Death Mercedes – Sans éclat

1 Commentaire      1 662
Style: screamo/crustAnnee de sortie: 2013Label: Throatruiner Records/Sieve and Sands RecordsProducteur: Francis Caste

Formé en 2011 par des membres d’Amanda Woodward, Ravi, L’Homme Puma et Sickbag, Death Mercedes officie dans une musique entre crust et screamo. Si leur premier EP Du Soleil Refroidi avait su donner le ton entre rage frontale et mélodies touchantes, Sans éclat semble s’inscrire dans sa lignée ne serait-ce qu’au niveau du visuel, toujours dans ces teintes brunes violacées épousant parfaitement une photo vieillie.

Cette fidélité de cover ne ment donc pas, Sans éclat est, musicalement parlant, dans la parfaite continuité de l’EP. Une continuité certes, mais qui n’en signifie pas sa redite ! En effet, la première césure notable avec l’EP est l’usage du français désormais exclusif, de quoi nous permettre de capter directement les thèmes chers au groupe: la vie et ses mauvais choix, la solitude, l’amertume ou encore la mort.

Des thématiques émotionnellement riches qui vont de pair avec une musique puissante et évolutive. La production signée Francis Caste (Kickback, Comity et bien d’autres) permet à Death Mercedes de renforcer l’intensité de sa musique. Et de l’intensité, il y en a à revendre ! Passant de l’extrême virulence du punk-hardcore (Chien Infidèle) à des mélodies plus « douces » (L’inconnue de la Seine), le groupe parisien développe un univers tout en nuances. Souvent tranchant dans ses accès de fureur (Cafard de bar), toujours tragique que ce soit dans ses trémolos (Du soleil vert on en a tous bouffé) ou dans ses arpèges (Trop Tard), Sans éclat est armé d’une constante mélancolie brinquebalant l’auditeur jusqu’au trente-sixième dessous.

Death Mercedes signe là un album de screamo (crustisant) bouleversant comme il en sort trop peu ces derniers temps. A la fois sombre et sincère tout en étant baigné de subtilités (l’évolution est nette par rapport à l’EP), Sans éclat porte, au final, bien mal son titre.

  1. Leurs choix désarment
  2. Borgne et aussi aveugle
  3. Chien infidèle
  4. L’inconnue de la Seine
  5. Encore et encore
  6. Éternel gagnant ou sans éclat
  7. Du soleil vert on en a tous bouffé
  8. Ta fin du monde
  9. Trop tard
  10. Cafard de bar

Bandcamp
Facebook

beunz
Up Next

Groupes cités dans la chronique

Vous pourriez aussi apprécier

Commentaire

  1. krakoukass Krakou says:

    Excellent en effet.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *