Crosses – †††

Pas de commentaires      2 284
Style: Electro-Trip PopAnnee de sortie: 2014Label: Sumerian RecordsProducteur: Shaun Lopez

Le voilà enfin qui sort cet album de Crosses, groupe derrière lequel se cachent Chino Moreno (Deftones) et son pote d’enfance Shaun Lopez, accessoirement guitariste du groupe Far dissout en 1999 et reformé 10 ans plus tard.

Si vous avez suivi toute l’histoire, vous savez que Crosses a déjà sorti deux EP au format digital uniquement. On attendait donc impatiemment la sortie d’un troisième EP d’abord, qui est devenu en fait l’album complet de Crosses, regroupant les deux premiers EP, agrémentés de 5 titres supplémentaires (qui auraient du être incarnés par ce fameux troisième EP).

Ceux qui connaissent les deux EP savent très bien à quoi s’attendre en écoutant cet album, d’autant que les titres déjà présents n’ont subi aucun lifting, et tant mieux tant ils sont excellentissimes. On a donc 5 nouveaux titres  à se mettre sous la dent. « Bitches Brew » est excellent, et fait même office de nouveau « single » pour promouvoir l’album. « The Epilogue » et « Blk Stallion » sont plus suprenants, leur tonalité plus enjouée (tout étant relatif) apparaissant un peu en décalage avec le reste, ce qui n’empêche pas les morceaux d’être de très bonne facture (surtout le deuxième). « Nineteen Ninety Four » est une pièce de plus s’inscrivant dans la parfaite continuité des ballades mélancoliques qui sont légion sur l’ambum. Enfin « Death Bell », avec son piano apathique et la voix lointaine de Chino est sans doute le titre le plus faible mais il est idéalement placé en conclusion de l’album.  Au final, nouveaux et anciens titres s’intègrent très bien à la tracklist globale et l’unité du disque est parfaitement convaincante contrairement à ce que l’on aurait légitimement pu craindre.

Pour ceux qui ne connaissent pas Crosses, le style pratiqué par les deux potes est en gros une sorte d’électro pop/rock souvent assez planant, tirant même régulièrement vers le trip-hop (voir par exemple « Frontiers » ou le démarrage de « Thholyghst » qui sonne presque comme du pur Portishead), avec le renfort de quelques arrangements et bidouillages électro qui peuvent aussi rappeler le Radiohead de Kid A (cf « Nineteen Eighty Seven »). Le tout étant bien sûr mis en voix par un Chino Moreno au top de sa forme vocale qui officie le plus souvent dans un registre calme, parfois même chuchoté, même s’il se laisse aussi aller à quelques élans plus énergiques (« This is a Trick ») voire criés même (la fin de « Bitches Brew » très saturée). Un parallèle peut être assez facilement dressé avec le projet Team Sleep, qui pour sympathique qu’il était, n’arrive pas à mon sens à la cheville de ce Crosses (nous n’évoquerons même pas, dans un autre genre, le ratage de l’album de Palms sorti l’an passé au pouvoir soporifique exceptionnel).

Quel plaisir de pouvoir enfin retrouver ses fabuleux morceaux gravés sur plaque, même si le packaging de l’objet est minimaliste et réduit à sa plus simple expression (un simple digipack sans livret).

Absolument inratable en ce qui me concerne!

Tracklist :
1. This Is a Trick
2. Telepathy
3. Bitches Brew
4. Thholyghst
5. Trophy
6. The Epilogue
7. Bermuda Locket
8. Frontiers
9. Nineteen Ninety Four
10. Option
11. Nineteen Eighty Seven
12. Blk Stallion
13. Cross
14. Prurient
15. Death Bell

krakoukass

Chroniqueur

krakoukass

Co-fondateur du webzine en 2004 avec Jonben.

krakoukass a écrit 886 articles sur Eklektik.

Up Next

Du meme groupe

Groupes cités dans la chronique

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *