Locktender – Kafka

Pas de commentaires      1 467
Style: screamo/post-metalAnnee de sortie: 2013Label: Replenish/I.corrupt

« Un aphorisme est une pensée qui autorise et provoque d’autres pensées, qui fraye un sentier vers de nouvelles perceptions et conceptions ». Locktender, jeune groupe qui monte ayant participé à moult splits (avec Cassilis, Brighter Arrows ou encore l’an dernier au 4-way split avec Coma Regalia, Oaken et Wounded Knee), a décidé d’axer le propos de son premier album sur Les aphorismes de Zürau de Franz Kafka (dont on célèbre par ailleurs l’anniversaire ces jours-ci), écrits pendant l’hiver 1917-1918 et publiés à titre posthume en 1931.

De ces 109 aphorismes, Locktender en a choisi cinq et les a donc mis en musique dans un screamo jouant sur les nuances et les progressions. Dès Aphorism #17 et ses 9 minutes 30, on comprend qu’on a pas affaire à un groupe de screamo pompant Envy et consorts. Même si l’on est sensiblement dans le même registre, le groupe de Cleveland se permet des élans de sauvagerie à base de voix bien grasse Coalesce-era, passages rageurs mis en contraste avec des rythmiques plus délicates quasi post-rock. Ces deux visages se télescopent souvent (le sublime Aphorism #16 par exemple) et tout fonctionne. Le screamo philosophique de Locktender marche donc comme les aphorismes de Kafka, on se laisse porter par les émotions (très nombreuses) et on interprète à sa guise…

Les anciens Men as Trees maîtrisent ces montées en puissances ainsi que les déversements de haine. Le conclusif Aphorism #103 aurait pu même laisser entrevoir le syndrome de la ballade acoustique de lover, mais il n’en est heureusement rien. Tout comme pour leurs morceaux électriques, l’émotion est au rendez-vous (avec un superbe final en prime).

Kafka est un superbe album mais vraiment trop court. Il a été généreusement mis en libre-téléchargement ICI.

  1. Aphorism #17
  2. Aphorism #16
  3. Aphorism #87
  4. Aphorism #63
  5. Aphorism #103

Album sur Bandcamp (free dl)
WordPress
Facebook

beunz
Up Next

Groupes cités dans la chronique

Vous pourriez aussi apprécier

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *