M.I.A. – Matangi

Pas de commentaires      1 417
Style: Electro Hip-PopAnnee de sortie: 2013Label: Interscope

Dans le monde de la pop et des popstars féminines, certaines essayent de choquer et de faire parler d’elles en montrant leur cul (la surenchère Rihanna, Lady gaga, Miley Cyrus par exemple) tandis que d’autres choisissent de rester fidèles à leur conviction. Meilleur exemple en date l’anglaise d’origine tamoule (du Sri Lanka) Mathangi « Maya » Arulpragasam plus connue sous le pseudo M.I.A., qui persiste, même à 38 ans et garde son côté « sale môme » qui n’aime décidément pas faire comme tout le monde et surtout pas ce que l’on attend d’elle. Elle a ainsi récemment « choqué » l’Amérique en faisant un doigt lors de sa prestation au sacro-saint Superbowl, doigt pour lequel il était semble-t-il question qu’elle soit d’ailleurs poursuivie. La grande gueule fait d’ailleurs référence à ce ridicule épisode (non pas tant pour le doigt que pour la suite qui en découle) dans l’excellent « Warriors » et dans l’interlude « Boom (Skit) » sur lequel elle assume et ne regrette rien.

Si le nom de M.I.A. ne vous dit rien peut-être connaissez-vous sans le savoir « Paper Planes » son tube qui a fait d’elle une superstar notamment grâce à son utilisation dans le film Slumdog Millionaire. Petit rappel en vidéo :

M.I.A. sort enfin son nouvel album cette année, un album plusieurs fois repoussé au point même que la miss a elle-même fini par menacer Interscope de faire « leaker » l’album sur Internet s’ils ne se décidaient pas à caler enfin la date de sortie de l’objet.

Et au final l’album reste dans la lignée de ce qu’on connaît d’elle, ce mélange explosif d’électro, pop et hip-hop. Explosif et agressif pourrait-on dire même, car c’est un album qui bourrine à sa façon, au point de devenir probablement pour l’amateur de pop lambda assez insupportable dans certains assauts technoïdes qui fracassent et pour lesquels M.I.A. est allée chercher des noms en vogue dans le monde de l’électronique comme Hit-Boy, Danja, Switch ou encore les français BobMo et Surkin, qui cassent la baraque sur le percutant « Bring the Noize ».

En effet, à part cette légère faute de goût qu’est l’horripilant « aTENTion » avec tous ses mots en « tent » et la voix vocodérisée à outrance, Maya réussit un album à la fois extrêmement entraînant, puissant à sa façon, et assez loin des facilités dans lesquelles la pop a parfois tendance à se vautrer lamentablement.

J’en veux pour preuve le fait qu’il y a très peu de titres « faciles » et adaptés à une diffusion radio à part peut-être le très acidulé « Exodus » – et sa 2ème version « Sexodus » – (en duo avec The Weekend) ou le tube absolu « Bad Girls » dont la mélodie risque de vous rester en tête pour longtemps (allez-y cliquez !). Ainsi même lorsqu’elle balance un « Walk With Me » dont la rythmique gentillette semble en faire la parfaite comptine à fredonner sous la douche, elle décide de tout casser à mi-chemin pour faire basculer son titre dans un truc de techno frénétique. On sent bien que le choix de la facilité n’est pas pour elle.

Ajoutons à ce côté frénétique assez jouissif des influences tamoules omniprésentes qui donnent un côté Bollywood à l’ensemble, qui ne sombre heureusement jamais dans le kitsch (contrairement à ce que pourrait laisser penser la pochette assez moche) et fonctionne parfaitement.

Dès lors on ne peut que succomber et accepter son sort avec résignation : Matangi est un putain de bon album, original et frais, bourré de titres formidables, auquel on pardonne donc facilement les quelques erreurs de parcours (« aTENTion » donc, mais aussi les titres un peu plus faibles en fin d’album).

Un album « hors-rock » qui comptera en 2013 et un vrai de coeur inattendu pour ma gueule!

Tracklist :
1. Karmageddon
2. MATANGI
3. Only 1 U
4. Warriors
5. Come Walk With Me
6. aTENTion
7. Exodus (Feat. The Weeknd)
8. Bad Girls
9. Boom Skit
10. Double Bubble Trouble
11. Y.A.L.A.
12. Bring The Noize
13. Lights
14. Know It Ain’t Right
15. Sexodus (Feat. The Weeknd)

krakoukass

Chroniqueur

krakoukass

Co-fondateur du webzine en 2004 avec Jonben.

krakoukass a écrit 889 articles sur Eklektik.

Up Next

Vous pourriez aussi apprécier

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *