Humanity’s Last Breath – S/T

Pas de commentaires      1 108
Style: deathcore/djentAnnee de sortie: 2013Label: Rogue Records

« Le dernier souffle de l’humanité », tout un programme ! Derrière ce patronyme pas piqué des hannetons se cache un jeune groupe suédois ayant sorti auparavant deux EPs: Reanimated By Hate en 2009 et Structures Collapse en 2011. Peu d’évolution entre ces derniers et ce premier album éponyme, Humanity’s Last Breath évolue dans une mixture de deathcore et de djent mais avec un son beaucoup plus massif désormais.

En effet, dans la droite lignée du « thall » de Vildhjarta, cet album impressionne directement par son épais mur du son. Les guitares sont accordées très bas et les riffs mécaniques sont bien épaulés par une batterie bien lourde. Si tout ça est fort bien exécuté et parfois agrémenté d’atmosphères envoutantes (Animal, Vultus), ce n’est malheureusement pas vraiment dans cet album qu’on ira trouver un peu d’originalité (si ce n’est sur la pochette, une couille géante, ça c’est pas courant !).

Meshuggah ayant ratissé le chemin bien avant eux, tout comme des paquets d’autres groupes (j’ai déjà cité Vildhjarta, citons aussi Periphery pour la forme), difficile de trouver chez Humanity’s Last Breath ne serait-ce qu’un détail qui permettrait de différencier ce groupe de ses camarades/modèles. En effet, les lieux communs – inhérents à un style qui se mord la queue depuis quelques temps – s’enchainent et il est bien difficile de déceler un véritable intérêt à ce genre d’album tant il sonne générique.

Et pourtant ce premier album n’est pas si mauvais en soi. Simplement il n’apporte absolument rien à un style qui, comme le néo metal ou le metalcore il n’y pas si longtemps, n’offre plus vraiment de nouveauté. Du coup, malgré quelques titres qui font hocher la tête (Shoals, le titre le plus rapide de l’album ou encore Make Me Blind), l’écoute de cet album n’offre que trop peu de sensation. En dépit d’une évidente maitrise de la huit-cordes et la bonne idée de nous éviter les refrains putassiers (parti pris assez rare dans le style, il faut le souligner !), Humanity’s Last Breath livre un album aux riffs entendus et réentendus un paquet de fois ces dernières années. Un sentiment d’arrivée après la bataille qui gâche le plaisir d’un album pourtant imposant à la première écoute, on flaire bien le potentiel du groupe mais on ne fait que l’entrevoir finalement, la faute à des influences bien trop évidentes. Qui sait si cet album était sorti il y a quelques années, il serait peut-être considéré comme référence du genre aujourd’hui…

A noter: l’album existe aussi dans sa version instrumentale, une version un poil moins hermétique et donc un peu plus intéressante à découvrir en streaming sur Bandcamp.

  1. Intro
  2. Bellua pt.1
  3. Bellua pt.2
  4. Human Swarm
  5. Animal
  6. Shoals
  7. Tellus Aflame
  8. Vultus
  9. Drone
  10. Void
  11. Anti
  12. Make Me Blind
  13. Outro

Bandcamp
Facebook

beunz
Up Next

Groupes cités dans la chronique

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *