Bad Tripes – Splendeurs & Viscères

Pas de commentaires      1 150
Style: punk/metal/indus grand-guignolAnnee de sortie: 2013Label: autoproduction

Du sang, du sexe, de la violence, voilà le credo de Bad Tripes. Avec de telles thématiques, le groupe aurait pu jouer du death metal bas du front mais non, les marseillais la jouent anticonformiste grâce à une mixture musicale singulière faite de metal (autant influencé par le néo que par l’indus, voire plus), de punk et de cette touche de folie grand-guignolesque forgeant l’identité du groupe.

Splendeurs & Viscères marque une certaine évolution dans le style du groupe si on le compare avec Phase Terminale. L’influence punk qui marquait le son de ce dernier a un peu délaissé les avant-postes en faveur d’un gros son bien métallique et lourd pour un rendu plus imposant. Ces riffs mastocs sont souvent accompagnés de synthés aux allures parfois cabaret/musette (Le Radeau Ivre, Foutre-Tombe), parfois plus industrialo-martiales. A ce propos, on peut mettre l’accent sur la puissante batterie couplée à ces gros riffs, simples en apparence mais bien massifs et carrés à la manière de Rammstein ou de Rob Zombie. Mais cette présence de synthés et l’atmosphère particulière qui en découle me font surtout faire un parallèle avec les méconnus finlandais Velcra, jouant aussi sur cette puissance riffique enrobée d’éléments synthétiques et de thématiques dérangeantes déclamées par une chanteuse tout aussi dérangée !

Tout de même moins « pop » et beaucoup plus glauque et dérangé que ces derniers, Bad Tripes doit surtout sa personnalité à Hikiko Mori, vocaliste à la voix écorchée et hystérique. Cette dernière est l’auteure de tous les lyrics de l’album, sa plume trempée dans l’acide traite donc entre autre d’hémoglobine, de porno, de pulsions et d’art, le tout avec une belle dose d’ironie (forcément souvent morbide) allié à un côté militant (parfois un peu trop appuyé), et tout ça est particulièrement en accord avec la musique du groupe.

Sonnant plus cohérent et homogène que son prédécesseur au niveau des compos, Splendeurs & Viscères montre aussi que le groupe n’a rien perdu de son univers dérangé à la Delicatessen. Bref, ce groupe de « metal sanglant et mélodramatique » (style autoproclamé qui leur sied parfaitement… visez donc cette pochette !) est à découvrir !

  1. Chair de canon
  2. LA mauvaise éducation
  3. Dans le désert
  4. Hana To Hebi
  5. Les noces de sang
  6. Viva la vida
  7. Tokyo Décadence
  8. Le radeau ivre
  9. Foutre-Tombe
  10. Sire Queutard
  11. La laideur du geste
  12. Ami public N°1
  13. Mr l’Artiste
  14. Bandcamp
    Facebook

beunz

Groupes cités dans la chronique

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *