Gridlink – Longhena

Pas de commentaires      1 231
Style: grind 2.0Annee de sortie: 2014Label: Handshake / Selfmadegod / Diskunion

Les allumés japano-texans de Gridlink sont de retour en ce début d’année, annonçant par la même occasion que Longhena sera leur dernier album. Évidemment avec Gridlink on sait qu’on n’aura pas de surprise et qu’on aura toujours affaire à du grind de taré joué et hurlé à 100 à l’heure.

Pourtant, le premier choc est visuel puisque la pochette illustrant ce nouvel album détonne carrément et pourrait faire penser que le groupe a viré djent futuriste ou J-rock. Et l’on n’est pas au bout de nos surprises en découvrant que Longhena dure 22 minutes soit presque 10 minutes de plus que le précédent album (Orphan, sorti en 2011).

Avec plusieurs titres dépassant désormais allégrement les 2 minutes, cet album en forme d’épilogue est sans nul doute le plus varié du groupe. N’allez pas croire que nos barjots ont perdu la frénésie qui les caractérise, loin s’en faut même et il y a toujours largement de quoi rassasier les fans de grind joué pied au plancher (avec seulement 3 morceaux passant sous la barre des 1 minute). Mais le groupe introduit la nuance sur cet album et présente même une étonnante facette mélodique, poussée au point d’avoir un « Thirst Watcher » instrumental et calme, oui vous avez bien lu, calme. Calme et même superbe avec ses lignes de corde. Les autres « longs » titres de l’album participent aussi à l’introduction bienvenue de ces respirations qui ne sont pourtant pas toutes aussi calmes que « Thirst Watcher ». Mais la mélodie fait incontestablement son apparition chez Gridlink, y compris sur un titre comme « Taibas » qui évoque presque un Krallice sous amphet’ avec ce riffing caractéristique de Gridlink. Évidemment ça reste de la mélodie à la sauce (piquante) grind, aucun risque donc de voir le moindre arpège ou la moindre trace de chant clair dans le coin.

Au rayon des variations sur le thème de l’ultraviolence, on trouvera aussi un chant death sur « Chalk Maple » qui vient là encore proposer une variété de bon aloi.

Si l’album de Beaten to Death était certainement la surprise grind de l’année 2013, nul doute que Gridlink devrait finir en bonne place sur de nombreux podiums de fin d’année chez les amateurs de grosse tarte dans la tronche. Et ce sera parfaitement justifié. R.I.P.

Tracklist :
1.Constant Autumn
2.The Last Raven
3.Thirst Watcher
4.Stay Without Me
5.Taibas
6.Retract Perdition
7.The Dodonpachi
8.Black Prairie
9.Island Sun
10.Chalk Maple
11.Wartime Exception Law 205
12.Ketsui 01:00
13.Longhena
14.Look To Windward

krakoukass

Chroniqueur

krakoukass

Co-fondateur du webzine en 2004 avec Jonben.

krakoukass a écrit 900 articles sur Eklektik.

Up Next

Du meme groupe

Groupes cités dans la chronique

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *