Cliffjumper – Wolf Valley

Pas de commentaires      1 190
Style: mathcoreAnnee de sortie: 2014Label: autoproductionProducteur: Stu McKillop

On vous avait parlé il y a peu des mathcoreux de LeHunt et de leur sympathique premier album, et bien vous risquez de leur trouver bien des similitudes avec Cliffjumper et leur Wolf Valley. Au niveau de l’artwork – pour un peu on pourrait jouer au jeu des sept différences (qui aurait cru que les vues aériennes de lotissements auraient autant la cote !) – comme au niveau musical, les influences de ces deux groupes semblent être bien proches… trop proches ?

Les canadiens de Cliffjumper jouent donc, comme LeHunt, du hardcore métallisé à tendance chaotique. Comme chez eux, la voix monocorde du chanteur est plutôt mise en avant, bien agressive. Elle rappelle pas mal Coalesce et Cathedrals, mais c’est surtout des réminiscences de ces derniers qui sautent aux oreilles au niveau musical. En effet, le son est bien puissant et les riffs alternent cavalcades plutôt mélodiques et quelques triturations complexes des cordes (mais pas trop non plus, on n’est pas chez Psyopus !). Les compos de Wolf Valley possèdent donc un grain particulier, un côté sludge donnant un impact bien in your face. Or là se pose l’une des différences majeures d’avec LeHunt qui mise principalement son propos sur cette lourdeur sludge, ici même si tout sonne grassouillet, Cliffjumper virevolte avec sauvagerie au lieu de s’amuser à écraser l’auditeur sous le poids de ses riffs. En résultent des titres souvent courts, au groove imposant et à la hargne non feinte.

D’accélérations fulgurantes en riffs incisifs pas mal influencés par Breather Resist, ce premier album de Cliffjumper est plutôt homogène et s’écoule sans temps mort. On mettra l’accent cependant sur le surprenant Hands In The Dirt, morceau final un peu plus lent pendant lequel le chanteur s’essaie au chant clair avec succès, peut-être tiennent-ils là une perspective d’ouverture future ?

En dépit des ressemblances soulignées dans cette chronique, Cliffjumper n’est donc pas le pompage de LeHunt (qui avait sorti son album en premier) auquel on aurait pu s’attendre, simplement un bon groupe de plus dans le genre mais qui devra faire gaffe à ses artworks dorénavant.

  1. Salting The Earth
  2. 999
  3. Contract Killer
  4. Lurk
  5. Peasant King
  6. The Network
  7. Wolf Valley
  8. Ritual
  9. Last Communion
  10. The Great Northern Landfill
  11. Hands In The Dirt

Bandcamp
Facebook

beunz
Up Next

Groupes cités dans la chronique

Vous pourriez aussi apprécier

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *