Rorcal – Vilagvege

Pas de commentaires      2 092
Style: doom/post/blackAnnee de sortie: 2013Label: Cal Of Ror/ Sick Man Getting Sick/ Lost Pilgrims

S’il reste des survivants à l’abyssal Heliogabalus, la précédente offrande du groupe qui n’est constituée que d’une unique piste de 70 minutes de doom suffocant, ceux-ci peuvent se réjouir du retour du Rorcal. Les suisses sont en effet sortis de leur gouffre pour mieux y retourner, cette fois avec un peu de feu directement importé des enfers…

Ces huit pistes sans titre mais numérotées présentent donc un groupe ayant décidé de faire muter sa musique vers quelque d’un peu plus véhément qu’à l’accoutumée. Rorcal ne joue plus la carte de l’oppression permanente (et un peu trop longue, avouons-le) mais préfère dorénavant accélérer un peu le tempo en incorporant du black metal à son doom funéraire. L’atmosphère reste donc au fond du trou (là où se trouve le désespoir quand on creuse) et se trouve alliée à sa pote l’apocalypse ce coup-ci. L’extrême lourdeur, toujours là elle aussi, voit alors son impact décuplé par la brutalité de l’ensemble.

Une intro complètement doom en souvenir du bon vieux temps et le monstre est soudain lâché. L’extrême déferlante haineuse qui suit n’est que plus saisissante. Le Rorcal 2013 prend le parti d’un Celeste ou d’un This Gift Is A Curse en virant plus vers le post-black étouffant (façon Deathspell Omega). Seulement, loin de surfer sur la tendance actuelle du style, Rorcal s’en distingue, notamment au niveau du tempo. Si celui-ci est globalement plus bas que la majeure partie des groupes du genre (on reste dans le doom quoi, mais en plus evil), les suisses ne crachent pourtant pas sur quelques parties blastées, histoire d’assombrir encore un peu plus le ciel de cette fête au Vilagvege (malheureusement sans les Musclmcélé).

Vilagvege signifiant « fin du monde » en hongrois, inutile de dire que ce nom sied parfaitement au contenu de cet album. Après la claque infligée par le dernier Cortez, Rorcal confirme que la Suisse est plus que jamais le pays du chaos sonore. Il parait d’ailleurs que Satan lui-même y possède un compte en banque…

  1. I
  2. D
  3. II
  4. V
  5. IV
  6. VII
  7. VI
  8. VIII

Facebook
Bandcamp (album en streaming)

beunz
Up Next

Du meme groupe

Groupes cités dans la chronique

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *