Hexvessel – Iron Marsh EP

2 Commentaires      3 034
Style: Folk psychédélique vintageAnnee de sortie: 2013Label: Svart Records

A peine quelques mois après la sortie de leur deuxième excellent album No Holier Temple, les Hexvessel, toujours emmenés par Khvost, nous convient à leur nouvelle réunion, sous la forme d’un EP plutôt consistant, dépassant les 30 minutes.

Au menu, 5 titres aux durées très variées.

« Masks of the Universe », LE gros morceau, ouvre les hostilités s’inscrivant complètement dans la continuité des précédents travaux du groupe : cuivres dehors, rythmique doom, incantations prophétiques murmurées d’abord puis répétées à l’envie (« this is the end of the world », nous voilà prévenus) avant que la mélodie principale (somptueuse) fasse son entrée avec la voix de Khvost doublée. Puis le titre part en trip psyché à mi-parcours, avant de ralentir à nouveau et de terminer en se raccrochant gracieusement à la mélodie principale. 13 minutes qui passent en un éclair et raviront à coup sûr les amateurs et adeptes de Hexvessel.

« Superstitious Currents » est le titre le plus court du disque, et fait la part belle au violon et à la voix de Khvost, un titre tout en mélancolie, et en sensibilité, direct, et là encore une réussite incontestable.

Puis « Tunnel at the End of the Light » repart sur des contrées plus doom, pesantes, et Khvost est cette fois accompagné de la chanteuse Marja (qui le seconde ponctuellement et fait partie du groupe).

« Woman of Salem » est une reprise de Yoko Ono, que je me garderai de comparer à l’originale, mais sur laquelle Rosalie Cunningham du groupe Purson (qui vient apparemment de sortir un album The Circle and the Blue Door), prend largement les commandes vocales, étant largement plus présente que Khvost, qui joue pour le coup les seconds rôles. Ce titre, encore une fois assez psyché (rien d’étonnant venant de la compagne de Lennon), colle bien à l’univers de Hexvessel même si je reste davantage amateur du chant de Khvost, un peu trop en retrait sur ce titre.

« Don’t Break the Curse » met encore en avant une voix féminine, celle de Alia du groupe Blood Ceremony, qui sert de soutien mélodique à un Khvost qui nous sert d’abord des spoken words comme il le fait déjà sur quelques titres de No Holier Temple, avant de chanter finalement sur la suite du titre, le passage le plus enlevé de l’album avec une rythmique assez imposante, et une flûte en arrière-plan. Le titre s’alourdit et ralentit peu à peu pour disparaître finalement et nous laisser sur un ultime coup de percussion.

Encore une fois, comme sur son grand frère, il se dégage de ce beau disque, une sérénité et un calme qui donnent vraiment envie d’effectuer une retraite au milieu de la nature sauvage, de vivre de cueillette et d’eau fraîche, et de se déconnecter pour de bon du morne quotidien que nous sommes nombreux à subir tous les jours (métro – boulot – dodo). C’est beau, reposant et ça fait un bien fou en ces temps de morosité plombante.

 http://www.youtube.com/watch?v=v_YD7tsa0PE

Tracklist:
1 – Masks Of The Universe (12:55)
2 – Superstitious Currents (3:13)
3 – The Tunnel At The End Of The Light (5:56)
4 – Woman Of Salem (Yoko Ono cover Feat. Rosie de Purson) (5:03)
5 – Don’t Break The Curse (Feat. Alia de Blood Ceremony) (7:08)

krakoukass

Chroniqueur

krakoukass

Co-fondateur du webzine en 2004 avec Jonben.

krakoukass a écrit 890 articles sur Eklektik.

Up Next

Du meme groupe

Vous pourriez aussi apprécier

2 Commentaires

  1. joss says:

    Très bon E.P (mais quasiment un petit album avec sa durée de 34 minutes), tout à fait dans la continuité du superbe « No Holier Temple » (j’en profite pour enfoncer le clou) mais peut-être un peu moins prenant.

  2. xerocitizen says:

    Je confirme que c’est un album qui fait du bien, qui pourrait ravir à la fois les amateurs de musique psychédélique et de musique sombre, et toute personne souhaitant faire une pause dans la journée. Plein de références à des pratiques religieuses?magiques? rituelles? (… ?), mais sans être snob et hermétique comme beaucoup dans cette scène. D’ailleurs, c’est rigolo ce terme « occulte » donc pas ouvert à ceux qui ne sont pas initiés… pour de la musique publiée, éditée, vendue dans des magasins, sur internet…ahah!

    Par ailleurs, ce projet me donne de plus en plus envie d’écouter ce qu’a fait Khvost auparavant…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *