Snake Baptist – Doublespeakeasy

5 Commentaires      1 577
Style: mathgrindAnnee de sortie: 2013Label: Hygiene Records

On ne sait pas grand chose sur Snake Baptist sinon que ce groupe est un quartet originaire de Raleigh, Caroline du Nord et qu’il évolue dans un style assez difficile à appréhender: un batard de grind, de screamo, de powerviolence et de mathcore.

Les huit titres de ce Doublespeakeasy ne cherchent pas le développement d’atmosphères ou de structures à tiroir, comme dirait Jean Alési, ça va à fond à fond à fond. La production est (volontairement ?) faiblarde et très rêche, un parti pris sonore de faire serrer les dents et retrousser le nez de l’auditeur qui se matérialise par les compos en elles-mêmes.

Nous ramenant au bon souvenir de groupes comme Tower Of Rome, The Sawtooth Grin, The Locust, CombatWoundedVeteran ou encore Cloacal Kiss (tous ces groupes semblant curieusement au point mort actuellement !), Snake Baptist prône l’ultra violence, envoie des rythmiques supersoniques (et mine de rien complexes) de manière insidieuse tandis que leur vocaliste perd le peu de cordes vocales qui lui reste dans un flot saturé continu. Mais au milieu de ce manège infernal surnagent tout de même quelques surprises comme cet arpège tout gentil en final de Full Regalia introduisant l’excellent Mocking Ghost et son riff « mélodique » à mi-morceau (après moins de 30 secondes quoi). Stigmata Fangs propose lui aussi quelque chose d’un peu plus structuré et assimilable.

Mais, pris dans sa globalité, cet album (ou EP) est tout de même sacrément éreintant malgré sa très courte durée. Le mathgrind de Snake Baptist est très particulier, il s’adresse donc principalement aux amateurs de musiques bruitistes, extrêmes et tordues. A écouter les yeux révulsés et la bave aux lèvres.

  1. Liontamer
  2. Full Regalia
  3. Mocking Ghost
  4. Throw Back, Throw Up
  5. Stigmata Fangs
  6. The Orwellian Ripper
  7. Capital Wasteland
  8. Maternity Whored

Bandcamp
Facebook

beunz
Up Next

Groupes cités dans la chronique

Vous pourriez aussi apprécier

5 Commentaires

  1. ichimatsu says:

    Ah non alors, c’est « pas » du bon ! Bon, passons sur la prod, totalement exécrable, mais alors le chant -cri, hurlement- filtré à travers une bonne grosse disto du feux de dieux tellement on dirait un chat enragé qu’on entendrait à travers un vieux talkie tout pourri… la durée des « chansons »… j’ai à peine eu le temps de souffrir que c’était fini… bah tant mieux.

  2. beunz beunz says:

    Héhé pas de souci, je me doutais bien qu’il y aurait des réfractaires ! C’est sûr que ce genre de truc parlera uniquement aux amateurs des autres groupes que j’ai cités, tu ne dois sûrement pas en faire partie, moi oui :)

  3. Zepekegno says:

    Vive le chaosgrind de vieux! J’ai bien aimé, et si les références à CombatWoundedVeteran (surtout) et The Locust m’ont sauté aux oreilles (en plus d’éveiller la nostalgie d’une époque bénie des dieux du bruit bête et méchant ;-)), ça tient sacrément bien la route ce truc avec ce qu’il faut de personnalité…

  4. Hi, I run Hygiene Records – thanks for the review! I still have some of these cassettes (w/ digital download) available at: http://hygienerecords.storenvy.com/

    As a side note, the vocalist in this band is Rich Lombardi, the same vocalist as The Sawtooth Grin & Cloacal Kiss.

  5. beunz beunz says:

    My pleasure!
    And thanks for the info about the vocalist, I knew his noise was sounding familiar!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *