aussi un peu vers le prog des 70′. Donc si rapprochement il y a c’est avec ce dernier album (Heritage). Mais je n’ai jamais compté Opeth dans les influences de Riverside.

  9. GIO says:

    Je suis un fan de prog depuis maintenant 25 ans et j’ai toujours trouvé que les commentaires en général sur la musique de notre style bien aimé sont souvent trop analytique …. on va toujours chercher trop loin… je comprends pas que l’on puisse comparer Riverside avec Opeth (qui est également un très bon groupe) ….la musique ça vient de l’intérieur et ç’est de l’émotion un point ç’est tout… je trouve que Riverside est de loin le groupe le plus efficace du momentl… et je n’ai aucune honte de dire que leur dernier album est certainement un des meilleurs disques que j’ai écouté ces quinze dernières années… mais on a peut-être pas le même sens de l’écoute… BRAVO RIVERSIDE !

  10. darkantisthene says:

    finalement je m’en suis souvenu au moment de faire le bilan 2013, il s’en est fallu de peu qu’il figure dans mon top 10 et je me demande de plus en plus si je n’aurais pas dû lui faire une petite place…

Répondre à joss Annuler la réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *