Carcass – Surgical Steel

3 Commentaires      4 101
Style: Death metalAnnee de sortie: 2013Label: Nuclear BlastProducteur: Colin Richardson/Andy Sneap

Carcass fait partie des groupes qui imposent le respect. C’est un fait. Certes les anglais ont sorti relativement peu d’albums au final, mais ils ont tous été d’une qualité remarquable. Le split du groupe il y a environ 15 ans avait fait l’effet d’un petit séisme. Les années passant, des rumeurs de reformation avaient circulé, sans jamais aboutir, Jeff Walker et Bill Steer annonçant ne vouloir se reformer que si Ken Owen faisait partie de l’aventure. Seulement voilà, le batteur, victime d’une hémorragie cérébrale en 1999, ne s’est jamais complètement remis, et n’a jamais été complètement apte à rejouer à 100%. Toujours dans l’environnement du groupe, Owen a tout de même un peu participé à Surgical Steel en réalisant quelques guest vocals, mais c’est Dan Wilding que l’on retrouve derrière les fûts.

En cette année 2013, Carcass nous livre donc un nouvel album. Inutile de dire qu’il était attendu. Coupons court immédiatement à tout suspense, Surgical Steel est dans la droite ligne de Heartwork. Le son, les compositions, le feeling, la pochette froide au possible (qui d’ailleurs se réfère directement à celle de l’EP Tools of the trade sorti en 1992), On retrouvera par-ci par là quelques touches évoquant Necroticism, mais l’impression générale renvoie immédiatement à l’album sorti en 1993. On est face à du Carcass tranchant, précis…chirurgical.

Après une petite intro (« 1985 »), on est attaqué à la gorge par un pitbull sous amphétamines nommé « Thrasher’s Abattoir » qui ne lâchera prise qu’au bout de 1’50. Cela dit c’est pour mieux recommencer avec « Cadaver Pouch Conveyor System ». Quand bien même ce titre s’étale sur 4 minutes, il file pied au plancher comme son prédécesseur. Ca ralentit (un peu) à partir de « A Congealed Clot of Blood ». A partir de cette quatrième piste, le groupe, après nous avoir asséné deux baffes pour nous faire comprendre qu’ils ne pas venus là pour beurrer des sandouiches, pose ses compositions et leur laisse le temps de se développer. La structure relativement simple de ces deux premiers morceaux, laisse place a des titres moins immédiats, mais tout aussi jouissifs.

On pourrait croire qu’ils ne sont pas foulés en pondant ce qui pourrait ressembler à un Heartwork II. Cependant la barre a été placée très haut au niveau des titres. C’est calibré machine de guerre, ça charcle, ça découpe, ça éclabousse avec suffisamment de changements de rythmes pour ne jamais s’ennuyer. Et si l’on retrouve quelques légers plans déjà entendus sur Heartwork, au fur et à mesure des écoutes, ce sentiment d’avoir un clone s’efface petit à petit. Surgical Steel prend sa place, s’installe insidieusement dans la tête. Surtout une fois le disque fini, on n’a qu’une envie, c’est de le remettre.

Ce nouvel album rassure sur les intentions de Carcass. Ce n’est pas le plus novateur du groupe, certes, mais il envoie du petit bois, et possède des titres forts et brise-nuque à souhait. On atteint même des sommets sur certains titres (« The Master Butcher’s Apron », « Noncompliance to ASTM F 899-12 Standard », « Mount of execution »). Cet album a parfaitement sa place aux côtés de ses glorieux aînés, et n’aura pas à rougir de la comparaison.

En guise de conclusion, je dirais simplement que Surgical Steel surbute sa race. Il serait totalement dommage de passer à côté. D’ailleurs, personnellement, j’y retourne.

1. « 1985 » 1:15
2. « Thrasher’s Abattoir » 1:50
3. « Cadaver Pouch Conveyor System » 4:02
4. « A Congealed Clot of Blood » 4:13
5. « The Master Butcher’s Apron » 4:00
6. « Noncompliance to ASTM F 899-12 Standard » 6:06
7. « The Granulating Dark Satanic Mills » 4:10
8. « Unfit for Human Consumption » 4:24
9. « 316 L Grade Surgical Steel » 5:10
10. « Captive Bolt Pistol » 3:16
11. « Mount of Execution » 8:25

Chroniqueur

Kane

Amateur de metal depuis plus de 20 ans, sans style de prédilection particulier (quoique grand amateur de doom, death & black). Mes plaisirs extra-metalliques vont vers l'indus, l'électro, le trip hop, et le rock en général.

Kane a écrit 28 articles sur Eklektik.

Du meme groupe

Vous pourriez aussi apprécier

3 Commentaires

  1. darkantisthene says:

    on n’est pas face à un chef d’œuvre mais cet album, qui s’inscrit effectivement dans la droite lignée de « heartwork », est une véritable réussite qui s’annonce difficilement contournable ; très belle surprise

  2. xerocitizen says:

    L’avant première est bien alléchante : ce disque sera acheté. Merci pour cette bonne promo qui m’a donné envie de réécouter ces pré-retraités revenus aux bagnoles (et aux scies circulaires, et autres tuyaux pour faire sortir le jus).

  3. Angrom angrom says:

    Ca m’a l’air bien bon ce disque… Du Hearwork mâtiné d’un petit coup de Swansong (sur certains passages Rock’n’Roll). Je pense que ca va tourner dans la platine

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *