Temple of Baal – Verses of Fire

Pas de commentaires      2 040
Style: Black DeathAnnee de sortie: 2013Label: Agonia RecordsProducteur: Andrew Guillotin

Tel un reptile, Temple of Baal continue sa mue. L’excellent Lightslaying Rituals avait été la première étape de cette transformation, passant d’un black metal assez classique à un black/death couleur d’obsidienne, et dévoreur de lumière. Sorti fin 2011, le split-Ep Visions of a fading mankind confirmera avec brio la direction choisie par le groupe, laissant présager du meilleur pour le futur.

Verses of fire ne sera pas une surprise pour ceux qui connaissent les deux disques sus-cités. On retrouve le son lourd et poisseux à mi-chemin entre death metal et black metal, sauf que cette fois, la fusion entre les deux styles frôle la symbiose parfaite. On retrouve également les compositions étouffantes (dans le bon sens du terme) qui sont désormais la marque de fabrique du Temple depuis 2 albums.

En rallongeant ses compos et en développant les ambiances Temple of Baal a visé juste, et l’on se retrouve avec un album assez varié. Si des titres comme « το αστέρι 418 »,  « Arcana Silentum » ou « The 10th Aethyr » sont des compositions à tiroir, dans une veine plutôt lourde et occulte, d’autres comme « Bloodangel », « Golden Wings of Azazel » ou même « Gates of Death » sont beaucoup plus directs et privilégient la vitesse d’exécution. Vitesse ne voulant pas forcément dire bourrinage à toute blinde, même si, évidemment ça frappe fort, on a toujours un break, un moment intéressant dans ces titres plus ramassés.

Mais finalement on se rend compte que c’est comme ça sur tout le disque, et jamais l’ennui ne pointe le bout de son nez. Par ici, on a Amduscias qui se prend pour Tom Araya en hurlant comme une banshee, par là, on a un bout de texte en français, autre part, on a du texte parlé (déclamé plus exactement), ailleurs, on trouvera des riffs lourds comme le plomb et un groove que n’auraient pas renié Bolt Thrower (« Lord of the raging seas »). J’arrête là, tellement il y a de choses à découvrir sur ce disque. Allez, si, un dernier petit mot pour le sublime « Walls of fire » qui clôture l’album, et qui achèvera de faire baisser la température dans votre home sweet home.

Vous l’aurez compris Temple of Baal offre un album très abouti et révélateur de l’énorme évolution du groupe depuis 4 ans. Si vous cherchez un album de black/death intelligemment ficelé et composé, ainsi que des ambiances travaillées, Verses of fire est pour vous. On n’a pas fait mieux ces dernières années.

Chroniqueur

Kane

Amateur de metal depuis plus de 20 ans, sans style de prédilection particulier (quoique grand amateur de doom, death & black). Mes plaisirs extra-metalliques vont vers l'indus, l'électro, le trip hop, et le rock en général.

Kane a écrit 28 articles sur Eklektik.

Du meme groupe

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *