Alice in Chains – The Devil Put Dinosaurs Here

3 Commentaires      5 370
Style: Heavy Rock sombre et classieuxAnnee de sortie: 2013Label: Virgin Records

Qu’il était attendu ce nouvel album d’Alice au titre énigmatique!

Il fallait en effet confirmer la bonne santé de la troupe à Cantrell après un fabuleux retour il y a déjà 4 ans (cf chronique).

D’entrée « Hollow » rassure, s’inscrivant dans la parfaite continuité de « Last of My Kind », lourd, sombre, pesant, et superbe.

 Tout le reste de l’album est à l’avenant, et comme sur le précédent album, les 4 hommes proposent des titres plutôt longs, dans cette tonalité sombre (on est chez Alice, pour la joie de vivre il faudra toujours aller voir ailleurs). « Pretty Done », ou le plus direct « Stone », fonctionnent parfaitement selon la même recette, heavy rock sabbathien. Idem pour le titre éponyme, long et prenant, ou pour « Lab Monkey », « Breath on a Window » et j’en passe.

Assez peu de nouveautés sinon quelques passages par des titres un peu plus « radio-friendly » et à la tonalité presque « joyeuse » comme le superbe « Voices » ou « Low Ceiling » et le très acoustique (superbe) « Scalpel ». Certains s’en émouvront peut-être, ils auront peut-être oublié un peu vite qu’Alice in Chains n’a pas toujours été aussi sombre et pesant, et que la lumière a déjà filtré dans le catalogue du groupe, même du temps de Staley.

A noter un « Phantom Limb » au riff presque thrashy évoquant presque du Metallica, dans un tempo quelque peu ralenti.

DuVall finit de convaincre que son intégration était l’idée parfaite, couplée au fait que le chant est une fois de plus, quasiment toujours doublé par Cantrell, pour un résultat toujours aussi somptueux, tant le mariage de ces deux voix à la fois proches et différentes, apporte une valeur ajoutée indéniable à la musique des américains. Il n’y a que sur « Hung on a Hook » que le chant est souvent à voix unique, et j’avoue que je ne sais pas encore clairement dire qui porte cette voix, qui ne ressemble ni à DuVall ni à Cantrell et serait peut-être à attribuer à un mystérieux invité.

Bref, peu de changements et on s’en cogne, car l’effet de surprise passé, Alice in Chains continue à faire du pur Alice in Chains, et à le faire bien. Ça tombe bien, on n’en demande pas plus.

Tracklist :
1. Hollow
2. Pretty Done
3. Stone
4. Voices
5. The Devil Put Dinosaurs Here
6. Lab Monkey
7. Low Ceiling
8. Breath On A Window
9. Scalpel
10. Phantom Limb
11. Hung On A Hook
12. Choke

krakoukass

Chroniqueur

krakoukass

Co-fondateur du webzine en 2004 avec Jonben.

krakoukass a écrit 890 articles sur Eklektik.

Up Next

Du meme groupe

Vous pourriez aussi apprécier

3 Commentaires

  1. Kane says:

    Un bon album. Moins bon cependant que « Black gives way to blue ». Y’a des sacrés chouettes moments, et d’autres ou je zappe rapidement. Son potentiel de grower devrait cependant le faire tourner plus d’une fois dans le futur.

  2. jefijef says:

    Chapeau bas !
    Du même niveau que le précédent aux premières écoutes? Certes!
    Mais comme les meilleures choses il faut un peu de temps pour découvrir toute la richesse de ce nouvel opus qui est
    plus mature,plus cohérent, plus abouti et mélodique que « Black gives way to blue ».
    Ce n’est pas juste un assemblage de morceaux, c’est un vrai album qui s’écoute du début à la fin dans toute son unité.
    Excellent!

  3. Angrom angrom says:

    Clairement pas convaincu aux 1ères écoutes, je rejoins les avis de mes petits camarades. Ce disque est un sacré grower … Très bon disque qui finira sans doute en bonne place dans le palmarès 2013

Répondre à jefijef Annuler la réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *