No Omega – Shame

Pas de commentaires      1 619
Style: dark punk-hardcoreAnnee de sortie: 2013Label: Throatruiner Records

Sans vraiment faire de remous au sein d’une scène hardcore un poil surchargée (juste à peine), No Omega a sorti l’an dernier Metropolis, un premier album de hardcore métallique et mélodique, sombre et torturé, à la lisière du screamo. Un cruel manque d’exposition qui se voit réparé pour leur second album puisque c’est désormais chez notre fleuron hexagonal en matière de décrassage auditif, Throatruiner Records, que les suédois ont signé.

Même pas un an pour donner naissance à ce nouvel album, les suédois n’ont pas chômé ! Après un titre d’intro plutôt introspectif avec ses riffs lancinants et sa voix en retrait, tout explose. Confirmation avec Vacants, morceau mid-tempo dans un esprit proche de Devil Sold His Soul, il semblerait alors que le groupe veuille désormais plus développer ses ambiances « top à la déprime ». Il faut en fait attendre Sleeping In pour contredire tout ça. On retrouve avec ce morceau tout ce qui fait la force de No Omega, à savoir de l’urgence, des émotions et du blast.

Ce blast qu’on retrouve en intro de Woodlands pt.1 pour un rendu quasi black metal. Pourtant sur ce titre les suédois brouillent les pistes, allant jusqu’à tourner le potard des instruments jusqu’à zéro, laissant la voix déchirée de son chanteur seule en piste… jusqu’à finalement faire revenir ses comparses pour un final d’une puissance inouïe. Un tel mélange noirceur/émotion est loin d’être nouveau, ce qui fait que de temps en temps, on a le sentiment d’avoir déjà entendu certaines séquences, que ce soit chez Birds In Row, Modern Life is War ou encore The Carrier. Une impression qui, loin d’être désagréable (on a connu pire comme mimétismes), s’estompe rapidement fort heureusement grâce à une maitrise sans accroc du style. S’il a beau être en vogue en ce moment, le hardcore mélodique revisité par No Omega tranche avec le reste de la scène actuelle grâce à un vocaliste transmettant une douleur semblant non feinte, mais aussi par cette aptitude à surprendre constamment. Principalement lorsque les suédois partent en vrille, autant avec des accélérations blastées qu’avec des titres mid-tempo plus ambiancés (A Man Reprieved par exemple).

Les thèmes des lyrics s’accordent d’autant plus avec la musique lorsque l’on sait qu’ils abordent les thèmes de la solitude, du rejet ou encore du suicide (le groupe étant même en lien avec des associations, comme l’atteste leur clip). Shame est un album à la fois agressif et prenant, aux émotions variées se télescopant dans le chaos le plus intense. Magistral.

  1. Earth Stands Still
  2. Vacants
  3. Sleeping In
  4. Below
  5. Woodlands pt.1
  6. Utopianist
  7. Dirt Hands
  8. Enigma
  9. V (Control)
  10. A Man Reprieved
  11. Woodlands pt.2
  12. Shame

Album sur Bandcamp (free dl)
Facebook

beunz
Up Next

Du meme groupe

Groupes cités dans la chronique

Vous pourriez aussi apprécier

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *