Periphery – Clear

Pas de commentaires      5 875
Style: djentAnnee de sortie: 2013Label: Autoproduction

Alors que le groupe est supposé travailler sur son nouvel album Juggernaut depuis un moment, Periphery annonce en fin d’année 2013 qu’ils sortiront une sorte d’EP autour d’un concept assez unique, il contiendra une intro plus autant de morceaux qu’il y a de membres dans le groupe, soit 6, chacun des musiciens ayant en charge la composition d’un morceau supposé reprendre des mélodies de l’intro.

L’intro en question commence au piano pour évoluer en une sorte d’hymne épique chargé en saturation, elle donnera son ton enjoué au reste de l’EP. On sent bien que différentes personnalités ont composé chaque morceau, mais les sonorités utilisées et le style de musique restent identiques, les riffs qui ont fait la notoriété du groupe et du genre djent parsèment évidemment le tout, c’est du pur Periphery, un metal moderne complexe, chargé en rythmes comme en mélodies, avec ici un aspect positif quasiment guilleret qu’on retrouvait déjà sur « All New Materials » ou « Have a Blast » de leurs premiers albums.

2 morceaux sont instrumentaux et présentent logiquement la face la plus djent du groupe, celui du guitariste et meneur Misha, « Zero », y recyclant quelques idées de son projet solo Bulb. Le chanteur du groupe se lâche sur « The Parade Of Ashes », un titre où sent bien ses influences néo 90s, ainsi que celles de Nine Inch Nails et Slipknot. Il place ses voix sur les autres titres, d’une façon qui ne manquera pas de repousser ceux qui trouvent ses lignes mélodiques trop pop. Elles le sont certes mais sans plonger dans la facilité, et restent collés dans la mémoire, comme sur l’excellent « Pale Aura » du guitariste Mark Holcomb qui passe d’un extrême à l’autre avec un passage la double pédale à bloc, lumineux comme une sorte d’anti-« black » metal.

Clear est donc du pur Periphery, composé, joué et enregistré avec leur talent habituel, les compos sont solides mais le tout manque notoirement de nouveauté, il faut le prendre comme un EP assez léger, c’est clairement une sortie destinée aux fans et faite pour leur faire plaisir, ce qui est mon cas.

jonben

Chroniqueur

jonben

Krakoukass et moi avons décidé de créer Eklektik en 2004 suite à mon installation à Paris, alors que disparaissait le webzine sur le forum duquel nous échangions régulièrement, ayant tous deux un parcours musical proche entre rock et metal, et un goût pour l'ouverture musicale et la découverte perpétuelle de nouveautés. Mes goûts se sont affinés au fil du temps, je suis surtout intéressé par les groupes et styles musicaux les plus actuels, des années 90s à aujourd'hui, avec une pointe de 70s. J'ai profité pendant des années des concerts parisiens et des festivals européens. J'ai joué des années de la guitare dans le groupe Abzalon. Mes styles de prédilection sont metal/hardcore, death technique, sludge/postcore, rock/metal prog, avec des incursions dans le jazz fusion et le funk surtout, depuis une île paumée de Thaïlande. 

jonben a écrit 497 articles sur Eklektik.

Up Next

Du meme groupe

Groupes cités dans la chronique

Vous pourriez aussi apprécier

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *